Par respect pour les 2 nations historiques

Le Canada doit être renommé le Canada-Québec

Comme dans Terre-Neuve-et-Labrador

87b0be5f8ac4dc1695c3f89034d1d3fd

Tribune libre

Le Canada doit être renommé le Canada-Québec, par respect pour les 2 nations majoritaires qui forment le pays.



C’est sur le même principe qu’il y a 2 langues officielles, pas 10. Et 2 nations principales, pas 50 minoritaires.





D’autant plus que nous sommes historiquement plus importants que le Canada, car nous sommes le vrai peuple fondateur du pays. Eux ne sont que les vils conquérants par la force des armes, les pilleurs, les dévastateurs, les usurpateurs, à l’instar de la Russie en Ukraine. Ce serait la moindre des choses que le nom du pays le reconnaisse et le reflète.



Ci-dessus: Samuel de Champlain: Carte géographique de la Nouvelle France réalisée en 1612


 


On part du même principe que l’appellation Terre-Neuve-et-Labrador, accentuée pour souligner les 2 entités réunies. Outre-Atlantique, il existe toujours le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande. C’est une appellation qui a toujours cours.



Nous devons nous affirmer et insister pour être reconnus à travers ce qui deviendra le nouveau nom officiel du pays : le Canada-Québec, ou encore le Canada-et-Québec, et en français comme il se doit.



Cela s’apparenterait au cas de la Bosnie-Herzégovine . Bien qu'en français on dise couramment « Bosnie-Herzégovine », la traduction littérale du bosnien Bosna i Hercegovina est « Bosnie-et-Herzégovine » (avec un « et » que l'on retrouve dans la plupart des autres langues). Le pays unit ainsi deux régions historiques, sans rapport avec les entités autonomes actuelles, et n'est pas réductible à une Bosnie à laquelle on accolerait un adjectif. On obéirait alors au même principe d’attribution en renommant le pays Canada-Québec ou Canada-et-Québec, pour reconnaître l’importance et l’égalité des 2 peuples fondateurs historiques.



Actuellement, on doit se contenter de se dire que le Québec est implicitement inclus dans le mot Canada, mais qui est courant hors du pays? Comme c’est là, c’est comme si on cherchait à cacher la chose, à nous diminuer, à nous rendre secondaire, indigne de mention. L’anomalie doit être rectifiée. Reprenons la place qui est la nôtre, celle qui nous revient de droit. Qu’on mette les 2 nations d'égal à égal, sur le même pied.



Sur le plan du retentissement international, il faut que le nom allongé souligne notre importance et notre égalité par rapport au reste du pays, ainsi que la différence qui fait notre spécificité. Qu’il reflète une dualité mutuellement exclusive qui ne s’est jamais démentie avec le temps, tant nous avons su conserver avec succès notre identité collective bien distincte, et ce, malgré leurs efforts persistants pour nous amoindrir et effacer.



Il importe que ce nouveau nom inclusif indique que nous nous considérons sur un pied d’égalité avec le Canada anglais et que nous exigeons que la chose soit enfin reconnue dans le nom officiel du pays : le Canada-Québec.



Le vil conquérant britannique a commencé par voler notre nom d'origine, le Canada, pour ensuite s’approprier notre hymne national, l'Ô Canada d’Adolphe-Basile Routier et Calixa Lavallée. Pour reprendre la place qui nous est due, ajoutons au nom existant le terme qui nous désigne maintenant, le Québec. Et que cela donne le Canada-Québec.



Il faut que le reste du monde apprenne notre existence, notre survivance, quitte à s’en étonner, quitte à s’en réjouir.


Posons tous ensemble ce geste audacieux d’affirmation nationale québécoise.



Contactez votre député fédéral pour qu’il enclenche cet emballant processus de reconnaissance et de renaissance.


Revendiquons qu’on soit désormais identifiés sur toutes les plateformes par la dénomination qui est la nôtre et qui nous représente le mieux, le Québec, qu’on retrouvera en toutes lettres, et étroitement associé au nouveau nom composé du Canada-Québec.



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie842 articles

  • 1 454 805

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 840 articles publiés en ligne ont été lus un million 450 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    1 juin 2023

    On peut se demander si même le Bloc québécois arriverait à faire passer une requête aussi audacieuse. On doit s’attendre à l'habituelle résistance arrogante du fédéral devant une telle volonté d’affirmation de la nation québécoise…


    Mais quoi qu’il en soit de l’issue d’une telle demande, il est bon d’envisager l’idée même que le Canada soit renommé le Canada-Québec, si ce n’est que pour nous faire prendre conscience à quel point le Canada anglais répugne à nous considérer sur le même pied qu’eux.


    De plus, ce refus méprisant de nous accorder ce changement de nom légitime nous donnera une raison de plus pour justifier l’indépendance du Québec de ce pays qui refuse de reconnaître notre importance et notre place historique.


    Le Canada n’est pas fait pour nous. Le Québec, si.


    À lire: 9 nouvelles raisons de faire l'indépendance du Québec en 2022



  • Normand Bélair Répondre

    30 mai 2023

    «Le vil conquérant britannique a commencé par voler notre nom d'origine, le Canada, pour ensuite s’approprier notre hymne national, l'Ô Canada d’Adolphe-Basile Routier et Calixa Lavallée.»


    N'oubliez pas qu'il a volé notre nom aussi: les Canadiens. À l'origine nous étions ça des Canadiens. Pendant plus de 250 ans nous avions ce nom jusqu'au jour, ils ont décidés d'abaisser notre statut à canadien français, pour se garder en exclusivité le terme Canadian pour les nouveaux immigrants arrivants ici, les Loyalistes.


    Aujord'hui, l'histoire se répète, on utilise Canadiens pour désigner les nouveaux arrivants même sur le territoire québécois. Triste répète de l'histoire.


  • Normand Bélair Répondre

    30 mai 2023

    Plus simple, c'est au Québec de se nommer Canada, et laissez le ROC se trouver un autre nom.