Les lois accessoires

2006 textes seuls


12 janvier, 2006
_ Zylag, APRÈS TOUT...
À propos d'Option Canada, Lysiane Gagnon nous commente des anecdotes électorales survenues pendant le référendum portant sur la souveraineté du Québec: "Cet amoncellement d'irrégularités, tout condamnable soit-il (la loi est la loi, on s'entend là-dessus), n'est pas l'affaire du siècle." La Presse, 12 janvier 2006.
En cela, elle complétait les propos tenus la veille par André Pratte: "Il est malheureusement de plus en plus vraisemblable que les troupes fédéralistes n'ont pas respecté toutes les règles financières pendant la campagne référendaire." La Presse, 11 janvier 2006.
Dans un long article résumant 10 ans de manoeuvres au nom de la cause fédéraliste, Raymond Giroux nous rappelle que: "Les Brian Tobin et Sheila Copps, jusque-là relégués aux oubliettes par leur propre camp, soutiennent qu'eux aussi ont droit de parole dans un débat sur l'avenir du Québec, et ce, sans se plier aux lois québécoises..." Le Soleil, 29 octobre 2005.
Par la suite, aiguillonné par un référendum gagné de justesse, Jean Chrétien met lui-même sur pied le programme des commandites à l'origine d'un festival de fraudes et d'illégalités démontrées devant le juge Gomery: « J'étais résolu à ce que les tenants de la séparation n'obtiennent jamais leurs conditions gagnantes. Je me suis engagé personnellement à titre de Canadien qui aime son pays et parce que c'était mon devoir de Premier ministre à maintenir l'unité nationale. Je n'allais pas pécher par inaction. » Audience publique devant le juge John H. Gomery, 8 février 2005.
Anecdotes électorales? Règles financières? Lois québécoises? Mon devoir de Premier ministre?
Que vaut un pays qui ne peut se maintenir que par la fraude?


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé