Parle français !

Tu es le fils légitime des Amériques,Lorsque tu luttes pour ta Liberté

Tribune libre 2008


Parle français, car tes pères parlaient français,

Foulés, écrasés, rabattus, ils se sont levés,

Condamnés, diffamés, calomniés,

Ils ont parlé,
Ils ont parlé une langue,

Qui les unissait par les sons,

Et qui les rendait nation,

Par le sens,
Je te le dis :

Tes pères ont souffert,

Rappelle-t’en, de temps en temps,

Non pour pleurer, mais pour te lever,

Et affronter les vicissitudes du destin,

Avec une force, qui vient de loin,
Je te le dis :

Tes mères ont accouché de mille douleurs,

Mais elles les ont élevées,

Faisant des douleurs des supplices,

Puis, de là, des adultes et des amis,

Elles avaient une beauté, qui se lisait dans les rides,
Je te le dis :

Je parle anglais mieux que toi, ô Québécois,

Mais je suis fier de mon français,

De mon pays, de ma langue, de ma culture,

Je suis fier d’être un fils d’Aquin,

Plus que de n’être un cousin de Jefferson,
Souviens-toi du destin,

Dont le germe est dans leur lutte,

Y vete adelante,

Va de l’avant,

Tu es le fils légitime des Amériques,

Lorsque tu luttes pour ta Liberté.
David Poulin-Litvak

Squared

David Poulin-Litvak51 articles

  • 38 336

[Campagne pour une Assemblée citoyenne sur la réforme du mode de scrutin au Québec ->http://www.assemblee-citoyenne.qc.ca/]





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • David Poulin-Litvak Répondre

    1 avril 2008

    Oui, bien que ce n'était pas expréssement precisé dans ce court commentaire, je suis bien sûr d'avis que ces communautés, comme le mentionne Sébatien, ne sont que des communautés, qu'elles ne forment pas nation. Pour ce qu'il en est des Noirs, c'est bien sûr aussi souvent le cas, avec quelques exceptions, comme Haïti, où les Noirs sont majoritaires (NB je ne suis pas un spécialiste de la question noire dans les Amériques, ni d'Haïti).
    Il faut donc peut-être parler "des communautés immigrantes", et l'on pourrait peut-être parler de la "grande communauté noire des Amériques" pour la distinguer des autres communautés souvent d'ancrage plus récent et, en plus d'être éclatées, qui n'ont pas un sentiment aussi fort que la négritude américaine.

  • Archives de Vigile Répondre

    1 avril 2008

    En appui aux commentaires précédents.
    Il y a effectivement 4 Amériques européanisées : l'espagnole, la portugaise, l'anglaise et la française. La néerlandaise et la suédoise n'ont pas survécu.
    Il y a les afro-Américains oui .
    Il y a les Autochtones oui.
    Les QUébécois le savent bien.
    Leurs aïeux, colons français devenus Canadiens, le savaient encore mieux en tout cas.
    Pour les autres "immigrants", il ne faudra pas parler de "nation", plutôt de "communautés" plus ou moins intégrées au pays/nation-hôte.
    On mélange trop souvent ethnie, communauté dite ethno-culturelle et nation. Si on rajoute État ça devient plus compliqué encore.

  • David Poulin-Litvak Répondre

    2 mars 2008

    Personnellement, je suis assez d'accord avec vous, mais je dirais en revanche qu'il y a sept nations ou communautés dans les Amériques, en plus de quatre nations de langues européennes, qui dominent les sociétés desquelles elles font partie, mais, à leurs côtés, il y a aussi, plus diffuse, la Grande nation des Premières Nations des Amériques, puis, la communauté noire, qui ne forme pas nation, mais qui marque une identité, l'identité noire des Amériques, enfin, il y a les immigrants des autres cultures, catégories plus éclectique, ces immigrants qui conservent une part d'identité distincte, qu'ils soient Italiens, Juifs, Arabes, Chinois, Pakistanais, etc.
    Cependant, ce qui est clair, c'est qu'il y a quatre grandes nations linguistiques, le Québec, la plus petite, sera naturellement la dernière à "réaliser sa nationalité", à réaliser qu'elle forme nation.