Ils pèchent par omission, et plusieurs fois plutôt qu’une!

À propos du manifeste pour l’exploitation du pétrole.

Tribune libre

Alors que le gouvernement du Parti québécois s’est engagé, en 2013, dans une politique de l’électrification des transports, pour des raisons de développement durable et de combat face au réchauffement climatique, essentiellement, ce même gouvernement mène un combat inverse sur le front pétrolier. D’abord, en enfonçant dans le gosier du peuple, jamais consulté sur la question, le renversement d’un oléoduc (en piteux état) pour faire passer le pétrole, pas très propre, de l’Alberta sur notre territoire, puis avec la promotion de l’exploration et éventuellement l’exploitation du pétrole qui pourrait se trouver en notre territoire.
Que met en relief ce dualisme? Il démontre que ce gouvernement (comme la plupart des gouvernements d’Occident, guidés uniquement par la pensée économique néolibérale) fait miroiter à la population du Québec qu’il se préoccupe de développement durable, alors qu’en même temps il agit de manière contraire à ses propres principes écologiques, au nom de supposés gros profits gagnés rapidement, tout en risquant de détruire des milieux environnementaux, essentiels à la vie biologique, de quelque nature que ce soit.
Le manifeste.
Dans un manifeste (pour tirer profit collectivement de notre pétrole) qu’ils publièrent le 8 janvier 2014, dix signataires issus du monde économique québécois, dont l’ancien premier ministre Bernard Landry, l’ancienne ministre des finances Monique Jérôme-Forget et l’ancien président du Conseil du Trésor du Québec Joseph Facal, entre autres, y vont en chœur d’une déclaration aux accents d’une urgence économique propre à la droite néolibérale. Parmi les dix signataires, curieusement, aucun que l’on pourrait identifier à la sociale démocratie ou à la gauche économique. AUCUN.
Les omissions.
Une fois de plus, alors que des penseurs et des acteurs économiques de la droite néolibérale prennent la parole sur un sujet donné, la dette publique du Québec est présentée comme un argument lourd, incontournable et surtout déformé! Moi-même ayant été formé en comptabilité aux HEC, je sais que de tout simplement présenter une dette brute sans les actifs qui la balancent est fort questionnable au plan de l’honnêteté intellectuelle! Première omission d’importance dans ce document.
La seconde omission de ce manifeste, et elle est de taille, c’est qu’après avoir tenté de démontrer que la situation économique catastrophique du Québec nécessite une exploitation incontournable du pétrole qui pourrait se trouver sur notre territoire, les signataires prétendent que les revenus provenant de l’exploitation de ce pétrole seraient la solution magique à tous nos problèmes de dettes et de finances publiques. Si c’est le secteur privé qui exploite et ramasse le plus gros des profits de cette exploitation, l’État n’y gagnera que très peu de choses. Puisque l’on insiste sur cette richesse « collective », le corollaire logique des prémisses de ce document est la nationalisation. En l’absence de ce corollaire logique, quels groupes d’intérêts seront les véritables gagnants de cette manne? Curieusement ils ne sont point nommés explicitement dans ce document, mais c’est écrit en gros caractères gras entre les lignes : le privé, ses industries et les actionnaires de ces entreprises.
Autre omission, plus subtile celle-là : quoique l’on mentionne la nécessité d’exploiter le pétrole dans le respect de l’environnement en s’inspirant des pratiques de la Norvège en la matière, les signataires de ce manifeste se gardent bien de nommer explicitement les exigences actuelles que nécessiterait l’exploitation pétrolière, dans un contexte où le développement durable et le combat du réchauffement climatique sont devenus des impératifs, non seulement à la vie végétale, aquatique et animale, mais humaine d’abord et avant tout. Et le texte de ce manifeste pour l’exploitation pétrolière n’hésite en aucune manière à employer de gros sophismes nous pour vendre cette salade, nous y reviendrons.
J’entendais à la radio cette semaine l’un des signataires de ce manifeste (Bernard Landry) affirmer la chose suivante : « Le rêve serait que l'humanité tourne le dos aux hydrocarbures fossiles (…) et en attendant, le Québec ne peut se priver des revenus dont il a besoin en exploitant son pétrole… ». Et bien non! Si je rêve du jour où nous cesserons d’émettre des gaz à effet de serre en tentant d’éliminer l’usage du pétrole, et bien je préfère voir l’État, mon gouvernement, mettre les bouchées doubles pour développer et améliorer des énergies propres pour faire advenir ce jour plus tôt que tard!
Sophismes, contradictions et erreurs.
Le manifeste accuse certains groupes écologistes qui « n’hésitent pas à recourir à des stratégies de désinformation qui ne servent pas la société ». Pourquoi ne nomment-ils pas ces groupes en désignant explicitement les stratégies fautives? En quoi cette tactique d’accuser un adversaire occulte de pratiques fautives est-elle plus honorable par rapport à celles qu’ils tentent de dénoncer?
Il vaut la peine de citer un paragraphe complet de ce document pour mettre en relief une énorme contradiction : « Il est sain pour une société d’engager une discussion sur un enjeu aussi fondamental que celui du démarrage de l’exploitation de la ressource pétrolière. Éviter que le débat se fasse ne profiterait à personne et représenterait une sorte de fuite en avant. Le débat doit avoir lieu ! Mais il doit se faire correctement et surtout, nous aurons tous avantage à ce qu’il repose sur des faits. » La contradiction se situe dans le fait que les signataires de ce manifeste mettent ailleurs (dans le manifeste) et à tort, l’accent sur l’urgence d’exploiter notre pétrole québécois : « Pourtant, l’urgence d’agir ne devrait faire aucun doute dans l’esprit de quiconque souhaite que nous léguions aux générations futures un Québec en meilleure posture financière. »
La grande erreur de ce manifeste se situe dans l’incompréhension totale et entière que démontrent ses signataires en regard du combat contre les des gaz à effet de serre, du réchauffement climatique et de la sauvegarde de l’écologie. Comme à peu près tous les penseurs de la droite économique néolibérale d’Occident, pour des cause d’appât de gains rapides et urgents (selon eux), ils perdent complètement de vue que l’enjeu majeur et ultime des écologistes n’est pas uniquement la sauvegarde de quelques grenouilles dans des marais perdus! Réveillons-nous : il s’agit du combat de la survie de l’espèce humaine, et ce, à très court terme[[1]].
Si nous poursuivons ainsi l’exploitation des énergies fossiles de manière effrénées, comment peuvent-ils croire, en leur âme et conscience, que l’espèce humaine survivra à tous les bouleversements d’ordre climatologique, qui ne cessent d’augmenter en nombre et en gravité depuis une cinquantaine d’années? Il faut se sortir non seulement de la filière pétrolière, mais il faut que l’humanité s’extirpe de la pensée et des pratiques du capitalisme néolibéral, qui la mène directement à sa perte : économiquement, socialement, écologiquement et vitalement!
Qu’ils tendent donc l’oreille à un scientifique dont la grande crédibilité n’est plus à faire comme Hubert Reeves, et ils auront tôt fait de regretter d’avoir signé un tel manifeste, remplis d’incertitudes, de sophismes, de contractions et d’erreurs. Si au moins ce document avait été étoffé d’études scientifiques crédibles et vérifiables, peut-être aurait-il le mérite de passer à l’Histoire, en ayant la mesure nécessaire pour susciter le débat que les signataires prétendent vouloir lancer. Ils ont raté la cible et de très loin d’ailleurs, tant sur le plan de la science, de la logique que de la rhétorique.
En ce qui me concerne, ce manifeste est déjà passé à la filière #13, et j’ose espérer que le peuple du Québec n’en sera pas dupe et en fera tout autant!

1. Rf : Mal de Terre, Hubert Reeves, Les Éditions du Seuil, collection « Science ouverte », Paris, 2003.

Squared

Normand Perry126 articles

  • 88 864

On pourrait le décrire comme un grand passionné de communication, de philosophie, de politique, d'histoire, d'astronomie, de sciences, de marketing, de musique classique et d'opéra. Normand Perry mène une vie publique bien remplie, toujours avec des projets plein la tête et des rêves à réaliser.

Après avoir obtenu un premier diplôme universitaire en philosophie au milieu des années ’90, Normand Perry débute sa vie publique comme pamphlétaire, exprimant ses opinions librement, ces dernières étant publiées régulièrement dans les journaux régionaux, les quotidiens et divers sites Web.

Depuis avril 2004, il travaille chez [Soleil communication de marque->http://www.soleilcom.com/], agence de publicité montréalaise, où il est au développement des affaires, en veille stratégique et aux relations publiques.

Depuis juillet 2010, il s’est vu confié un projet radiophonique à [l’antenne de Radio Ville-Marie->http://www.radiovm.com/index.aspx] où il conçoit, réalise, anime et supervise le montage d’une émission portant sur l’orthodoxie chrétienne au Québec : [Voix Orthodoxes->http://www.voixorthodoxes.org/].

Sa plume va le conduire en politique active.

Après s’être fait connaître comme pamphlétaire à partir du début des années 2000 dans sa région du Suroît, il se fait remarquer, et on lui propose la présidence de circonscription au Parti Québecois dans Soulanges au début 2005. Suite à la démission inattendue de Bernard Landry en juin 2005 comme chef de cette formation politique, Normand Perry appuie d’emblée la candidature de Louis Bernard tout en s’opposant farouchement à l’élection d’André Boisclair. Lorsque ce dernier remporte la chefferie du PQ en novembre 2005, Normand Perry démissionne de sa présidence et quitte le PQ sur-le-champ.

A l’automne de la même année il se fait élire au conseil municipal à Les Coteaux dans la circonscription de Soulanges au Québec. Il se voit confier notamment les responsabilités du comité des loisirs, où conçoit et implante un programme de subvention à l’activité sportive pour les jeunes; il occupe la vice-présidence du HLM, il aussi responsable de la sécurité publique et participe activement à la fondation de la Régie inter municipale des Pompiers du Lac-St-François (fusion des services des incendies de Les Coteaux et St-Zotique).

Lors de la création du nouveau parti politique Québec solidaire en février 2006, il en devient membre et participe au congrès de fondation à Montréal. Il se porte candidat aux élections provinciales de mars 2007 pour cette formation politique dans la circonscription de Beauharnois.

Après ces quelques années en politique active, il poursuit son œuvre de réflexion pamphlétaire, notamment sur le [Blogue de Normand Perry->http://normandperry.blogspot.com/] tout comme sur Vigile et bien d’autres médias québécois





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé