Mais oui, c'est bien Nous, pas ceux qu'on pense

Les Québécois de souche, le vrai peuple racisé

Nommons les vils raciseurs

C1037c5c601ba81ac4ec083ca2675d5e

Tribune libre

Les Québécois, peuple racisé, mais oui, c'est bien Nous, pas ceux qu'on voudrait nous faire croire.


Les Québécois sont actuellement la cible de nombreux ennemis du peuple de souche qui a fondé et développé le pays depuis 500 ans, des ennemis jurés qui cherchent à garder leur domination sur eux, à les affaiblir et ultimement les réduire à néant.


C'est ce qui fait de nous un peuple racisé, c'est-à-dire visé par des groupes identifiables qui voudraient bien nous rayer de la carte afin de prendre notre place et occuper notre terre natale. Des groupes qui nous considèrent comme une entité à combattre et à amoindrir par tous les moyens. où tous les coups bas sont permis.


Qui sont les raciseurs qui ont ainsi juré notre perte?




1- les fédéralistes ainsi qu'une bonne partie de la population canadienne qui n'auront de cesse que nous ayons disparu de la province ou que nous soyons totalement assimilés



2- les multiculturalistes diversitaires qui cherchent par tous les moyens à remplacer une société québécoise homogène et heureuse de l'être par un ramassis multi-ethnique et multi-confessionnel de communautés issues des pays les plus sous-développés et les moins évolués du tiers-monde



3- une bonne part des immigrants issus du tiers-monde qui n'ont que faire de la sauvegarde de la nation et de la culture québécoise, préoccupations qui les indiffèrent totalement, et qui ne lèveront pas le petit doigt pour la soutenir et lui prêter main forte. Ils sont les pions d'un vaste plan d'immigration de remplacement par substitution.



3- les mondialistes avec Justin Trudeau le post-moderniste à leur tête qui cherchent à détruire l'âme de la nation québécoise, la fierté de ses origines, l'attachement à sa terre natale, à sa langue maternelle, à sa culture, à son héritage religieux, à son histoire qui demeurera toujours une grande épopée héroïque



4- les anglo-montréalais et les allophones anglicisés qui veulent toujours plus du Canada au Québec et toujours moins du Québec au Canada. Ensemble, ils forment une alliance bétonnée de blocage à l'indépendance



5- les médias anglophones ligués conjointement contre nous et coupables de dénigrement systématique renouvelé cherchant à nous rabaisser. Jamais l'un d'entre eux n'a pris la défense de nos droits bafoués ni des intérêts québécois



6- les anti-populistes avec leurs airs de supériorité: la gauche caviar élitiste, accusatrice et culpabilisante, les pseudo-intellectuels déconnectés dans leur tour d'ivoire, les universitaires timbrés (dans le genre de ceux qui ont rédigé un certain rapport T-B), emberlificotés qu'ils sont tous dans leurs théories fumeuses et inapplicables


Ne cherchons pas plus loin: nous les avons les 6 bonnes raisons de faire l'indépendance au plus coupant. Pour reprendre les rênes de notre destinée.


Et se débarrasser des poids morts qui entravent notre cheminement collectif vers la liberté, notre rendez-vous inévitable avec le destin prometteur d'un avenir résolument meilleur.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie484 articles

  • 919 711

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise. L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Éric F. Bouchard Répondre

    9 mars 2019

    Toute cette typologie tombe à plat quand on reconnaît que ces soi-disant ennemis du Québec sont pleinement Québécois. Ils défendent seulement leur conception du peuple québécois qui en vaut bien une autre, surtout lorsqu’elle s’accorde pile poil à la législation québécoise mise en place depuis les années 1970, de même qu’aux résultats référendaires obtenus. Le seul moyen de raviver un sentiment national fort est de recouvrer celui qui animait les anciens jusqu’en 1968. « Québécois de souche » M. Labrie? Vous l’êtes en effet tout comme les descendants des anglophones et allophones établis au Québec depuis 1763. Big deal, comme dirait l’Autre.