Les dernières trouvailles de la recherche génétique

Les Québécois de souche n’ont pas de sang indien

La fin d’une fausseté répandue

E80befd6047ac976d7b3d53b891ee854

Tribune libre

Longtemps a-t-on fait circuler l’idée erronée que tous les Québécois avaient du sang indien, qu’on était tous métissés plus que moins. Grave erreur!


Cela faisait donc plaisir aux tenants du « nous sommes tous pareils au fond », ces idéologues mondialistes biaisés qui veulent gommer, nier les différences entre les races, les ethnies, les peuples, les sociétés, les cultures, dans le but de produire une espèce de mélange immigrationnel hétérogène qui viendra détruire l'identité collective de chaque nation, ce qui s'avèrerait une perte irremplaçable sur le plan de la diversité mondiale. Ils tordent les faits pour qu’ils se moulent à leur idéologie. Cette négation des différences cherche à annuler la notion du caractère distinct des peuples, cette grande richesse universelle.


La science vient de mettre fin à cette fausseté fort répandue mais sans fondement aucun.



Les Québécois de souche n’ont à proprement parler pas de sang indien détectable. C'est un fait maintenant démontré scientifiquement et de manière irréfutable.



Dans leur étude, Bherer et ses collègues (2011) ont analysé 2221 généalogies. Sur la base de ces généalogies, les amérindiens représentaient 1,2 % de l’ensemble, mais leur contribution génétique n’était que de 0,2 % (ils ont eu moins d’enfants que d’autres ancêtres).



Selon les excellents travaux publiés en 2005 par la chercheuse Hélène Vézina, les Canadiens-français nés entre 1945 et 1965 ont un bagage héréditaire qui provient à 95 % de la France et le reste de la Grande-Bretagne (1,5 %), des Amérindiens (1,4 %), des autres pays européens (2 %). Les 0,6 % restants sont inconnus.



La chercheuse Hélène Vézina a mesuré la contribution des ancêtres amérindiens aux généalogies de 794 participants résidant sur l’île de Montréal, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, en Gaspésie et sur la Côte-Nord. Les ancêtres amérindiens ont été identifiés à partir de sources généalogiques et des données génétiques provenant de l’analyse de l’ADN mitochondrial des participants.



Un ancêtre amérindien, il y a 10 générations, soit il y a environ 250 ans, ne contribue habituellement qu’à 1/1024e du patrimoine génétique. Comme on le voit, l’influence héréditaire s’efface rapidement avec le temps, devenant quantité négligeable.



Les travaux d’analyse génétique d’Hélène Vézina se poursuivent, mais comme elle concluait son étude de 2012 « si l’on considère l’ensemble des fondateurs qui ont participé à la constitution du pool génique des Québécois d’origine canadienne-française, l’impact de la contribution amérindienne est faible et le chiffre précédemment avancé de 1 % pourrait s’avérer assez juste. » Il n'en reste donc qu'une trace non significative, sans impact notable, et sans conséquence réelle.



Les Québécois de souche, anciennement nommés les Canadiens-français, sont les descendants directs des fondateurs du pays, des bâtisseurs de la nation, des explorateurs, des colons, des coureurs des bois, des cultivateurs, des patriotes, des héros qui nous ont légué cette terre natale où nous poursuivons leur gigantesque travail dans une belle continuité linéaire et avec le même élan vers l’avant.



C'est pourquoi nous avons un air de famille qui nous va si bien et qu'il faut préserver pour les générations futures.



Ce que nous avons accompli, nous ne le devons à personne d’autre qu'à nous-mêmes. Il y a de quoi en être fier.



Oui, le Québec, c’est bien Nous.



Source :  https://vigile.quebec/articles/quelles-sont-les-origines-des-quebecois-canadiens-francais



En complément de lecture: Les Québécois sont loin de n'être que des immigrants, ils sont les descendants directs du peuple fondateur du pays


Donnons les prénoms de nos ancêtres aux nouveaux-nés


Les patronymes québécois, un trésor collectif à léguer à la postérité


 



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


 


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie806 articles

  • 1 395 514

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 805 articles publiés en ligne ont été lus un million 395 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    10 juin 2023

    De nouvelles recherches scientifiques confirment à nouveau que les Québécois n'ont pas de sang indien. Ils sont les descendants en droite ligne du peuple de France.


    Cette analyse a mis en évidence que la majorité de l’héritage génétique des Québecois actuels vient de la France, alors que le passé amérindien de la région a été presque complètement effacée des génomes, représentant moins de 1 % de la génétique des Québecois francophones. En comparant ces données avec ce que l’on sait sur la génétique des régions françaises, les chercheurs ont pu mettre en évidence que la plupart des premiers Français au Québec venaient des régions portuaires de Poitou et de Normandie, ainsi que d’Île-de-France. Ils seraient arrivés principalement dans la ville de Québec, d’où ils auraient colonisé le reste de la province. "In’y a pas une région de France qui a fondé directement une région du Québec. Le peuplement du Québec semble être une suite d’événements fondateurs à partir de la ville de Québecoù il y a eu un grand mélange génétique de ces premiers Français, qui après se sont éparpillés dans la région".


    Référence: Les origines génétiques françaises du Québec