Le wokisme a entraîné la faillite de la Banque Silicon Valley

Les wokes gangrènent le marché du travail

en plaçant leurs pions incompétents

4ef7e76f5c9ecd9edc85c7879e182185

Tribune libre

Obéir aveuglément à toute idéologie ne peut mener qu'à des ravages sans nom. On ne l'a que trop vu avec le petit livre rouge du communiste Mao, l'application au premier degré du Coran, et maintenant avec le wokisme radical qui tente de se donner des airs de redresseur de torts pour faire accepter l'inanité totale de ses principes imbuvables.



Les wokes gangrènent le marché du travail en faisant placer de force leurs pions incompétents à des postes stratégiques.



En effet, les organismes et entreprises qui s'abaissent honteusement à suivre leurs principes biaiseurs pour être "tendance" remplacent les employés les plus aptes et qualifiés par des potiches, des beaux-parleurs, des "symboles", des coquilles vides, des diversifiés, bref, par des incompétents qui n'ont pas mérité d'être où ils sont.



L'idée n'est pas de moi. Un journaliste français lanceur d'alerte vient de révéler que la faillite de la Banque américaine Silicon Valley était probablement le résultat de nominations de candidats parfaitement wokes à des postes décisionnels, ce qui au bout d'une cascade de mauvaises décisions, a entraîné sa perte.



Les postes ne doivent jamais être accordés en fonction des basses considérations wokes, toutes plus injustifiables et irraisonnées les unes que les autres.


Ils doivent plutôt être attribués selon:



  1. les compétences

  2. les qualifications

  3. l'expérience acquise

  4. l'expertise

  5. la spécialisation

  6. la reconnaissance des pairs

  7. la motivation personnelle dans le domaine visé

  8. les récompenses et les honneurs

  9. les qualités spécifiques requises à l'emploi donné (créativité, intelligence, innovation, entregent, leadership, flexibilité, etc.)


(énumération abrégée)



Un autre exemple. Ces derniers temps, les médias ont fait grand état d'une certaine Haïtienne toxique, parachutée à un poste stratégique à l'Université d'Ottawa expressément pour faire rouler les têtes blanches l'une après l'autre (et par têtes blanches on ne parle pas des tablettés aux cheveux blancs devenus inutiles mais protégés par leur syndicat).



Le plus ridicule dans tout ça, ce sont les victimes blanches visées elles-mêmes, fortement endoctrinées au wokisme ambiant comme des zombies obéissants, qui applaudissaient à la chose!



Tôt ou tard, les méfaits et dégâts du wokisme remplaceur et délayeur, en se multipliant et se généralisant, entraîneront la déliquescence des institutions et la détérioration de la société en général, dans un effet domino impossible à arrêter.



Conséquemment, c'est un refus catégorique et ferme qu'il faut opposer à toutes les formes de wokisme existantes.



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


 


 


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie837 articles

  • 1 445 784

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 835 articles publiés en ligne ont été lus un million 400 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    2 août 2023

    Le toujours très avisé M. Joseph Facal a résumé en un paragraphe les méthodes douteuses employées par les wokes:


    "La censure, l’intimidation, la culpabilisation, les affichages de postes fermés aux Blancs, l’effacement de la femme et de la réalité binaire de la sexualité pour ne pas déplaire aux transgenres, la vision caricaturale du monde (opprimés vs oppresseurs), l’obsession raciale et sexuelle, le mantra de l’«islamophobie», la fabrication de concepts qui ne résistent pas à l’analyse, comme le «privilège blanc» (quel privilège a l’assisté social blanc par rapport au professeur noir?) ou l’«appropriation culturelle», etc.


    Les wokes ont élargi leur champ d’attaque, y intégrant l’écriture inclusive, la réécriture javellisée des œuvres du passé, la politisation extrême du savoir, le déboulonnage des statues, la négation de la biologie."


    Il faut combattre et éliminer le wokisme.


    Source: Le wokisme substitue souvent l’idéologie à la science


  • Réjean Labrie Répondre

    19 avril 2023

    Le terme "woke" est devenu l'insulte ultime à adresser aux déconstructeurs radicaux de la société normale, qui dépouillent la majorité pour favoriser les minorités aux troubles histrioniques, assoiffées de reconnaissance et de visibilité.



    Le premier ministre québécois François Legault ne s'est pas gêné pour en affubler Gabriel Dubois-Nadeau qui en fut saisi, voyant son petit jeu dévoilé au grand jour.


    Cliquez ici pour la vidéo.


    et ici aussi.



    - François Legault a pour sa part proposé sa propre définition du terme. Selon le premier ministre, une personne woke est «quelqu’un qui s’oppose à la défense de la nation québécoise». Sa définition visait très spécifiquement Gabriel Nadeau-Dubois. 


    - Lors de son élection comme chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Pierre Poilièvre a promis de libérer le Québec du «gouvernement centralisateur et woke à Ottawa». 


    - Selon le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, le «wokisme» consiste à vouloir diviser la société en fonction de certaines caractéristiques, touchant principalement l’orientation sexuelle et l’identité de genre, et pratiquer la discrimination positive.


    - Le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, a défendu un ex-militant de Québec solidaire qui avait osé exprimer des positions anti-wokistes. À lire ici.



    Comme on le constate, le wokisme et les wokes sont peu recommandables et doivent être combattus. La classe politique est en train de s'en rendre compte et les a dorénavant dans sa mire.


  • Réjean Labrie Répondre

    15 avril 2023

    Il existe un tableau (en anglais) qui détaille toutes les croyances de la religion woke sectaire:



    Pour bien lire les détails du tableau, téléchargez-le ici au format pdf, ce qui permet ensuite de l'agrandir et de lire chaque case:  Tableau de la religion woke


  • Réjean Labrie Répondre

    15 avril 2023

    On peut se réjouir qu'une association parlementaire transpartisane française déclare la guerre au wokisme. 


     

    Dans son manifeste, la future association alarme clairement sur le danger qui menace la société française après avoir ravagé la société américaine et bien d'autres : « Le wokisme est un communautarisme, voire une forme de séparatisme, martèle le texte. Il fonctionne objectivement comme une entreprise de nature sectaire (le philosophe Jean-François Braunstein parle de "religion woke"), inaccessible à tout dialogue contradictoire et tenté par l’anathème, prélude aux violences verbales, puis physiques. »


    . « Le wokisme est fondamentalement d’essence totalitaire, ce qui ne peut que susciter la résistance des républicains et des démocrates attachés aux principes de la République et au respect de la vérité scientifique », écrit Roger Chudeau dans sa missive aux élus. « Représentants du peuple français, nous nous devons de réagir, de dénoncer et de mettre fin à ce projet nihiliste », conclut-il. Le projet ne s’arrête pas aux frontières françaises, car « le wokisme est un danger pour la francophonie ».

     

    Les gens de bonne volonté prennent conscience que certains huluberlus qui se donnent bonne conscience sont en réalité des vecteurs de recul de la société. À quand un tel mouvement de résistance au Québec?