Un Centre National de l`Histoire du Québec au Mont-Tremblant (suite 3)

Tribune libre - 2007

Pour l'édification d`un imposant Centre national de l`histoire du Québec.
La reconnaissance de la nation québécoise doit être saluée par un monument d`envergure, qui devrait devenir un symbole national.
Je suggère donc qu`une imposante architecture visionnaire loge ce Centre d'histoire nationale du Québec. Un édifice et un lieu qui deviendraient un symbole de la détermination de notre nation de vouloir durer à travers le temps.
J`imagine cet édifice construit de pierres et de verre surtout, du moins pour son extérieur. La pierre que l'on trouve partout est un noble matériau que le temps n`altère presque pas et qui demande peu d`entretien. Il faut voir tous ces vieux édifices en Europe comme ils témoignent bien et en beauté du passé.
Quant au verre il donne la lumière à la pierre. Les billes de bois de nos forêts fourniront une belle apparence au reste.
Pour l`architecture choisie, je suggère que le peuple ait son mot à dire. Qu`il soit consulté par ses suggestions et qu`il fasse partie de la sélection. Laissons lui la chance de participer au projet. Et surtout que ça ne devienne pas l`histoire de quelques petits amis artistes déconnectés et qui parfois donnent dans un abracadabrant éphémère, parfois laid et sans signification, à des coûts sans rapport. Tout le processus devra être strictement transparent, surveillé et vérifié. Un pareil symbole national ne peut souffrir aucun scandale.
L`intérieur doit pouvoir loger convenablement toutes les époques de notre vie nationale y compris, bien sûr, celles des 11 nations amérindiennes et des milliers d`années des vestiges de leur civilisation sur le territoire du Québec. Il y aura aussi un espace qui témoignera de la contribution des immigrants dans l`histoire du peuple québécois. Bref de la préhistoire à aujourd'hui.
La période de la Nouvelle -France et de son importance dans l`exploration de l`Amérique du nord devra avoir un large espace. Sait-on que presque la moitié des états américains furent fondés par des français issus de la Nouvelle-France ! Et que dire des explorateurs de l`ouest canadien!
Pour le reste j'opterais pour l`aménagement de différentes salles correspondant aux différentes époques de notre histoire de façon chronologique, et d`une salle des héros nationaux. J`y reviendrai.
J`imagine ce "Monument national" construit dans un lieu où il y a un bassin de population suffisant pour rentabiliser le projet. Il y a plus de 3millions de personnes dans la grande région montréalaise (environ la moitié du peuple québécois) et je crois que ce monument devrait se situer dans ces environs, ou alors dans notre capitale nationale, Québec.
Le Centre national d`histoire du Québec verrait défiler tous les étudiants de toutes les écoles du Québec, visite obligée au moins une fois dans leur vie estudiantine. Il aurait donc un rôle éducatif important.
De la même façon les immigrants et les visiteurs en provenance de d`autres pays verraient en ce haut lieu de culture une attraction majeure. Ce serait, il me semble, une contribution substantielle et intelligente à l'industrie touristique québécoise.
Enfin, les représentants du peuple québécois pourraient recevoir dignement et avec intelligence les représentants de d'autres peuples du monde et leur démontrer que nous sommes un peu plus qu'une minorité nationale. Le Québec offrirait ainsi la vivacité culturelle et la fierté d'une nation en exemple au reste du monde.
Ce serait aussi une formidable réponse au rapport de Lord Durham, qui prétendit, il y a 170 ans environ, que nous étions un peuple sans histoire ni culture voué à l`assimilation.
J`imagine encore ce Centre national d`histoire du Québec s`installant sur le sommet d`une montagne dans les environs de Tremblant. Ce pourrait fort bien être l`équivalent de 1% du développement du Mont-Tremblant qui s`élève à date autour de 2 milliards 500 millions de dollars. Ce qui fait, si je ne m`abuse, $25 millions et donne une attraction majeure et une fantastique gloriole à l`endroit.
Encore une fois, ce projet pourrait aussi être réalisé ailleurs au Québec.
Il m`apparaît important que le peuple sente que ce Monument national lui appartient aussi et c`est pourquoi je suggère une souscription publique en parallèle.
Quant à l`état québécois il aurait pour responsabilité de décider du contenu de ce Centre d`histoire nationale. Il en coûtera beaucoup moins cher que les 300 millions investis dans Gaspésia et son importance pour notre nationalité sera majeure.
Concernant l`architecture j`y vais d`une humble suggestion: Vous connaissez la grange octogonale dans le patrimoine bâti du Québec. C`est à partir de cette forme multipliée, allongée, étirée dans tous les sens que j`imagine un Château-forteresse avec cour intérieure et vaste boisé à l`entour. Tous ces espaces serviraient aux expositions. Ce sera un lieu tout à fait unique, le Château-forteresse de la nation québécoise, devenue consciente de sa valeur et du rôle qu'elle a à jouer parmi les nations de l`humanité.
Ce sera un château inexpugnable, une forteresse indélogeable, tout comme notre nation en ce coin de l`Amérique, un puissant symbole de notre fierté nationale comme savent s'en doter toutes les nations qui ont réussi à résister à travers temps et adversité, un phare éclairant notre nationalité. Les québécois méritent cette institution essentielle.
Je crois fortement à cette idée et suis tout disposé à y travailler avec vous.
Merci de bien vouloir diffuser l`idée.
Alain Raby

Saint-Jean-Port-Joli

----
C`est une idée, un projet.
Si 1% des investissements d`Intrawest au Mont-Tremblant (2 milliards 500 millions$) étaient consacrés à édifier une attraction touristique majeure de prestige, je suggérerais qu'elle fut Un Centre National d`Histoire du Québec.
Cet investissement de 25 millions pourrait être bonifié par l`état du Québec qui verrait à fournir le contenu didactique des nombreuses salles. Le peuple pourrait aussi participer par souscription. Ce Centre se situerait donc dans la grande région montréalaise qui compte environ la moitié de la population du Québec.
Tous les étudiants des institutions scolaires du Québec y feraient une incontournable visite. Ce Centre à l'architecture visionnaire s`érigerait en un puissant symbole national.
Voilà, c'est ce que je propose comme monument majeur pour célébrer la reconnaissance de la nation québécoise qui veut continuer à durer dans son identité distincte.
Alain Raby

Saint-Jean-Port-Joli

Merci, en espérant que vous diffusiez cette idée.
De mon côté je l`envoie à différentes officines d`Intrawest, aux différents ministères concernés, à des députés, à la ville de Tremblant, et aux journaux régionaux de cette région.
----
Le contenu du Centre National de l'Histoire du Québec: Un aperçu.

(suite 2)
Toutes les époques de l`histoire du Québec seraient représentées à partir de la préhistoire amérindienne jusqu'à aujourd`hui.
Grosso modo ce Centre National de l`Histoire du Québec consisterait à exposer chronologiquement les époques suivantes en autant de salles:
1) On y trouverait d`abord une espèce de "Temple de la renommée des héros québécois".

Les héros ne meurent pas !
2) L`Amérindianité et les milliers de vestiges des autochtones.
3) La Nouvelle-France et sa grandeur continentale.1534-1763

Un très large espace, pour mettre en valeur toute l`exploration et explorateurs issus de la Nouvelle -France qui fit connaître le reste du continent. Saviez-vous que près de la moitié des états américains ont été fondés par des français ?
4) Le début du régime anglais (1763- 1791)
5) Le Bas-Canada (1791-1840)

L`histoire des patriotes.
6) L`union des deux Canada ( 1840-1867)
7) Le Dominion (1867-1931)
8) Le Québec (1931-1959)
9) La révolution tranquille (1959-2008)

10) Une salle rendrait compte de l`apport des immigrants au Québec.
Alain Raby

Saint-Jean-port-Joli

P.s. Bien sûr qu'il y a plusieurs musées au Québec qui pourraient inclure des parties, en pièces détachées, du contenu de ce Centre d'histoire . Mais ils ne se trouvent pas dans la populeuse région montréalaise et il serait bon qu`il y ait un endroit qui résume si bien la totalité de notre histoire. Rien n`empêche qu`un tel outil éducatif et culturel s`ajoute à notre patrimoine, surtout s`il s'autofinance.
----
Le Centre National d'Histoire du Québec

(suite 3)

Pour la suite il me faudra envoyer ce projet au Mouvement Desjardins, aux Associations d'histoire du Québec, aux syndicats, "à Karl Péladeau, et autres millionnaires corporatifs ou individus susceptibles de s'y intéresser. Ainsi qu'à de nombreuses officines du gouvernement.

