17 solides raisons contre

La ville de Québec ne doit pas devenir une deuxième métropole

Ne pas répéter le gâchis montréalais actuel

A9078cc3d78be973267ef9ab347764b0

Tribune libre

On entend certains haut-placés à la vue courte avancer que la ville de Québec devrait devenir une deuxième métropole. Ce serait alors une catastrophe assurée pour la capitale nationale et sa région immédiate, une défiguration organisée de sa nature profonde.



Ce qui attend la ville de Québec si on entreprend de la surgonfler massivement et rapidement aux stéroïdes migratoires:



  1. perte de l'âme collective des Québécois pure souche, rapidement noyés dans la marée multiethnique étrangère. Plus grand'monde ne sera d'ici. Trop seront d'ailleurs. Détricotage du tissu humain unifiant qui nous a permis de traverser les siècles et les épreuves en se tenant par les coudes.

  2. déshumanisation résultant de l'anonymat, sentiment d'aliénation de l'individu, froide indifférence des uns envers les autres propre aux mégalopoles. On ne salue même pas son voisin de palier. On enjambe l'itinérant dormant avec des journaux comme couverture sans le voir.

  3. hausse de la criminalité, ensauvagement des moeurs, fusillades quotidiennes, intimidation, quartiers dangereux, le tout dû à la prolifération de gangs noirs, maghrébins

  4. sentiment d'insécurité généralisée croissante de la population en place face à la montée de la criminalité et de la violence d'origine multiethnique

  5. sentiment malaisant de ne plus être chez soi

  6. saleté des rues, insalubrité des logements mal entretenus par des locataires négligents venus du tiers-monde, détérioration des bâtiments laissés à l'abandon, squattage, vandalisme de graffitis

  7. pollution atmosphérique, smog, brouillard

  8. déquébécisation (la culture québécoise fout l'camp faute de consommation par les immigrants)

  9. ethnicisation destructrice d'une population possédant la qualité hautement appréciable d'homogénéité intergénérationnelle

  10. anglicisation inévitable, amenant rapidement le refus de parler français, comme à Montréal. Une majorité aborde l'autre en anglais, s'attendant à ce qu'on lui réponde de même.

  11. pratique du communautarisme, ce repli sur soi des ethniques qui ne se joignent pas à notre culture

  12. conflits de mentalité et choc des valeurs entre les multiethniques et les natifs

  13. fuite forcée des natifs de leurs quartiers, de leur ville, comme à Montréal et Laval, qui n'en peuvent plus de se sentir à l'étranger

  14. implantation de religions inadaptées au bon fonctionnement des sociétés modernes et qui les font reculer

  15. problèmes insurmontables de circulation, de mobilité, d'heures de pointe étirées

  16. hausse soudaine des loyers, flambée du prix des maisons, crise du logement magnifiée par les surplus d'immigrants et de migrants fraudeurs qui s'emparent de tous les logements dévolus aux natifs, incluant les logements sociaux prévus pour nos pauvres à nous

  17. augmentation incontrôlable des drogués, des marginaux, des itinérants, des malades mentaux non soignés et potentiellement dangereux, des autochtones désœuvrés qui trainent en bandes


Certains lecteurs auront eu l'impression dérangeante qu'on vient dresser le portrait fidèle et actuel de la métropole montréalaise en 17 points explicites... C'est précisément le modèle à ne pas suivre.



Non, la ville de Québec ne mérite pas ce triste sort, elle qui a su s'en préserver jusqu'à maintenant en gardant des proportions humaines et gérables. Et surtout grâce à sa composition démographique homogène qui unit les gens.


Ce qui a fait d'elle un joyau du patrimoine mondial de l'Unesco ne doit pas disparaître.



Que vaut la croissance économique à tout crin si la population finit par en perdre son âme collective? Vraiment pas grand-chose.


La ville de Québec ne gagnera rien à s'hypertrophier, à devenir une obèse morbide, prête à éclater on ne sait quand.


Petit, c'est beau aussi. C'est même mieux parfois.



Il importe que la ville de Québec demeure à taille humaine. Elle est parfaite comme elle est actuellement. Elle a atteint un point de développement optimal qu'il serait dangereux de dépasser. La croissance sans limite et sauvage n'est bonne pour personne. Ne la laissons pas enfler jusqu'à ce qu'elle soit méconnaissable.


Les investissements doivent être plutôt redirigés en région vers des villes plus petites possédant un certain potentiel de développement.


Dernièrement, le maire de Drummondville invitait aux nouvelles les gens à venir s'installer dans sa ville et à Victoriaville, où le coût de la vie y est moindre. Partant de ce principe, les investissements prévus pour Québec pourraient y être redirigés par le gouvernement. Tout le Québec doit se développer, pas juste Montréal et Québec. Que les nouveaux projets d'investissements économiques s'installent en région.



Ne répétons pas le gâchis actuel qu'est devenue Montréal, la pauvre métropole enlisée et altérée pour le pire, une île qui s'enfonce irrémédiablement comme Venise sous les flots.


Une seule métropole endommagée suffit amplement. Ne doublons pas les problèmes.


*     *     *


Note 1: toutes les photos de la pittoresque rue Saint-Denis, zoomées à partir du même point vue du haut de la Citadelle dans le Vieux-Québec, sont de l'auteur


Note 2: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


 


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie834 articles

  • 1 439 778

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 830 articles publiés en ligne ont été lus un million 400 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé