Politique fédérale

La croisée des chemins

libéraux et néo-démocrates doivent songer à fusionner afin de former un parti national de centre gauche, capable de battre les conservateurs au prochain scrutin fédéral, et chasser la montée du néo-conservatisme sur la colline parlementaire à Ottawa

Tribune libre 2008


Lorsque l’Alliance canadienne et le Parti progressiste conservateur fusionnèrent en 2003 pour fonder le Parti conservateur du Canada, l’objectif premier était de permettre à la droite canadienne de détrôner le Parti libéral du Canada, position occupée pendant 13 années consécutives sous l’ère des Jean Chrétien et des Paul Martin.
En moins de trois ans, Stephen Harper réalise cet objectif en faisant élire au Parlement canadien une minorité de députés conservateurs, profitant d’une déconfiture des libéraux accaparés avec les séquelles du scandale des commandites, entre autres. Revirement de l’histoire, car en 1993 les conservateurs subissaient exactement la même médecine face aux libéraux de Jean Chrétien après deux mandats consécutifs des progressistes conservateurs de Brian Murloney depuis 1984, un règne surtout marqué par des scandales à répétition.
La gauche canadienne semble se trouver aujourd’hui à la croisée des chemins, semblable à celle qu’alliantistes et progressistes conservateurs furent confrontés en 2003. Ils comprirent que la prise du pouvoir par la droite n’était possible qu’au prix de certains sacrifices idéologiques.
En évoquant la « gauche canadienne » il faut comprendre qu’il s’agit de tout l’échiquier de tendance social-démocrate, où trois partis politiques importants se situent à divers niveaux : le Parti libéral du Canada, reconnu pour se situer au centre avec une tendance vers la gauche. Le Nouveau Parti démocratique du Canada, se situant clairement à gauche de cet échiquier, puis le Parti vert du Canada, où l’on retrouve une tendance sociale-démocrate nette, avec comme trame de fond les questions environnementales et de développement durable.
En ce qui concerne le Parti libéral du Canada, le scandale des commandites a marqué au fer rouge l’imaginaire collectif -au Québec surtout-, tant et si bien que l’on peut croire que ce parti politique est carrément « brûlé » dans l’esprit de plusieurs et pour longtemps. L’image de marque de ce parti politique est sérieusement entachée et ce, pour longtemps. Le constat du chef démissionnaire Stéphane Dion quand aux raisons de la déconfiture électorale du 14 octobre 2008 manque de clairvoyance dans son analyse de la défaite : au Québec le Parti libéral du Canada correspond dans l’esprit de plusieurs à tout sauf à de l’intégrité, de la magnanimité et de la sympathie. N’est-ce pas là pourtant des éléments fondamentaux que l’image de marque d’un parti politique devrait véhiculer pour aider « à vendre » ses idées?
Pour ce qui est des néo-démocrates, ils jouissent dans l’esprit de beaucoup au Québec d’une grande sympathie, mais certains excès dans la manière d’exprimer plusieurs idées font perdre de la crédibilité à la pensée sociale-démocrate exprimée dans ce parti. Certaines promesses électorales, quoique très attrayantes aux yeux de plusieurs, dénotent parfois un certain sens d’irréalisme et font décrocher l’intérêt de gens ayant tendance à se comporter de manière prudente en matière de gestion des finances publiques; tout comme ils projettent l’image d’un parti ayant une tendance à un centralisme fédératif trop fort.
Enfin pour le Parti Vert, les idées et propositions sont clairement dans « l’air du temps » pour qui est conscient des dangers encourus par le genre humain face à la détérioration de l’environnement et des changements climatiques radicaux que nous subissons depuis quelques années. Vu l’histoire encore très jeune de cette formation, tout est à bâtir au niveau de la notoriété et ce n’est pas demain la veille que les verts prendront le pouvoir à Ottawa.
***
La démission de Stéphane Dion en tant que chef du Parti libéral du Canada ne devient-elle pas l’occasion pour les libéraux de faire une prise de conscience très vive quand à la viabilité même de cette formation politique au Canada à moyen terme? Si ce n’est guère le cas en apparence, ce devrait l’être sur le fond pourtant. Et il est difficilement concevable de croire que seul un changement de garde à la tête des libéraux va remédier au problème d’image de marque évoquée dans la présente réflexion. Lorsqu’une image de marque est entachée, il faut plus qu’un simple « époussetage », il faut carrément en repenser le « design et les couleurs » : le Parti libéral du Canada doit non seulement se réinventer, mais doit faire place à quelque chose d’entièrement neuf, purement et simplement. Et n’agit pas de changer la forme, mais de faire émerger une toute nouvelle substance à l’intérieur d’une forme nouvelle.
Les néo-démocrates, même avec la meilleures volonté au monde, ne réussiront probablement jamais à former un gouvernement au Parlement fédéral, les résultats d’élection en élection tout comme la tendance de fond dans les sondages d’une année à l’autre au plan national, indiquent même que le parti de Jack Layton aurait grand peine à former un jour l’opposition officielle.
Parlant de monsieur Layton, ce dernier a lancé un ballon au cours de la campagne électorale, ballon que Stéphane Dion a tôt fait de faire éclater, et c’était l’idée d’une alliance ponctuelle avec les libéraux pour former un gouvernement de coalition. Cette idée est le cœur même de la réflexion présente : libéraux et néo-démocrates doivent songer à fusionner afin de former un parti national de centre gauche, capable de battre les conservateurs au prochain scrutin fédéral, et chasser la montée du néo-conservatisme sur la colline parlementaire à Ottawa. Cette coalition permanente devrait également inclure le Parti Vert du Canada pour solidifier les appuis à cette nouvelle formation politique. De part et d’autres il faudra faire preuve de beaucoup de tact et de sens de l’État, tout comme certains sacrifices idéologiques seront aussi douloureux que nécessaires.
C’est à cette croisée des chemins qu’en est la « gauche canadienne » présentement, et la seule issue possible pavant la voie à l’arrivée d’idées sociales démocrates dans la gestion du pays sera la fusion de ces trois formations politiques, alors que tout le reste du continent américain est passé à gauche de l’échiquier des idées politiques, et même bientôt probablement aux États-Unis d’Amérique où le démocrate Barak Obama semble avoir le vent dans les voiles dans sa campagne présidentielle et dans l’opinion publique.
C’est uniquement dans cette fusion que les idées sociales démocrates et ses porteurs trouveront la voie du pouvoir et des moyens d’agir qu’il confère. Et pourquoi ne pas donner à cette nouvelle formation un nom l’identifiant immédiatement à cette idée de centre gauche comme chez nos voisins du sud: le Parti démocrate du Canada?
Normand Perry, b.ph.
L’auteur fut chroniqueur politique à Webzine et Vigile jusqu’en 2007.

Il a été candidat de Québec solidaire aux élections provinciales de 2007 dans Beauharnois.

Il œuvre professionnellement dans le secteur des communications marketing.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 91 051

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Normand Perry Répondre

    25 octobre 2008

    Cette réflexion est beaucoup plus de l'ordre de l'analyse politique que d'une prise de position en tant que telle.
    Puis tant et aussi longtemps que le peuple québécois choisira majoritairement de n'apporter aucun changement sur son statut politique, il faut faire dans le cadre fédéral, et tant qu'à faire dans ce cadre, aussi bien faire en sorte qu'il soit le moins inapproprié que possible à la nation québécoise. C'est dans cet optique que cette réflexion s'est élaborée, tout comme dans l'optique du régime parlementaire dans lequel se vit la démocratie canadienne et québécoise.
    Ce régime parlementaire ne favorise pas la multiplicité des partis politiques sans que les affaires courantes puissent être gérés de manière optimale. Si nous avions un régime politique semblable à celui vécu en France, la fusion évoqué dans ma réflexion n'aurait été nullement nécessaire ni même évoquée.
    On aura beau avoir l'idéal du pays du Québec, mais en attendant que le peuple décide un jour d'aller dans ce sens, il faut faire en sorte qu'on puisse fonctionner correctement et de manière la plus profitable qui soit pour le Québec. Le Bloc fait déjà un bon bout de chemin en ce sens, mais c'est insuffisant puisqu'il n'aspire pas au pouvoir.
    La droite au pouvoir à Ottawa n'est certainement une condition idéale pour le Québec au plan écologique, climatique, de développement durable, social, d'alimentation (crise de listériose) et d'équité économique et financière.

  • Archives de Vigile Répondre

    24 octobre 2008

    Le Québec n'a pas besoin d'une fusion du NPD et des Libéraux fédéraux, principalement si son but est de sortir de la fédération actuelle. Nous avons le Bloc pour contrer les Conservateurs ce qui en font des minoritaires aux dents bien moins longues.
    Tant qu'à suggérer des fusions, faudrait bien que Québec-solidaire avec son 4 à 5 % se fusionne au PQ si ce parti place la souveraineté avant la gauche mais je crois qu'il ne le fera pas parce que ce parti est beaucoup plus gauchiste que souverainiste.