Il me faudra aussi suggérer à tous les partis politiques d' inclure ce projet dans leur programme de parti.

Quant au montage financier d' un tel projet j' essayerai de trouver des personnes compétentes pour m' assister.

Voyez les développements du projet à Vigile - Tribune Libre - ou environ 400 personnes ont déjà fait une visite et dont certains ont laissé des commentaires.

Jusqu'au bout, scandait Dollard des Ormeaux.

Alain Raby, 28 janvier 2008


Featured 4b7f53d7d6aaf5dfc55d826cdc1b73a4

Alain Raby118 articles

  • 152 649

Né à Mont Saint Michel, Qc

Bac en pédagogie - Hull

Maîtrise en Relations Internationales.

University of the Americas - Mexique 1971

Scolarité de doctorat en sciences politiques - Université Laval

Enseignant à Saint-Claude, Manitoba

Globetrotter et commerçant-importateur - Art populaire des cing continents à Saint Jean Port-Joli - Les Enfants du Soleil





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Alain Raby Répondre

    4 mai 2013

    J'ai lu que le Casino de Tremblant avait fait un lourd déficit de plusieurs millions.
    Je connaîs les installations et le vaste stationnement de ce magnifique endroit. Cela conviendrait très bien pour ce projet.
    Il serait plus bénéfique pour l'état québécois, pour la région de Tremblant et pour la population québécoise de remplacer ce casino déficitaire par ce Centre National de l'histoire.

  • Alain Raby Répondre

    4 mai 2013

    Tous les élèves Québécois et tous les immigrants seraient tenus de le visiter.
    Le gouvernement fédéral serait tenu à l'écart du financement qui serait sous la responsabilité du gouvernement du Québec, tout comme son contenu.

  • Archives de Vigile Répondre

    13 janvier 2008

    "Encore une fois, ce projet pourrait aussi être réalisé ailleurs au Québec."
    Je propose la petite localité de Noyan, lieu de proclamation de la République du Bas-Canada par Wolfred Nelson et 300 "Canayens" en armes en 1838.
    gv

  • Archives de Vigile Répondre

    12 janvier 2008

    Avant même ce projet, pourquoi ne pas utiliser les moyens disponnibles dont les autres minorités ethniques du Canada profitent pour assurer leur cohésion?
    Il suffit de mettre sur pied une organisation sans but lucratif et faire une demande de financement à la Direction du Multiculturalisme.
    Quelque chose comme:
    le Conseil de la Nation Québécoise du Canada
    Organisation sans but lucratif
    Organisation fondée sur des principes démocratiques par des citoyens canadiens ou des résidents
    permanents, regroupés à titre de bénévoles pour organiser des activités d=envergure nationale,
    provinciale, régionale, communautaire ou de quartier (notamment les organisations
    communautaires). Sont aussi classées dans cette catégorie les organisations non
    gouvernementales dont les membres ou les objectifs sont associés à une activité ou à un service
    particulier, comme les fédérations d=enseignants et les organisations syndicales.

    Tout est ici:
    http://www.pch.gc.ca/progs/multi/program/guide/guide_f.pdf
    Tout comme les autres communautés ethniques, nous pourions ainsi développer notre réseau de services dédiés aux Québécois de souche et ainsi mousser l'appartenance identitaire et collective.
    Moi je pense que beaucoup d'entreprises dont les propriétaires sont de notre communauté apprécieraient nos services de défense de leurs intérêts ainsi qu'une identification solide et profitable envers une clientelle ciblée et stable. Il n'y a rien de mieux en affaire qu'un bon réseau-tremplin. Tout çà pour une petite contribution annuelle déductible d'impôt.
    Comme les autres minorités ethniques, nous favoriserions biensûr un parti qui offrirait le plus de considérations à notre communauté. Si vous voyez ce que je veux dire.
    Bref, de petits projets en gros projets.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 janvier 2008

    "Il n’y a qu’un problème. La notion de nation québéquoise exprimée par Stephen Harper n’est qu’un leurre, un biscuit pour qu’on arrête de japper."(Ivant Parent)
    Alors jappons. Ce projet est l'utilisation créative, à notre avantage, de la charge symbolique de cette reconnaissance. Au lieu de tenter d'arrêter le coup de l'adversaire en subissant sa charge, nous redirigons cette charge à notre avantage en faisant ainsi tomber le plan de l'adversaire.
    La création de nous institutions identitaires est le premier pas vers la concrétisation de l'État Québécois.
    "En réalité, les sens français et anglais sont différents, tellement que d’aucune manière, ils ne peuvent être utilisés pour nous faire avancer dans la réelle reconnaissance."(Ivant Parent)
    Cette différence confirme l'ethnicité de la nation Québécoise et en ne la reconnaissant qu'à l'intérieur d'un "Canada Uni", et non dans une province, elle fait de cette nation une minorité ethnique comme les autres ayant les mêmes "droits" aux obligations du fédéral, par la loi du multiculturalisme fédérale, de "promouvoir" "supporter" son désir de non-intégration à l'ensemble "canadian" et de lui fournir tous les outils pour rester "tel quel". De plus, cette reconnaissance "à l'intérieur d'un Canada Uni" contredit les prétentions de reconnaissance d'une minorité anglaise "à l'intérieur de ce Canada Uni". Les anglais au Québec ne peuvent alors qu'être membres de la majorité dans ce "Canada Uni" et n'ont donc plus les droits prévues par la charte fédérale sur le multiculturalisme accordés aux minorités.

  • Archives de Vigile Répondre

    7 janvier 2008

    Projet plein d'idées intéressantes.
    Ce projet et ces idées méritent d'entrer en synergie avec d'autre projets et institutions comme par exemple le Musée d’histoire de l’Amérique française et sa rénovation comme cadeau de la France pour le 400 ° anniversaire de la ville de Québec

  • Alain Raby Répondre

    4 janvier 2008

    Bonjour,
    Voyez le projet retravaillé et plus élaboré concernant cet essentiel Centre national de L`histoire du Québec qui devrait un jour se concrétiser.
    Chaque député québécois des 2 parlements et intervenants concernés a reçu la page de VIGILE qui présentait cette idée.
    J`entends envoyer de nouveau ce projet retravaillé aux mêmes personnes d`influence dans quelques semaines.
    À date plus d`une centaine de personnes ont visité cette page.
    Voyez sur un prochain courriel.

    Alain Raby

  • Alain Raby Répondre

    13 décembre 2007

    Je crois que la très grande majorité des québécois serait d'accord pour dire que la nation québécoise existerait tout autant en dehors du "Canada uni". L`idée est donc essentiellement de célébrer la nation québécoise et non le "Canada uni".
    Ne perdons pas de vue qu`il est surtout question ici d`une "idée extraordinaire", celle d'un Centre national de l`histoire du Québec qui veut donner à connaître, solidifier et engallardir notre identité nationale.
    Alain Raby, idéateur de ce Centre.

  • Archives de Vigile Répondre

    13 décembre 2007

    C'est une idée extraordinaire. Il n'y a qu'un problème. La notion de nation québéquoise exprimée par Stephen Harper n'est qu'un leurre, un biscuit pour qu'on arrête de japper. En réalité, les sens français et anglais sont différents, tellement que d'aucune manière, ils ne peuvent être utilisés pour nous faire avancer dans la réelle reconnaissance.
    Ils se foutent éperdument de notre gueule. Je vous suggère, à titre de livre d'histoire, car s'en est un, de lire les trois tomes du "Livre Noir du Canada Anglais". Je sais, c'est trois briques, mais, croyez-moi, ça vaut le détour. Donnerz-m'en des nouvelles.
    Ivan Parent parivan07@videotron.ca