LE PREMIER MINISTRE À MONTRÉAL

Harper, apôtre du «fédéralisme d'ouverture»

2006 textes seuls



À l'occasion de son premier discours d'importance en sol québécois depuis les élections générales du 23 janvier, Stephen Harper se fera l'apôtre aujourd'hui d'une nouvelle ère de collaboration entre le gouvernement fédéral et les provinces, en particulier le Québec.
Le premier ministre, qui a entrepris la semaine dernière une tournée pancanadienne pour faire la promotion des cinq priorités contenues dans le discours du Trône de son gouvernement, vantera les mérites du «fédéralisme d'ouverture» qu'il dit pratiquer envers les provinces depuis qu'il a pris le pouvoir.
Il a choisi Montréal pour expliquer la volonté de son gouvernement d'accorder un plus grand rôle au Québec sur la scène internationale et de corriger le déséquilibre fiscal entre Ottawa et les provinces.
Dumont, Tremblay et cie
M. Harper prononcera son discours devant la chambre de commerce du Montréal métropolitain. Le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Benoît Pelletier, le chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont, et le maire de Montréal, Gérald Tremblay, seront présents à l'événement, auquel sont attendues quelque 1800 personnes.
Dans son discours, le premier ministre saluera également la décision des électeurs du Québec de tourner la page sur le scandale des commandites en faisant notamment élire 10 députés conservateurs dans la province. Il dénoncera la vision du fédéralisme du Parti libéral du Canada, qui croit que «tout doit être décidé à Ottawa», et critiquera la position du Bloc québécois qui croit que «tout doit être décidé à Québec», a-t-on expliqué hier.
Les Québécois courtisés
Depuis qu'il a chassé les libéraux de Paul Martin du pouvoir, Stephen Harper s'emploie à courtiser les Québécois. Il a notamment rencontré son homologue québécois, Jean Charest, à trois reprises, s'attirant du coup les foudres du premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, et des libéraux fédéraux qui l'accusent de négliger les autres régions. De toute évidence, les stratèges conservateurs misent sur le Québec pour remporter une majorité aux Communes aux prochaines élections.
Retour sur les cinq priorités
Dans son discours du Trône présenté le 4 avril, le gouvernement Harper a dit vouloir concentrer ses énergies sur cinq priorités: réduire le fardeau fiscal des contribuables; nettoyer les moeurs politiques à Ottawa; lutter contre le crime; diminuer les délais d'attente pour obtenir des soins de santé, et accorder aux parents une allocation de garde de 1200 $ par année par enfant de moins de 6 ans.
M. Harper s'est rendu à Saint-Jean, à Terre-Neuve, la semaine dernière; à Burnaby, en Colombie-Britannique, mardi, et à Winnipeg hier. Après son arrêt à Montréal, aujourd'hui, M. Harper terminera sa tournée pancanadienne à Toronto demain.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé