Notre identité collective, un trésor irremplaçable

La seule raison d'être de l'indépendance: donner un pays à sa nation

C'est uniquement pour Nous qu'on la fait

1148d88cc4e7c9323a08bd07433e0a64

Tribune libre

Si on milite pour l'indépendance, c'est tout d'abord pour en venir à diriger notre propre destinée, notre avenir. D'accord.

Mais plus fondamental encore, on la réalise essentiellement pour la perpétuation de la nation québécoise de souche, le peuple fondateur du pays. C'est la raison d'être primordiale de cet irrépressible élan vital vers l'émancipation, la libération, la continuation.


Une Fête nationale réussie au Centre-du-Québec

Pour que se maintienne la diversité au niveau mondial, il faut que chaque pays distinct demeure homogène, fidèle à sa ressemblance, à la fois unique en soi et différent de tous les autres.


On l'a expliqué ici: Diversité mondiale, oui; diversité nationale, non


fc3aate-nationle-mtl-2016-stj_3973-x-72dpi.jpg (1080×656)


C'est l'ensemble de ses particularités et idiosyncracies qui en font la richesse, ce je-ne-sais-quoi qui lui donne toute sa saveur, son originalité, son piquant. C'est ce qui nous procure un sentiment d'appartenance bénéfique qui nous rapproche.




Mais tout cela risque d'être détruit et réduit à néant si on se met à accueillir massivement des inintégrables, des trop différents, des incompatibles, des tempéraments divergents au point d'être antagonistes, des facteurs de régression, qui finiront par devenir majoritaires et dénaturer la nation existante en place depuis plus de 15 générations. Nous ne devons pas devenir autres comme ceux d'ailleurs.

À lire: Les Québécois de souche, un peuple, une nation à part entière




Ce n'est certes pas une bonne idée de laisser entrer dans un nouveau pays comme le Québec devenu indépendant un gros paquet de n'importe qui de n'importe où sans suffisamment de points communs avec nous, une multitude de communautés dépareillées issues du tiers-monde miséreux qui vivent volontairement chacune de leur bord (communautarisme) en vase clos hermétique, revendiquant un multiculturalisme qui relativise et empiète sur la culture de la nation historique avec pour résultat de l'amoindrir, des flots noyeurs d'immigrants et de migrants décivilisateurs aux antipodes de ce que nous valorisons et chérissons le plus.


fc3aate-nationle-mtl-2016-stj_3912-x-72dpi.jpg (969×720)

C'est loin d'être une bonne idée que de chercher à remplacer une population de Québécois pure laine authentiques qui possède une identité collective bien dessinée par des millions de néo-Canadiens profiteurs et indifférents à notre sort, qui se fichent totalement que nous disparaissions, qui vont se mettre à tout dénaturer, tout détricoter. C'est ce qui arrive actuellement à Brossard, ville devenue majoritairement asiatique (et par le fait même anglophone), ici même au Québec! Cela explique pourquoi les Québécois se sentent de moins en moins chez eux à Montréal, ce qui n'est pas normal.


fc3aate-nationle-mtl-2016-stj_3826-x-72dpi.jpg (993×792)

Si on voulait faire l'indépendance juste pour une question de territoire, de gouvernement, de prise de contrôle, de type ou de projet de société, on passerait à côté de l'essentiel, mille fois plus important: la sauvegarde d'un grand peuple, d'une grande nation, celle des Québécois enracinés, soudés, forts de leur continuité linéaire à travers le temps.

À lire: Les Québécois ne sont pas des descendants d'immigrants, ils sont le peuple fondateur lui-même


Canada, Québec, Montréal, Québec, fête nationale, le traditionnel défilé du  24 juin sur la rue St Denis Photo Stock - Alamy

Trop de théoriciens travaillant dans l'abstraction, trop d'utopistes irréalistes, d'universitaires engoncés, de pelleteux de nuages, ont commis cette regrettable erreur de priorité. Ils y sont allés de toutes les élucubrations possibles pour imaginer la société de demain, la société idéale, le monde revu et corrigé, reformaté, qu'il suffit de remplir de hordes de n'importe qui de n'importe où en autant qu'ils veulent aller dans le même sens qu'eux. Mais on passe alors à côté de l'essentiel.


À lire: Comment défendre l’identité collective de sa nation


Fête nationale: plusieurs fêtes de quartier et un défilé à Montréal en  soirée | Le Devoir

Le Québec libre et souverain n'a de sens qu'en autant qu'il devienne le reflet de ce que nous sommes et avons toujours été: sa nation enracinée, son peuple fondateur. 


À lire: L'identité québécoise


Débats: quel sens donner à la Fête nationale? Votre point de vue | La Presse

Cela ne peut être que sa seule raison d'être. Affirmer notre droit à l'existence, exprimer concrètement notre désir de survivre sans se faire avaler, engloutir par l'étranger dénatureur, par l'anglais, par les autres cultures qui se fichent d'empiéter sur la nôtre (Montréal qui s'ethnicise et se défrancise peu à peu illustre parfaitement ce point). Et être enfin délivrés du carcan canadien qui nous étouffe depuis trop longtemps.

À lire: Les Québécois n'ont pas de sang indien


Grand succès de la distribution des trousses de pavoisement pour la fête  nationale - Journal le Montérégien

Il n'y en a pas d'autres sur Terre qui sont tout à fait comme nous. Cela nous rend uniques, précieux et irremplaçables. À chacun d'en tirer une juste et résonnante fierté. Je ne suis pas tous ces autres qui sont ailleurs.


À lire: L'identité culturelle québécoise, en 400 éléments




Paradoxalement, comme on l'a vu plus haut, pour que la diversité des peuples se maintienne au niveau mondial, il est nécessaire que chaque culture distincte demeure homogène au niveau national. Le mondialisme dilue les spécificités en nivelant tout vers le bas, qu'il délaye en une seule nuance de gris décoloré.


À lire: Identité collective: 15 conditions d'appartenance


Un fleurdelisé trop français, trop catholique, trop royaliste | Le Devoir

L'élan irrépressible vers la souveraineté, c'est d'abord et avant tout un geste de volonté de continuation de sa nation, avec l'intention bien déterminée de perdurer dans le temps et l'espace. C'est tout un territoire et toute sa population qui deviennent inséparables.


À lire: Le Québec n'a jamais appartenu aux Amérindiens


Le Canada, la province de Québec, ville de Québec, Québec, fête nationale,  le spectacle sur les Plaines d'Abraham dans la soirée du 23 juin, concert  en plein air, avec de nombreux chanteurs

C'est dans le pays souverain du Québec qui approche à grands pas que nous pourrons tous ensemble prendre enfin notre essor collectif, comme une volée d'oies blanches en automne qui s'envole là-haut dans le firmament, unis d'instinct sur une même trajectoire avec les étoiles les plus brillantes pour nous guider.


Observation de la grande oie des neiges


Note sur les images: la plupart illustrent la montée de la prochaine génération de nos enfants qui profiteront du pays souverain et prospère que nous allons leur léguer en héritage. On le fait pour nous, on le fait pour eux.Fête nationale au parc Jean-Drapeau: beau site, bonne musique, bonne  ambiance | La Presse


Note 2: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie845 articles

  • 1 457 473

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 845 articles publiés en ligne ont été lus un million 450 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé