12 mesures prêtes à appliquer

Franciser les 3 universités anglophones du Québec: une nécessité

en plus de mettre fin au surfinancement biaisé

86479556abc6795bc722705f48dd4a8b

Tribune libre

Les médias ont souvent fait état que les 3 universités québécoises anglophones bénéficient d'un surfinancement disproportionné par rapport aux autres. Droits acquis abusifs, traitement de faveur? Peu importe, cela a trop duré, et il convient que cela cesse.



Dans le même ordre d'idée, il serait souhaitable que l'État québécois procède à la francisation graduelle de ces 3 établissements avec l'objectif d'en faire des établissements francophones, dans le respect de la loi 96 qui affirme que la seule langue officielle du Québec est le français et que tout doit se faire dans cette langue, incluant l'enseignement et son financement.


universite-bishop-sherbrooke.jpg (1250×703)


Cette francisation doit être vue comme une absolue nécessité, une évolution normale de notre société vers un Québec, état unilingue français. C'est dans l'ordre des choses.


Si on en venait à avoir une forte proportion de latinos, devrait-il y avoir alors une université espagnole financée par l'État? Jamais de la vie! Le même principe doit s’appliquer.


image.jpg (1280×720)


Le gouvernement québécois a déjà commencé à corriger certaines lacunes en augmentant les droits de scolarité des étudiants étrangers. C'est un pas dans la bonne direction. Ne nous arrêtons pas en si bon chemin.


 


Où en sont les choses:


1- Augmentation des droits de scolarité des étudiants étrangers (fait)


2- Fin du surfinancement des 3 universités anglophones (à faire prioritairement)


3- Francisation des 3 universités anglophones (à faire concurramment)



Ci-dessus: l'une des 3 universités manufactures d'anglos se vante de l'être


Voici maintenant une bonne douzaine de mesures prêtes à appliquer visant à faciliter la transition vers le français de ces 3 universités:



  1. Tous les échanges entre l'administration et les étudiants seront offerts en français. Tous les services aux étudiants également, incluant avec le personnel enseignant. Les employés actuels capables de donner le service en français pourront rester en poste. Pas les autres.

  2. Le français prévaudra partout sur le campus: bibliothèque, laboratoire, affichage unilingue français, résidences pour étudiants, cafétéria, gymnase, équipes sportives, corridors. Tout le campus universitaire sera un laboratoire d'apprentissage de la vie au Québec en français pour préparer les non-francophones à leur nouvelle réalité.

  3. Pour être admis, les étudiants devront avoir réussi un cours de français parlé et écrit

  4. Pour avoir droit aux prêts et bourses, l'étudiant devra avoir réussi un cours de français parlé et écrit

  5. Les cours se donneront graduellement en français. Tous les enseignants francophones pourront enseigner en français par défaut dès maintenant.

  6. Les examens seront en français

  7. Les travaux, mémoires, essais, thèses pourront être présentés en français

  8. Le personnel universitaire incapable d'enseigner en français sera remplacé

  9. Chaque université sera affiliée à une autre francophone qui supervisera la transition en gérant les difficultés

  10. Tous les incidents et entraves au processus de francisation seront rapportés aux autorités qui disposeront de 48 heures pour y apporter un correctif

  11. Le surfinancement actuel sera réajusté au prorata et le surplus redistribué aux universités francophones

  12. Le principe de laïcité dont nous avons fait une maîtresse loi et l'une de nos valeurs distinctes, s'étendra à ces établissements: aucun signe religieux ostentatoire permis chez les étudiants (voile islamique, abaya revendicatrice, poignard sikh et turban, kippa juive, etc.) La neutralité sera de rigueur. Si c'est bon pour les enseignants, c'est bon pour les étudiants. La France avant-gardiste a même fait adopter une loi en ce sens cette année. Un enseignement fondamental à établir dans un établissement d'enseignement: la religion est affaire personnelle qui doit être confinée au lieu de culte et à la maison, pas dans l'espace public dont le campus.


Il est à souhaiter que commence cette transition bénéfique le plus tôt possible. Accordons-nous une période de 5 ans pour effectuer en douceur les changements requis au niveau du personnel et du contenu des cours.



concorde-popover.jpg (1920×1000)



Rions un peu: les 3 universités franciseront leur nom: McGill deviendra l'Université MC Gilles, Concordia deviendra l'Université Le Concorde et Bishop deviendra tout naturellement l'Université René... Lévesque!


À la télé, on voit souvent des reportages aux nouvelles où on demande l'avis de professeurs de McGill ou Concordia, qui étonnamment sont souvent des francophones. Ces derniers seront les premiers éclaireurs à effectuer la transition vers tout en français, à servir de guides et d'exemples positifs pour accélérer le processus.



Ci-dessus: faut le faire: photo officielle de l'Université McGill, qui montre un hindou sikh, une asiatique et des musulmanes voilées derrière, Il ne manque que le Noir de service. Aucune trace de Québécois de souche authentique!


Source: McGill anglicise et déquébécise à fond de train


Mais ils se reprennent ici  faisant de la propagande wokiste avec 10 Noirs pour 1 Blanc:



Une fois cette transition réussie, on continuera sur cette lancée avec la francisation des hôpitaux et des mairies anglophones. Chacune d'elle se verra fusionnée avec la mairie francophone voisine qui l'englobera. De même pour les commissions scolaires et les cégeps. Aussi simple que ça! C'est dans ce sens que doit se diriger toute la vie au Québec.



Ci-dessus: Hôpital Saint-Mary's


Jusqu'à présent, les universités anglophones se croyaient intouchables et toutes-puissantes du haut de leur tour d'ivoire, et non tenues d'avoir à rendre des comptes. Que le gouvernement les remette au pas au nom du peuple québécois majoritaire.


68035460_286507_185080e04664d6-5f0e-49c3-8b02-fe96bec41911_ORIGINAL.jpg (1200×495)Ci-dessus: Hôtel de ville de Otterburn Park


Reprenons une par une le contrôle de toutes nos institutions.


1606440-ministere-education-decide-declencher-enquete.jpg (923×615)


Au Québec, c'est en français que tout doit se passer. Ceux qui sont en désaccord devraient avoir déménagé dans le reste du Canada depuis longtemps.



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


 


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie808 articles

  • 1 397 734

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 805 articles publiés en ligne ont été lus un million 395 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Normand Bélair Répondre

    15 janvier 2024

    Bonjour,


    Petit correctif:


    Votre numéro 7: Les travaux, mémoires, essais, thèses pourront être présentés en français


    Pour avoir passé par là, ceci est déja le cas.


    • Réjean Labrie Répondre

      16 janvier 2024

      Merci M. Bélair pour la précision. Verriez-vous d'autres idées de francisation à ajouter?

  • Réjean Labrie Répondre

    14 janvier 2024

    Un autre pas dans la bonne direction: le ministre québécois de la langue française, M. Jean-François Roberge, vient de décider de renforcer la primauté de la langue française dans l'affichage public et les enseignes commerciales de magasin, dans l'esprit de la loi 96.


    Grand chantier national sur la survie du français


    Tout le monde avait noté comment les contrevenants à la loi disposaient de stratagèmes pour se dérober aux règles établies. Les modifications à la loi vont rendre ce genre d’entourloupette quasiment impossible.


    Québec réfléchit aux moyens à prendre pour arrêter le déclin du français |  Noovo Info


    Le processus de francisation active du Québec doit s'appliquer dans tous les domaines et ne laisser aucune porte de sortie à personne.


    En bonus, l'indépendance du Québec viendra apporter un survoltage d'accélération de la francisation. Travaillons-y tous ensemble.


    Mal à l'aise avec l'appel au drapeau


    Notre pays du Québec sera francophone.


    Source: Le Québec se francise