Les étoiles filantes

L'affaire Arcand

À la veille de chaque scrutin, le PLQ présente une nouvelle brochette de prétendues vedettes issues du milieu des affaires, histoire de rappeler qu'il demeure le parti qui a créé la Caisse de dépôt et développé la Baie-James.
Cette opération de marketing est une figure imposée essentielle au succès des libéraux. En 1998, l'ancien président de Téléglobe, Charles Sirois, que Jean Charest avait envoyé à la chasse aux candidats économiques, était rentré bredouille et les libéraux étaient restés dans l'opposition.
Le PLQ a beau cultiver avec le plus grand soin son image de bâtisseur de l'économie québécoise, le plus récent sondage Léger Marketing indique que le gouvernement Charest souffre d'un sérieux déficit de crédibilité à ce chapitre.
Des trois chefs dont le parti est représenté à l'Assemblée nationale, c'est à M. Charest qu'on fait le moins confiance pour assurer le développement économique et la création d'emplois. Pourtant, ni André Boisclair ni Mario Dumont n'ont placé le développement économique au centre de leur discours alors que le gouvernement a multiplié les annonces de projets et de politiques au cours des derniers mois.
Le passage des affaires à la politique peut toutefois être périlleux. Dès le lendemain de l'annonce de sa candidature dans Mont-Royal, l'ex-président de Corus, Pierre Arcand, a mis les pieds dans les plats en comparant le chef de l'ADQ à Jean-Marie Le Pen.
De toute évidence, les libéraux ont planifié une attaque en règle contre le chef de l'ADQ sur la question de l'accommodement raisonnable, mais il faut savoir jusqu'où aller trop loin. Il est vrai que le chef de l'ADQ verse facilement dans une démagogie navrante, mais cela ne justifie pas de renchérir dans la bêtise. Éviter la langue de bois ne signifie pas non plus qu'on puisse dire n'importe quoi.
***
Les gens d'affaires qui débarquent en politique ne sont pas toujours bien préparés à affronter les médias, particulièrement voraces en période électorale, mais M. Arcand n'a pas cette excuse.
Voir un homme qui a fait carrière dans les communications déraper de la sorte laisse pour le moins perplexe. Dans sa mise au point, M. Arcand a reconnu que l'analogie avec Le Pen était «très forte», mais il ne s'en est pas vraiment excusé. Le premier ministre, qui dénonce continuellement le manque de jugement d'André Boisclair, devrait regarder dans sa propre cour.
Certes, une gaffe ne fait pas une carrière. Il est un peu tôt pour ranger M. Arcand dans la catégorie des étoiles filantes issues du milieu des affaires, qui ne sont apparues dans le firmament politique que pour mieux disparaître, mais il est clairement «à risque».
En 1994, les journalistes avaient découvert avec ravissement le potentiel de l'ancien président de l'Association des manufacturiers du Québec, Richard Le Hir, que Jacques Parizeau s'était entêté à recruter contre l'avis général. Du début à la fin de sa brève carrière, et même après, il ne les a jamais déçus.
Dès les premiers jours de la campagne de 1985, il était immédiatement apparu que le vice-président de la Banque de Montréal, Pierre MacDonald, présenté comme une grande vedette du futur gouvernement Bourassa, était un sujet très prometteur.
Le jour de l'annonce de sa candidature dans Robert-Baldwin, il avait fait blêmir son chef en déclarant sur un ton catégorique qu'il était impossible pour un nouveau gouvernement de présenter un budget dix jours après son élection, comme M. Bourassa s'y était précisément engagé. En pleine crise linguistique, il avait tout de même été assez étonnant de le voir raviver le souvenir des «grosses maudites Anglaises de chez Eaton».
***
Au total, les vedettes économiques que le PLQ a placées en vitrine pour cultiver son image ont rarement connu un grand succès. Si elles avaient bien réussi dans leur secteur respectif, la plupart n'étaient pas très douées pour la politique et se sont rapidement éclipsées après avoir fait profiter leur parti d'adoption de leur crédibilité le temps d'une campagne.
L'actuel ministre des Finances, Michel Audet, qui présentera son dernier budget mardi prochain, est un bon exemple. M. Audet a été un sous-ministre respecté. Son travail à la Fédération des chambres de commerce du Québec a également été apprécié, mais il ne sera jamais intronisé au temple de la renommée politique. Il a tout de même fait mieux qu'Yves Séguin, expulsé à mi-mandat après avoir été présenté comme la huitième merveille du monde.
Bien sûr, toute règle a ses exceptions. Quelques transfuges du milieu des affaires ont réussi leur reconversion. Par exemple, Raymond Bachand semble avoir l'étoffe et peut légitimement aspirer aux Finances. Au PQ, Lucien Bouchard avait également eu la main heureuse en recrutant François Legault qui, même dans l'opposition, demeure un des meilleurs de son camp.
Il est plutôt rare qu'un ministre expulsé du cabinet soit réintégré après une période de purgatoire, mais cela s'est déjà vu, comme M. Charest peut lui-même en témoigner. Après le malheureux épisode du Suroît, Sam Hamad a eu tout le loisir de réfléchir à la différence entre la politique et les affaires. On a pu l'apercevoir à l'arrière-plan jeudi, quand M. Charest a présenté son équipe économique 2007. Qui sait, peut-être aura-t-il droit à une deuxième chance?
mdavid@ledevoir.com


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé