L'absent

Loin de rehausser son prestige, la «victoire» de M. Charest démontre plutôt un manque de jugement politique inquiétant.

Sortie de crise

Jeudi soir, alors que tout le monde sur la colline parlementaire se demandait si le gouvernement Charest vivait ses dernières heures, Claude Béchard croyait se souvenir qu'à la veille du congrès où le PLQ allait enterrer le rapport Allaire, en août 1992, on cherchait déjà Mario Dumont.
Hier, à l'Assemblée nationale, le premier ministre Charest a lourdement souligné l'absence de «Sa Majesté» au moment où la crise budgétaire arrivait à son dénouement. «Pendant que des gens cherchaient des solutions, d'autres préparaient des élections.»
Il y a 15 ans, on pouvait difficilement reprocher au président de la commission jeunesse du PLQ d'avoir voulu s'éloigner un peu de la fournaise. Les pressions qu'il subissait pour l'amener à accepter l'entente de Charlottetown étaient presque insupportables pour un jeune homme de 22 ans.
Aujourd'hui, M. Dumont est chef de l'opposition officielle. Aucune raison ne pouvait justifier son absence de la capitale jeudi soir. Dans ces circonstances exceptionnelles, c'était à lui d'ajuster son horaire à celui du premier ministre. Il n'avait pas à changer d'idée si le budget lui semblait toujours inacceptable après avoir rencontré M. Charest, mais son devoir était de se montrer disponible. Le chef de l'ADQ a passé toute la journée d'hier à se justifier, mais il a lui-même reconnu que «ce n'était peut-être pas idéal d'être à Montréal».
Sa présence n'aurait sans doute rien changé au cours des événements, mais elle aurait au moins donné un peu de crédibilité à ses protestations de bonne foi. «On n'a jamais exclu la possibilité de voter pour le budget», a-t-il soutenu. Il n'empêche qu'il aurait fallu un microscope pour déceler une quelconque ouverture dans les propos qu'il a tenus depuis le début.
Le chef de l'ADQ a qualifié de «délire» l'idée qu'il se préparait secrètement à la tenue d'élections. À l'entendre déplorer la façon dont le PQ «s'est effondré à la dernière minute», son soulagement d'avoir évité un scrutin estival ne semblait cependant pas évident.
***
M. Dumont n'avait pourtant pas tort d'ironiser sur les mamours que libéraux et péquistes se faisaient hier matin. À les entendre, la «compréhension» et la «sagesse» de François Gendron n'avaient d'égales que «l'ouverture» dont Monique Jérôme-Forget avait fait preuve.
Pour les «faucons» du PQ, notamment François Legault, la pilule n'en est pas moins difficile à avaler. Sur ce qui était au coeur du litige, c'est-à-dire la baisse d'impôt de 950 millions, la victoire du gouvernement est complète.
Soit, les dépenses supplémentaires de 100 millions ne seront pas financées par une nouvelle ponction fiscale sur les particuliers ou par des réductions de services, mais la solution imaginée par Mme Jérôme-Forget -- et approuvée par M. Legault -- risque de se transformer en une nouvelle hausse du prix de l'essence.
Si quelques ego peuvent en sortir amochés, le PQ a néanmoins tiré un profit non négligeable de cet épisode. Au moins pendant quelques jours, il a retrouvé le rôle d'opposition officielle que l'ADQ lui a enlevé le 26 mars dernier. Il a perdu la partie, mais il peut se consoler à l'idée qu'il a mené le jeu.
S'il en était encore besoin, il est apparu que l'ADQ n'existe que par Mario Dumont. Aussi bien dans le cas du PLQ que dans celui du PQ, la dynamique du caucus des députés a constitué un facteur important. Sauf dans le cas de Gilles Taillon, que son passé de président du Conseil du patronat est venu hanter, personne ne s'est demandé un seul instant ce que les députés adéquistes pouvaient bien penser, ni même s'ils étaient capables de penser par eux-mêmes. S'il faut en plus que le chef soit absent...
La période de questions orales à l'Assemblée nationale, monopolisée par une poignée de députés plus aguerris, constitue une vitrine trompeuse. D'ailleurs, lire une question préparée d'avance n'exige pas une grande envergure. Cette semaine, le PQ a donné l'impression qu'il est bien plus prêt que l'ADQ à offrir une solution de rechange au gouvernement Charest.
***
Parler d'une «victoire à la Pyrrhus» est peut-être un cliché, mais cela illustre à merveille celle que vient de remporter le premier ministre Charest. Les députés libéraux ont poussé un soupir de soulagement jeudi soir, mais rien ne justifiait ce psychodrame qu'un minimum de doigté aurait permis d'éviter.
Le budget de Mme Jérôme-Forget prenait le contre-pied des bonnes résolutions que M. Charest avait prises dans le discours inaugural, quand il disait: «Le gouvernement ne pourra décider seul.» Le budget ne sous-estimait pas les demandes du PQ, comme l'a dit la ministre des Finances, il les ignorait tout bonnement.
La promesse irréfléchie de consacrer la totalité des 700 millions venant de la hausse de paiements de péréquation avait été prise dans la perspective d'un gouvernement majoritaire. Personne n'aurait pu reprocher sérieusement à M. Charest de prendre acte des résultats du 26 mars, bien au contraire.
Dans un Parlement minoritaire il appartenait au gouvernement de donner l'exemple de la responsabilité qu'il réclamait des partis d'opposition. Il vient au contraire de justifier à l'avance toutes les préventions que susciteront ses prochaines initiatives.
Loin de rehausser son prestige, la «victoire» de M. Charest démontre plutôt un manque de jugement politique inquiétant. Simplement pour satisfaire son amour-propre, il a pris le risque d'entraîner son parti dans une aventure suicidaire. Alors qu'il aurait dû marquer un nouveau départ, le souvenir du budget dont Mme Jérôme-Forget était si fière sera celui d'un désastre évité de justesse.
Tout le monde connaît maintenant la date de péremption de ce gouvernement: c'est celle du prochain budget. Cela laisse au moins au PLQ le loisir de se trouver un nouveau chef. Les aspirants s'affairent déjà.
mdavid@ledevoir.com


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé