Un bouquet de 1000 petits hymnes régionaux

Pourquoi pas une chanson-thème officielle pour chaque ville québécoise?

Pour mousser la fierté régionale

62db8a806626b21fb843921b5ad8d11a

Tribune libre

L'autre jour à la télé, il y avait le talentueux chanteur fantaisiste et homme-orchestre accompli Damien Robitaille qui s'est mis à chanter au piano un tas de chansons de son cru sur diverses régions et villes du Québec qu'il avait visitées en tournée: Saguenay, Abitibi-Témiscamingue, Shawinigan, Québec, agrémentées de paroles humoristiques et d'onomatopées ludiques.



En l'écoutant, je me suis dit que ce serait amusant que chaque ville, chaque village du Québec possède sa petite chanson, son thème musical, son petit air représentatif, son "jingle" pour l'identifier.



La "petite toune" aurait mille applications. Elle pourrait être jouée sous forme instrumentale au début de la réunion du conseil municipal, par la fanfare scolaire lors du défilé du 24 juin, reprise en coeur par le public avant un match sportif local, comme musique de fond lorsque la ligne téléphonique est en attente aux numéros municipaux, à l'école le matin avant le salut au drapeau québécois, dans les pubs destination vacances au Québec. Les gens pourraient les utiliser comme sonnerie de cellulaire.



Lorsqu'on présenterait un invité à la télé, il serait introduit par le thème de sa ville natale.



Plusieurs de nos belles villes possèdent déjà des airs dans lesquels on les mentionne:


(Cliquez sur le titre de chaque chanson pour l'entendre)


- À Québec au clair de lune, de Marius Delisle ou Les ailes d'un ange, de Robert Charlebois


- Montréal, de Beau Dommage ou Je rentre à Montréal, d'Ariane Moffatt


- Les Escousmins, cités dans Rouler la nuit, de Beau Dommage


- L'Île Perrot, citée dans Motel "Mon repos", de Beau Dommage


- l'Île d'Orléans, dans Le tour de l'île, de Félix Leclerc


- Entre Matane et Bâton Rouge, d'Isabelle Boulay


- Sainte-Foy, dans I lost my baby, de Jean Leloup


- À Sainte-Adèle, P.Q. de Jean-Pierre Ferland


- Rigaud, dans En revenant de Rigaud, de Lucien Boyer


- Gatineau, dans Ma jolie Louise, de Daniel Lanoie


- La Gaspésie, dans La Gaspésienne pure laine, de Madame Bolduc


Plusieurs chansons country québécoises vantent les beautés de la Gaspésie et des autres régions.



Les compositeurs locaux pourraient composer une chanson dans le cadre d'un concours pour encourager la culture. Condition pour y participer: habiter à ces endroit.



Certains compositeurs locaux célèbres pourraient composer pour leur patelin: Richard Séguin pour son coin de pays en Estrie (Saint-Venant-de-Paquette), Fred Pellerin pour Saint-Élie-de-Caxton, Richard Desjardins pour Rouyn-Noranda, Gilles Vigneault pour Natashquan.



Le ministère de la culture pourrait se charger de piloter ce beau projet rassembleur qui susciterait participation, engouement et enthousiasme, en collaboration avec les médias, les émissions de radio ou de télé.


Un site permettrait de les entendre toutes regroupées et de télécharger la sonnerie de cellulaire.



Chaque thème régional deviendrait une espèce d'emblème musical, comme la chanson officielle du Carnaval de Québec "Carnaval, mardi-gras, carnaval" devenue indissociable de l'événement, ou encore le célèbre thème d'Expo 67, "Un jour, un jour", composé par Stéphanne Venne qui est gravé de manière indélébile dans nos mémoires.



Le Québec possède son hymne national officieux, Gens du pays, de Gilles Vigneault. Ce thème musical adopté par tous se verrait entouré de 1000 autres petits hymnes régionaux.



Un tel projet augmentera le sentiment de fierté d'être de quelque part. Cela valorisera le sentiment d'appartenance à chaque région, raffermira l'importance accordée à ses origines, peu importe la région du Québec d'où l'on provienne. Car ce qui compte après tout, c'est d'être d'ici, de se sentir profondément enraciné, et de posséder la certitude qu'on n'aurait pas voulu naître ailleurs pour rien au monde.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie596 articles

  • 1 121 793

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Tout près de 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé une réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé