Un élément précieux de notre patrimoine à préserver

Les patronymes québécois, un trésor collectif à léguer à la postérité

Comment sauvegarder nos patronymes québécois

Tribune libre


Les Québécois qui sont de la dixième génération et plus sont fiers à juste titre de leur nom de famille. C'est l'un des fleurons de notre patrimoine culturel que nous laissons en héritage à nos descendants, dans un souci de continuité intergénérationnelle.

Je verrais d'un bon oeil une association de sauvegarde des patronymes plus rares mais qui sonnent si doux à l'oreille: les Bournival, les de Courcelles, les Sasseville, les Tardivel, etc. Cette association s'apparenterait à celles des familles-souches du Québec et des sociétés de généalogie dans son objectif premier, c'est-à-dire promouvoir la fierté de ses origines.


L'informatique vient à notre aide pour effectuer le choix du nom de famille. En effet, lorsqu'un enfant vient au monde, les fichiers gouvernementaux peuvent nous révéler lequel du nom du père ou de la mère est le plus rare. Ainsi, on octroira à l'enfant le patronyme à sauvegarder. Au lieu d' Émilie Tremblay-Lamoureux ou Émilie Tremblay, ce sera Émilie Lamoureux tout court.

Par des campagnes de sensibilisation, on amènera la population à adopter cette façon de faire, pour l'enrichissement patrimonial des générations futures et la pérennité de notre identité québécoise dans toute sa diversité multiséculaire.


Et c'est par le renforcement du sentiment d'identité culturelle commune que croîtra le désir de l'indépendance, qui est celui de se retrouver entre nous dans une nation à notre image, un pays à notre mesure.

En complément de lecture: Comptez-vous un patriote parmi vos ancêtres ?
http://www.vigile.net/Comptez-vous-un-patriote-parmi-vos
Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie679 articles

  • 1 204 368

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelques 675 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    28 février 2012

    Voici les paroles de la chanson de Robert Charlebois citée plus haut, écrites par l'auteur Réjean Ducharme. À ce qu'on dit, tous ces beaux patronymes bien de chez nous seraient les noms de patriotes emprisonnés sans motif valable lors de la loi des mesures de guerre en 1970...
    Manche de Pelle
    Michel Joly
    Jean Sansregret
    Pierre-Paul Soucy
    Vincent Forget
    Hubert Lepage
    Gilbert Valois
    Guy Durivage
    René Marois
    Jean St-Martin
    Marcel Cantin
    Colette Martel
    Fait frette on gèle
    Jacqueline Lalonde
    Alexis Roux
    Joseph .. ?
    Abraham Groulx
    Fernand Montdor
    Henri Poupart
    Pierrette Sicard
    Encore encore
    Louis Chevrefils
    Tel père tel fils
    Thérèse Lanoie
    Faut faire de quoi
    Fredy Fafard
    Suzelle Richard
    Jean-Guy Picard
    Louis Robillard
    Stéphane Aubin
    Ginette Arnois
    Albert Brillant
    On n’a pas peur
    Homère Giroux
    Denise Héroux
    Julot Sirois ?
    Noé Gadois
    Étienne Asselin
    J’en ai tout plein
    Bernie Bédard
    Maurice Trouillard
    Francine Lamy
    François Courcy
    Claudette Rémy
    J’vous averti, c’est pas fini !
    Terminons par les 2 patronymes des auteurs:
    Réjean Ducharme, Robert Charlebois
    Tiré de l'album "Charlebois" de 1974
    Pour entendre la chanson au complet:
    http://www.youtube.com/watch?v=CfiJ5t-RX4U
    Réjean Labrie

  • Archives de Vigile Répondre

    27 février 2012

    Merci M. Labrie,
    en suivant le lien ( http://www.vigile.net/Comptez-vous-... ) que vous soumettez dans votre texte et après avoir pris connaissance de ce dernier, j'ai suivi le lien qui y était proposé et me suis rendue jusqu'à: http://www.1837.qc.ca/1837.pl?out=evenements&parti=p&cat=Noact&cherche=76&individu=Ant.+Lemay où j'ai découvert que mon ancêtre Antoine Lemay de Yamachiche avait, le 10 juillet 1837, participé à une manifestation du mouvement patriote. Ça fait du bien. D'autant que sans vous je ne l'aurais peut-être jamais appris. Merci.
    André Lemay

  • Réjean Labrie Répondre

    26 février 2012

    Dans Recours aux sources, le livre passionnant qu’il a fait paraître récemment chez Boréal, Éric Bédard nous montre que loin d’être obscur, notre passé est au contraire lumineux.
    Il écrit:
    « La seule façon d’éviter de devenir étrangers à nous-mêmes est d’assumer plus sereinement notre passé », dit-il.
    Au lieu de se déraciner de notre passé, il faut au contraire s’enraciner, plaide Bédard.
    Et célébrer « la ténacité, les sacrifices, les rêves et les ambitions de nos ancêtres sans lesquels nous ne serions rien ou si peu »…

    Réjean Labrie

  • Archives de Vigile Répondre

    26 février 2012

    Vous avez raison monsieur Labrie,
    Quel beau nom que Bournival. Ça sent la Picardie à plein nez comme dans "les roses blanches de la Picardie...la la la..."
    Vous savez que déjà à Montréal les noms les plus courants ne sont plus des noms à consonnance française.
    Et j'ai peur pour l'avenir des jolis noms de famille de chez nous car les immigrants viennent souvent de pays dans lesquels le sens de la famille est incroyable et dans lesquels les familles nombreuses sont la norme. Et ces gens conservent ici ces caractéristiques. D'un autre côté, les Québécois de souche font moins d'enfants.
    Dans ce contexte, probablement qu'il y a danger de voir se raréfier certains noms de famille.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 février 2012

    Votre propos sur l'identité culturelle est tout à fait juste. Ce n'est pas pour rien que les fédéraux et leurs vassaux ont rejetté les suggestions de mise en valeur des «familles souches», à l'occasion du 400e de Québec. L'idée de valoriser ce patrimoine à l'occasion de la fête du berceau de l'Amérique française a bel et bien été présenté au «comité organisateur». Ils ont dit non à ces gens qui voulaient rendre hommage à leurs ancêtres, précisant qu'ils voulaient des fêtes «festives» (!). On connaît la suite. Un des seuls qui a brandi le drapeau québécois a été Sir Paul McCartney. Faut le faire.

  • Réjean Labrie Répondre

    26 février 2012

    Avez-vous vu au réseau TVA la série de magnifiques capsules portant sur les patronymes bien de chez nous qui s'appelle "Le Québec, une histoire de famille"?
    C'est tellement beau que les larmes me montent aux yeux lorsque j'en vois une. Que nous sommes donc un beau peuple, oui, du bien beau monde. Merci, mon Dieu, que je sois né ici!
    Ça me rappelle la chanson de Robert Charlebois qui était composée uniquement de noms de famille québécois, un poème sonore d'une grande résonnance en nous.
    Pour visionner toutes les capsules: http://lequebecunehistoiredefamille.com/liste-familles
    Réjean Labrie