Éthique et culture religieuse

Une liberté à conserver

Tribune libre 2008


Depuis cet automne, l’ensemble des élèves du primaire et bon nombre de
ceux du secondaire suivent le nouveau cours d’Éthique et culture
religieuse. C’est donc la fin par la même occasion de l’Enseignement
religieux catholique et protestant et de l’Enseignement moral. Beaucoup
d’encre a coulé à propos de la place que la religion doit occuper dans nos
écoles. Récemment, Mario Dumont a affirmé qu’un gouvernement adéquiste
imposerait un moratoire au cours d’Éthique et culture religieuse.
L’inquiétude du chef de l’Action démocratique est-elle justifiée?
Il existe un proverbe anglais qui affirme : «if it’s not broken, don’t fix
it». Posons-nous la question : y avait-il réellement un problème
concernant l’ancien programme qui aurait justifié son remplacement? Nous
estimons que non, puisque ce dernier accordait aux parents la liberté de
choisir le cours fréquenté par leurs enfants. Dans les écoles primaires
publiques, 73% des parents choisissaient l’Enseignement religieux
catholique, 15% l’Enseignement moral et 3% l’Enseignement religieux
protestant. La liberté de choix garantissait la protection de deux
libertés acquises : la liberté de conscience et la liberté de religion. En
mettant fin à la liberté de choisir le cours fréquenté par son enfant, on
venait limiter ces deux dernières. Cette décision était injuste et
injustifiée.
L’ancien programme était un lègue du pacte entre les deux peuples
fondateurs du Canada : les Britanniques, de confession protestante, et les
Français, de confession catholique. Bien entendu, le Canada s’est
diversifié depuis sa fondation en accueillant des milliers d’immigrants aux
multiples religions. Néanmoins, il faut souligner que ces religions n’ont
pas un poids suffisant au sein de la population pour justifier qu’on les
enseigne dans toutes les écoles de la province.
L’Enseignement religieux catholique ou protestant avait sa place au sein
des écoles. Bien sûr, il revient en premier lieu aux parents et aux
églises de s’occuper de l’instruction religieuse. Cela dit, certaines
choses méritent d’être enseignées par l’État au nom du bien commun. Par
exemple, ne serait-il pas déplorable de faire reposer tout le poids de
l’enseignement à la sexualité sur les épaules des parents, alors que cela
rend certains d’entre eux mal à l’aise?
La séparation de l’Église et de l’État est un fait depuis la Révolution
tranquille et il faut éviter de se laisser tenter par toute forme de
jusqu’au-boutisme. Plusieurs pays laissent place à l’enseignement de la
religion majoritaire dans les écoles publiques. Parmi ceux-ci, on compte
notamment les très laïques républiques de Turquie et de France (région
d’Alsace-Lorraine). C’est en ce sens que nous demandons le rétablissement
de la possibilité de choisir le cours de religion offert à nos enfants.
Rien n’empêche ensuite que, parmi les options qui s’offrent à nous, il y
ait le nouveau cours d’Éthique et culture religieuse.
Maxime Schinck

Étudiant au Baccalauréat en études politiques appliquées
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 729fd9c3dd6c007c447e1f0966c26272

Maxime Schinck24 articles

  • 12 954

« Jeune homme dans la vingtaine, Maxime Schinck est finissant de
l'Université de Sherbrooke en Études politiques appliquées, profil «
Politiques publiques ». Il avait précédemment entrepris des études en
Éducation au secondaire, profil Univers social (1ère année effectuée).

Depuis plusieurs années, il fait paraître plusieurs articles dans divers
quotidiens, telles que Le Devoir et le journal sherbrookois La Tribune.
Ses études, entre autres, ont contribué à sa compréhension des systèmes
politique et partisan et à développer son indépendance d'esprit.

Son principal champ d'intérêt est l'étude des mouvements associés à la
droite de l'échiquier politique en Europe et en Amérique du Nord. De façon
globale, il s'intéresse aux problématiques sociologiques et politiques que
vivent les sociétés occidentales et à la place de ces sociétés, comme bloc
à la fois uni et diversifié, au sein de la communauté mondiale. »





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Maxime Schinck Répondre

    18 novembre 2008

    La question n'est pas de savoir si Dieu existe ou n'existe pas. La question tourne plutôt au tour de l'accommodement que l'on laisse à chaque croisance - ou incroyance au sein de l'école publique québécoise.
    Par ailleurs, voici l'opinion de la « majorité silencieuse » quant au libre-choix en matière de cours : « Un sondage réalisé par la société Léger Marketing pour le compte de l’Association des parents catholiques du Québec (APCQ) révèle que près des trois quarts des parents québécois (72 %) sont d’accord pour que les parents aient le choix entre l’enseignement religieux confessionnel et le cours d’éthique et de culture religieuse ».

  • François Munyabagisha Répondre

    17 novembre 2008

    La problèmatique paraît tellement compliquée que toutes les avenues de solutions sont impossibles. Or, le problème est simple. Il n'est ni laïc ni religieux, il n'est pas non plus d'ordre politique. C'en est un duo de logique perceptuelle.
    Primo, de la religion. Qui a besoin de religion? Est-ce Dieu ou les humains? Si ce n'est de toute évidence pas Dieu, comment la religion servirait-elle l'ordre et la vie harmonieuse chez nous les humains? O.K!nous ne voulons pas ou plus de religions, par quoi la remplaçons-nous, pour asurer cette impérieuse harmonie? Les lois, les fusils et la police? Ca semble rationnel, mais c'est profondément déraisonnable.
    Secundo, souvent disons nous que la majorité des parents ne veulent pas de cours de religion. Je voudrais d'abord questionner cettemesure de«majorité». Comment l'Aurait-on mésurée? la société est tellement divisée... Et quand bien même plus de 50% des parents étaient athés ou contre laprise en comptede la religion dans l'éducation des enfants, je m'inscris en faux contre cet appel aux parents pour défendre une politique absurde. Les parents sont probablement bien éclairés sur ce qui serait bien pour l'avenir de leurs enfants, individuellement. Mais je ne crois pas que les parents puissent être autant éclairés sur ce qui est bien pour l'avenir de la société.
    Il y a un travail d'éducation des faiseurs d'opinions et des parents qui doit être fait d'abord avant d'invoquer la démocratie. Si ce travail n'est pas fait,il faudra que le politique décide et impose sa lecture à la nation.

  • Archives de Vigile Répondre

    17 novembre 2008

    Au pays du Québec, on parle de liberté, mais quand ça vient le temps de l'appliquer, c'est une toute autre histoire.
    Vos propos sont pleins de logique. Pourquoi ne pas laisser le libre choix aux parents de recevoir le type d'enseignement religieux ou moral qu'ils désirent et offrir à ceux qui le veulent le cours Éthique et culture religieuse, le possibilité de faire aussi ce choix.
    On impose ce nouveau cours contre la volonté majoritaire des Québécois (voir les sondages) et ensuite, on se gargarise le goulot du mot démocratie.
    Essayez de comprendre quelque chose?
    P.B.