Nationalisme

Être québécois, c'est connaître tout plein de choses qu'on est les seuls à savoir

Une définition de notre identité culturelle collective

73809805fd1c8f4097e7c021beac0ccc

Tribune libre

Être québécois, c'est connaître tout plein de choses qu'on est les seuls à savoir, des choses qui ne concernent que Nous.


Je me suis fait cette réflexion l'autre jour en regardant un quiz québécois. On devait trouver de qui on parle en donnant comme indice: "il ferme la lumière en claquant des doigts à la fin de son émission". La réponse fut trouvée instantanément (Denis Lévesque bien sûr).



J'ai alors compris que vivre en Québécois dans la culture québécoise, c'est connaître 1001 petits faits de tous les jours que tout le monde sait et partage avec nous, sans qu'on ait eu à les apprendre, simplement en baignant au quotidien dans cet environnement qui est le nôtre.


C'est ce qui s'appelle appartenir à l'identité culturelle québécoise, ce qui est beau en soi et qui est digne de fierté. Car ce sont mille aspects de notre vie parmi la collectivité qui la composent.



Amusons-nous à énumérer d'autres exemples de petites choses qui nous imprègnent tous, et qu'on a pas à expliquer lorsqu'on les incorpore dans la conversation courante.


Tout le monde d'ici sait que:



1- un cipaille ou un six-pâtes est l'un de nos plats traditionnels de... la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent


2- Une exagération de Roland "hi-ha" Tremblay se termine toujours par l'exclamation... "minimum!"



3- chaque fois que les plus âgés d'entre nous voient Marie-Josée Taillefer, ils la revoient petite fille blonde dans la pub de leur enfance récitant son aide-mémoire "pop-sac-à-vie-sau-sec-fi-co-pin"



4- les champions olympiques de patinage de vitesse Charles Hamelin et Marianne Saint-Gelais ont longtemps formé un beau couple idéal



5- Laurent Duvernay-Tardif est champion de football, potier sur bois amateur et... médecin.



6- celle qui répétait comme un mantra que c'était son dernier Bye-Bye est... Dominique Michel



7- le petit pot de tire d'érable cristallise vite



8- Antoine Bertrand est tout autant Louis Cyr que le fils Bougon



9- Janette Bertrand n'est pas la mère du précédent



10- Saint-Félicien, Hemmingford et Granby ont en commun... un zoo!



11- Maurice "Mad Dog" Vachon était dans le camp des... vilains



12- Michel Louvain a toujours rêvé de... la Dame en bleu



13- Dave Morrissette à parcouru le Chemin de Compostelle avec... son père et ses fils



14- Il suffit d'entendre les premières notes de Passe-Partout, de La p'tite vie, de Symphorien, pour déclencher tout l'air dans notre tête



15- le metteur en scène Robert Lepage habite à... Québec



16- le fameux hôtel Madrid était situé du côté nord de l'autoroute 20 sur le trajet Québec-Montréal, et que vous vous y êtes sans doute déjà arrêté avec les enfants pour voir les dinosaures et entendre chanter Normand L'Amour



17- la pièce la plus jouée de l'histoire au Québec est... Broue, de Claude Meunier



18- que le Mae West et le Jos Louis sont deux variations du même petit gâteau classique, même si plusieurs ont oublié qui sont les personnages réels auxquels ils font référence



19- pourquoi la patineuse artistique Joannie Rochette avait la mort dans l'âme le jour de sa victoire aux Jeux olympiques.



20- que Maman Dion n'était pas que la mère de Céline, mais aussi la figure maternelle symbolique représentative de toutes les bonnes mamans québécoises dévouées d'antan, celle que nous avons eue, celle que nous aurions aimé avoir


Mais oui, vous saviez tout cela!


Et c'est précisément ça qui fait que vous êtes québécois, tout ce paquet de petits riens que vous partagez avec tous les autres.



Ce sont ces milliers de points communs, de petits éléments du quotidien, qui font que nous sommes tissés serrés de la même laine. Tous ces petits faits s'imprègnent en nous, sans qu'on s'en rende compte, et on y fait allusion dans toutes les conversations sans avoir à fournir d'explications.


Tout cela mis ensemble, cela forme une encyclopédia québecensia en 20 volumes débordant de tout plein de choses qui meublent le cerveau de chacun d'entre nous et qui nous rendent plus semblables encore. De là l'importance cruciale de la chose. C'est ce que nous avons à partager de plus beau, comme des souvenirs d'enfance. C'est la base des échanges.



Et ça ne s'apprend pas à l'école. Ça s'apprend au contact du vrai bon monde de chez nous. De l'enfance jusqu'à la vieillesse.


Ce sont nos petits secrets de famille, quoi!

C'est tout cela qui s'additionne pour former le portrait de notre précieuse et belle identité collective nationale.



C'est comme cela qu'on reconnaît qu'on est d'ici, et de nulle part ailleurs. C'est pourquoi il fait toujours si bon de rentrer à la maison au retour d'un voyage. On retrouve nos repères, nos vieilles pantoufles si confortables.



On ne peut être vraiment heureux que lorsque l'on se sent chez soi parmi les siens, parmi ceux qui sont comme nous. Qui se ressemble s'assemble, on ne saurait mieux dire.


Car ça prend un fond commun de référents quotidiens, qui fait qu'on n'a pas à faire de dessin lorsqu'on se parle ensemble. C'est comme ça qu'on se comprend, c'est comme ça qu'on voit qu'on est pareils.



Alors, être québécois, c'est ni plus ni moins connaître et partager tout plein de choses qu'on est les seuls à savoir. C'est simple comme bonjour! C'est une définition qui en vaut bien une autre.



Être québécois, c'est être relié aux autres comme nous comme dans un dessin dont on relie les points qui nous permet d’apercevoir la forme finale, cette forme finale qui épouse le contour du territoire du Québec. Cette forme finale qui pourrait ressembler à une constellation d'étoiles reliées les unes aux autres et brillant dans le firmament, représentant la nation québécoise historique qui se perpétue de génération en génération.



C'est l'humoriste François Morency qui disait: "tout le monde mérite bien un hommage". Reformulons cette formule en: "tous les Québécois de souche méritent bien un hommage", du simple fait d'être ce qu'ils sont sur cette planète en tant que collectivité tissée serrée comme une ceinture fléchée, distincts de tous les autres et beaux en-dedans comme en-dehors.



Vive le Québec des Québécois!


Celui que nous connaissons tous dans ses moindres détails.



Là où nous sommes enracinés pour la vie.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie537 articles

  • 1 009 414

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale à l’aide sociale.

Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 530 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion depuis plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Michel Sain Répondre

    6 février 2020

    Donc, si je comprend bien, le québécois de souche ne possède que des références culturelles post révolution tranquille ?


    Je préfère me considérer Canadien Français afin de puiser dans plus de 400 ans d'histoire d'un peuple qui se résume en beaucoup plus que des jos louis .