Un dangereux gauchiste

Tribune libre

Sur les rémunérations
"It was demonstrated in war time that too quickly increasing a man's pay sometimes increases only his cupidity and therefore decreases his earning power." (p. 128)

"if the salary of a hundred-dollar-a-day man were increased overnight to three hundred dollars a day he would probably make a bigger fool of himself than the working man whose pay is increased from one dollar to three dollars an hour." (p. 128)
Sur la spéculation
"The negation of the industrial idea is the effort to make a profit out of speculation instead of out of work." (p. 140)
Sur les profits
"I regard business profits above a small percentage as belonging more to the business than to the stockholders." (p. 161)

"Profits belong in three places: they belong to the business – to keep it steady, progressive and sound. They belong to the men who helped produce them. And they belong also, in part, to the public. A successful business is profitable to all three of these interests – planner, producer, and purchaser." (p. 164)

Henry Ford, My Life & Work, London, William Heinemann Ltd, 1923, 289 p.

Squared

David Poulin-Litvak51 articles

  • 38 336

[Campagne pour une Assemblée citoyenne sur la réforme du mode de scrutin au Québec ->http://www.assemblee-citoyenne.qc.ca/]





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    12 avril 2010

    À une époque, les Américains, tout de même de grands capitalistes, constituaient un peuple sensé.
    Les choses se sont détériorées, pour eux, parce qu'assez vite, le genre d'individu ayant le plus d'influence, dans leur société, est passé d'être l'industriel qui produisait, tout en ayant un certain respect de sa communauté, et une certaine notion de la répartition de la richesse, générée pour la nation (pas seulement pour une petite clique), à une sorte de riche parasite narcissique, qui s'enrichit au moyen des efforts et des prises de risques, et accrément des pertes, des autres. Les gens haut placés à Wall Street, notamment...
    Aujourd'hui, aux États-Unis, moins de 5% de la population, possède 90% de tous les genres de ressources, ceci incluant non seulement l'argent, mais les terrains, immeubles, droits sur différentes choses, etc, etc.
    Les riches parasites, ceux qui sont dans cette clique, achètent des politiciens, comme ils achètent bien d'autres choses. Et pour maintenir ce nouvel ordre établi, toute personne exprimant publiquement le fait de vouloir faire évoluer les choses, ce fera traiter de communiste!
    Hum... Communiste... Je me demande combien de gens qui utilisent ce terme comme si c'était une grave insulte, se sont donné la peine de lire Karl Marx...

  • Archives de Vigile Répondre

    12 avril 2010

    En effet, quelle ironie !
    C'est pourquoi Ford admirait Hitler qui s'était débarassé du joug des banques centrales et a complètement remis l'économie allemande sur pied et le chômage à zéro grâce au troc avec ses voisins !
    Ford (et tant d'autres véritables patriotes) fustigeait la trahison nationale du rétablissement de la banque centrale fédérale contrôlée par les Rothshilds et qui devenait le "prêteur" "Shylock" à l'État.
    Cette banque centrale qui n'est qu'une manette "inflation-dépression" de la valeur virtuelle (dollar-papier) pour s'accaparer la valeur réelle (ressources naturelles, maisons, travail, etc..).
    Ces mêmes banques dont TOUS les "journalistes" n'ont pas besoin qu'elles leur rappellent qu'il faut parler de "crise" comme d'un virus imprévu dont personne n'a la responsabilité.