UNESCO: le Bloc réclame un droit de veto pour le Québec

2006 textes seuls



Alors que les négociations au sujet de la place du Québec à l'UNESCO se poursuivent entre les gouvernements Harper et Charest, le Bloc réclame un «droit de veto» pour le Québec inspiré du «modèle belge». Mais la ministre québécoise Monique Gagnon-Tremblay soutient que la formule qui sera définie consistera en un «modèle québécois unique» qui conviendra «à un Canada uni».
Le Bloc québécois a exigé hier que le Québec ne possède rien de moins qu'un droit de veto sur la position canadienne à l'UNESCO, seule manière pour le gouvernement Harper de s'approcher de sa promesse électorale, a soutenu Gilles Duceppe. Ce processus, qui s'apparente à celui en vigueur en Belgique, est effectivement à l'étude dans les deux capitales où se poursuivent les discussions sur le rôle qui sera accordé au Québec sur la scène internationale.
Toutefois, à Québec hier, la ministre québécoise des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay rétorquait: «Ce que je recherche, c'est un modèle québécois, un modèle qui est unique pour le Québec et qui convient à un Canada uni, parce qu'on fait partie du Canada.» Elle enchaîna ensuite sèchement: «Je n'ai pas besoin des recommandations du Bloc, je sais ce que je dois faire. Je sais ce que le Québec veut.»
La ministre québécoise a par ailleurs nié que l'entente soit «imminente» sur la question entre les deux gouvernements, selon ce que certaines rumeurs laissaient croire récemment. Selon elle, le fédéral est en effet «pressé», mais «l'important ce n'est pas d'aller rapidement, mais d'avoir une bonne entente». Les négociations vont «très très bien», a-t-elle précisé par la suite. La ministre a rencontré son homologue fédéral le 16 mars à Ottawa et, depuis, les «fonctionnaires sont à l'oeuvre», a-t-elle dit. Reste que «le diable est dans les détails», selon les mots de sa porte-parole Valéry Langlois.
Recul
En effet, car le 19 décembre dernier, en pleine campagne électorale, Stephen Harper s'était engagé à faire une place au Québec à l'UNESCO «sur un modèle analogue à celui de la francophonie», où il a un siège, peut s'exprimer et voter en son nom. Mais depuis, le gouvernement Harper a dû reconnaître que les règles de l'UNESCO, organe de l'ONU chargé de la culture et de l'éducation, ne permettent pas une aussi grande marge de manoeuvre à une entité qui n'est pas un État. Le premier ministre a donc admis que le Québec n'aurait pas de siège distinct à l'UNESCO, mais qu'il pourrait y jouer un «rôle» à l'intérieur de la délégation canadienne.
Au dire du Bloc, il ne reste donc qu'une seule voie possible: le modèle belge. Dans cette formule, le gouvernement central s'abstient de voter lorsqu'il y a désaccord entre ses communautés wallonne et flamande. Ainsi, le Canada devrait s'abstenir de voter, sur un sujet donné, si le Québec et la délégation canadienne ne parvenaient pas à s'entendre, ce qui équivaut à un droit de veto. Le Bloc réclame aussi que le Québec ait le droit de s'exprimer en son nom à l'UNESCO sur le sujet de son choix, peu importe la position canadienne. Le Québec pourrait donc faire entendre une voix discordante.
Gagnon-Tremblay contre les libéraux
À Québec, la ministre Gagnon-Tremblay refusait hier de discuter des aspects précis actuellement en négociations. Elle en a toutefois profité pour lancer quelques flèches aux députés libéraux fédéraux, comme Joe Volpe, par exemple, qui considèrent que le gouvernement Harper a trop d'égards pour le Québec. «Je comprends peut-être un peu mieux maintenant [pourquoi] la porte s'était fermée rapidement avec le gouvernement libéral» au sujet de la participation du Québec aux forums internationaux. (Après une promesse de Paul Martin, le gouvernement libéral avait reçu froidement les demandes québécoises.) Elle trouve également dommage que la presse anglophone - par exemple le Globe and Mail d'hier - «soit souvent opposée aux objectifs internationaux du Québec».
OIT et l'OMS
Le Bloc soutient pour sa part que si Stephen Harper était cohérent, la formule de participation du Québec à l'UNESCO devrait s'appliquer à l'Organisation internationale du travail (OIT) et à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), deux forums qui touchent ses compétences. «C'est le seul moyen qu'il a de respecter un peu sa promesse, a dit Gilles Duceppe. Cette proposition reprend les positions historiques du Québec et notamment la doctrine Gérin-Lajoie, qui dit que quand on est maître chez soi, on est maître partout.» C'est précisément ce dont le candidat à la direction du Parti libéral du Canada, Michael Ignatieff s'est inquiété publiquement, la semaine dernière: après l'UNESCO, le Québec réclamera une place à l'OIT ou à l'OMC. Mme Gagnon-Tremblay dit ne pas comprendre cette réticence. Elle se rappelle avoir expliqué la position québécoise à M. Ignatieff à Harvard cet automne. «Après une heure et demie de discussion, quand je suis partie, je croyais qu'il comprenait mieux ce que le Québec demandait.» De toute façon, dit-elle, M. Ignatieff et la presse anglophone, avant de dénoncer, devraient attendre de voir l'entente qui sera conclue. Par après, il faudra «expliquer et expliquer encore», dit-elle. Par exemple, que ce que le gouvernement Harper offre aux province à l'UNESCO, il l'offre «spécifiquement pour le Québec», en raison de son caractère distinct.
Mais interrogé lors de la période de questions aux Communes hier, Stephen Harper a affirmé qu'il tentait de trouver une formule qui s'applique dans tous les forums internationaux et qui serait utilisée par toutes les provinces: «Pendant la dernière campagne électorale, nous nous sommes engagés à consulter les provinces en vue de créer un mécanisme officiel assurant leur participation à des négociations et à des forums internationaux touchant leurs compétences. J'ai invité le Conseil de la fédération à nous soumettre des idées à ce sujet. J'attends ces idées avec impatience», a-t-il soutenu.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé