Un ministère de la Souveraineté

La souveraineté du Québec a le vent dans les voiles comme elle ne l'a jamais eu avant.

Tribune libre - 2007

Sitôt élue, Pauline Marois va créer un Ministère de la Souveraineté.

C'est la décision la plus intelligente des 60 dernières années. Avec un Ministère, on est en action. On agit. On ne spécule plus.

Elle va réussir. Charest n'en a plus pour longtemps. J'espère qu'elle sera premier ministre pour les fêtes du 400e. Elle est originaire de la ville de Québec. C'est sa ville.

Je prévois qu'elle sera élue avec un appui massif des Québécois comme personne n'en a jamais reçu avant. Les dissidents du PQ vont rapidement revenir. L'ADQ et Mario Dumont vont perdre leur chemise. De même les Libéraux de Jean Charest.

Ottawa est en position de faiblesse et le sera davantage dans l'avenir. La souveraineté du Québec a le vent dans les voiles comme elle ne l'a jamais eu avant.

Debout, Québécoises et Québécois. Cessez de vivre à genoux.

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 231 374

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



8 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    27 septembre 2007


    Monsieur Bélanger,
    S'il est vrai que nous sommes tombés au plus bas du bas, alors nous ne pouvons tomber encore plus bas. Raison de plus pour repartir au zéro du zéro. Les Jésuites enseignent qu'il faut parfois tomber au fond de l'abîme avant de réellement se ressaisir et remonter à partir de zéro. Voilà ce qui nous arrive. Permettez que je garde mon optimisme.
    René Marcel Sauvé

  • Archives de Vigile Répondre

    27 septembre 2007

    Bonjour Monsieur Sauvé,
    Bon Dieu que j'ai aimé votre article, bon Dieu que j'ai rit.
    J'aime beaucoup votre humour on ne peut plus sarcartisque concernant la superficiellité de Madame Marois.
    Avec humour vous démontrez que l'on se trouve dans un trou noir complet, un vacuum d'idées et surtout de volonté.
    Depuis le début de sa carrière, Madame Marois a toujours montré son intérêt pour le poste de premier ministre, ce qu'elle n'a pas toujours fait pour la souveraineté. Cela montre bien ses prioritées.
    Merci pour ce bon rire matinal,
    Bien à vous,
    Stephane Belanger
    Barrie Ontario

  • Archives de Vigile Répondre

    26 septembre 2007

    Qu'entends-je? Un "Ministère de la Souveraineté" ??? Qu'en est-il, Pauline?
    Ce sont de belles paroles, et si on se fonde sur les résultats atteints par
    votre
    parti sur le sujet, il me semble que le dit "Ministère" s'en tiendra à
    gérer "l'Idée d'Indépendance". ... Surtout, surtout, qu'on soit tellement
    occupé à y penser, à en débattre, ... sous votre férule, ... coquine va, ...
    qu'on ne s'occupera jamais de la FAIRE, l'Indépendance. Belle manoeuvre. Me
    permettrez-vous d'être un tantinet sceptique!? Des preuves, des preuves,
    Pauline, du tangible, svp. Et combien de "ti-z-amis" y aura-t-il au Ministère?
    Claude Jodoin

  • Archives de Vigile Répondre

    26 septembre 2007

    Seulement deux rappels
    C’est justement la fragmentation militante du PQ qui rendrait inutilisables la force politique et la crédibilité qui lui sont propres, ce parti étant l’unique mouvement souverainiste représenté à l’Assemblée nationale et ayant des atouts essentiels pour réaliser la pleine liberté du peuple québécois.
    Seule la convergence de la majorité des Québécois vers leur statut de souveraineté nationale peut résoudre la crise de division sociale et politique que nous vivons aujourd’hui au Québec, afin d’éviter des lendemains beaucoup plus instables socialement et économiquement, dû à la mondialisation culturelle, à l'expansionnisme théocratique et aux pillages des ressources fiscales et naturelles du Québec.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 septembre 2007

    C'est certain que la première réaction que l'on puisse avoir face à la déclaration sur la "non-dépense" de fonds publics pour la "promotion" de la souveraineté en soit une de déception, une de plus pour un PQ amoché par 12 ans d'inaction ou d'actions maladroites. En fait, si on sait que la question des "médias" était un piège, auriez-vous tombé les deux pieds dedans et relancé une discussion sur une dépense qualifiable d'inutile et qui vous fait perdre systématiquement l'opinion publique? En fait, le mot d'ordre de Pauline est d'Agir pour le Québec (Article : Agir pour le Québec). Agir pour le Québec ne veut d'ailleurs pas dire "dépenser des fonds publics pour la souveraineté"; la souveraineté, c'est plutôt aller récupérer des fonds. Elle est aussi pour des gestes de souveraineté. Éviter de parler de "rupture" serait selon-moi aussi stratégique face à nos serpents les médias. Il y a de quoi, comme pour M. Sauvé, de s'en réjouir. Mais bien sûr, "les côtes à remontées sont plus que dures mais non infranchissables". Certains n'ont plus le souffle pour les remonter, mais ceux qui croient, pour l'instant (disons jusqu'au prochain congrès), prendre la voie facile en créant un nouveau parti, devrait considérer qu'ils ont les mêmes côtes à monter, mais peut-être d'encore plus bas. Après le congrès, faut se tenir prêt en conséquence, mais pour l'instant, je crois que c'est un réfléchissons-y bien.
    Nous éviterons avec Pauline de jouer le jeu des conditions gagnantes à Bouchard. Exit l'attentisme. C'est notre devoir!

  • Archives de Vigile Répondre

    26 septembre 2007

    J'aimerais bien pouvoir partager votre optimisme monsieur Sauvé surtout que j'ai en haute admiration vos livres et vos théories géopolitique.
    Madame Marois devra faire autre chose que gaspiller le temps d'antenne qui lui est donné dans cette navrante et interminable contrition sur ce que nous devrions dire plutôt que ci et que celà.
    Parlez offensivement madame ! Parlez! Arrêtez de vous excuser d'être nationaliste et passez à l'offensive.
    Ceci dit, je me demande bien comment concilier cette déclaration sur le ministère de la souveraineté avec cet autre déclaration de cet été sur son refus d'utiliser les fonds publique pour la promotion de la souveraineté...

  • Archives de Vigile Répondre

    26 septembre 2007

    J'oubliais, le PI devrait se transformer en mouvement pour convaincre les fédéralistes et pousser sur le PQ pour qu'il réalise son optioon constitutionnelle à la place de devenir un parti politique qui ne servirait qu'à diviser encore plus les votes souverainistes/indépendantistes québécois à moins de tenter de faire élire l'ADQ pour lui faire tester la faisabilité de son programme autonomiste, ce qui pourrait aussi être une façon de convaincre d'autres fédéralistes si le concept se casse les dents sur le mur fédéral.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 septembre 2007

    Bel enthousiasme M. Sauvé mais la chose n'est pas encore gagnée. C'est vrai que, pour l'instant, les souverainistes qui doutent de la foi souverainiste du PQ vont devoir se reviser à la place de diviser le mouvement comme Québec Solidaire avec son 5 % de votes qui ne va nulle part.
    Le fameux ministre à devenir de la souveraineté devra convaincre les 10 % de Québécois, probablement assez irréductibles, de changer leur foi fédéraliste à souverainiste pour atteindre la majorité nécessaire.
    Si l'ADQ prend le pouvoir avant et réussit à faire adopter son programme autonomiste, adieu la souveraineté et, s'il ne réussit pas, bonjour souveraineté du Québec.