La Recolonisation subtile - Nous sommes Québécois!

Mais le multiculturalisme, c’est plutôt : parle anglais, rouspète dans ta propre langue, et case-toi. C’est une autre formule, plus raffinée, plutôt que de dire, sèchement : "speak white".

Tribune libre

Le Québec est en train, subtilement, d'être recolonisé. Cette recolonisation se fait par le biais de la pénétration de l'anglais au Québec, et de l'influence culturelle anglo-saxonne. Pour mieux faire passer la pilule, l'on enrobe le tout de cette formule magique: le multiculturalisme. Le multiculturalisme peut vouloir dire ce qu'on peut bien vouloir lui faire dire. Il pourrait vouloir dire protection, mise en valeur et expansion de la langue française, minoritaire, entourée, et menacée au Québec. Mais le multiculturalisme, c'est plutôt: parle anglais, rouspète dans ta propre langue, et case-toi. C'est une autre formule, plus raffinée, plutôt que de dire, sèchement: "speak white".

Cependant, il y a une autre colonisation, un autre aspect de cette soumission de la culture québécoise au joug anglo-saxon. Ce n'est ni la langue, ni les éléments extérieurs de la culture anglo-saxonne, mais bien les valeurs, les habitudes, les pratiques, qui constituent, nourrissent et assoient la culture, de l'intérieur. L'acculturation du Québécois est un processus multidimensionnel, mais il se résume à un mot: soumission. Et peut-être, aussi, démission. Les comportements soumis sont renforcés, et les comportements de démission sont applaudis. Le Québécois redevient un nègre blanc, dans son pays.

Mais le nègre est fort, s'il accepte qu'il est noir. Le soumis, lui aussi, sera fort, s'il accepte qu'il est Québécois. C'est aussi simple que cela: ne pas chercher à être autre chose, ne pas s'évader, s'abrutir, ne pas refuser, mais accepter, et vouloir dépasser. Le Noir est grand, parce qu'il est Noir. Osera-t-on dire qu'il y a un homme plus grand, aux États-Unis, que Martin Luther King? Certes non, il est le plus grand, il est le premier des Américains, le Roi des Amériques. Et il en est ainsi des Québécois. Les Québécois sont grands parce qu'ils sont Québécois. Le peuple, le pays, la liberté et l'indépendance ne sont que la Réalisation de cette simple vérité. Nous sommes Québécois.

Squared

David Poulin-Litvak51 articles

  • 38 336

[Campagne pour une Assemblée citoyenne sur la réforme du mode de scrutin au Québec ->http://www.assemblee-citoyenne.qc.ca/]





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2012

    Ce que vous écrivez sur ce site web est intéressant en général. Je dois cependant intervenir face à la mauvaise utilisation de terme "coloniser" dans vos différents articles. La colonisation implique un décalage temporel entre les colons et les colonisés. Les romains ont colonisés la Gaule. Les français et les anglais ont colonisé l'Afrique et l'Amérique du Nord. Il y avait dans ces cas des décalages temporels très importants.
    Guillaume le Conquérant a conquis l'Angleterre et pas colonisé car il n'y avait pas de de décalage temporel entre les normands et les anglo-saxons en 1066. Les français ont conquis la Savoie. Les allemands on conquis la France en 1940, etc.
    On ne peut absolument pas parler de colonisation au Québec en 2012. Il y a une globalisation de la culture, une influence, un envahissement voire une conquête si vous voulez. La colonisation n'est pas du tout le terme approprié et fait d'ailleurs apparaître le Québec comme étant "en retard temporel", ce qu'il n'est pas.