On contourne la chaîne des transferts au nom de causes humanitaires

L'aide internationale monétaire à remettre en question

L'argent trop facilement détourné au profit des corrompus

Ddd843db7b75b802eacf0497d940e61f

Tribune libre

Il semble étonnamment facile pour les gouvernements étrangers corrompus de détourner les centaines de millions qui leur sont accordés par l'aide humanitaire internationale. Et cela ne date pas d'hier. Il faudra bien que ça cesse un jour.



Le problème est amplifié  par les frais d'administration prohibitifs que s'allouent les organismes d'aide humanitaire (banquets, voyages en première classe, bureaux luxueux).



Vous rappelez-vous la dernière fois qu'il y a eu une crise humanitaire dans un pays quelconque du tiers-monde? En fait, il y en a tout le temps une quelque part dans le monde. Peu importe que ce soit une épidémie, une disette, une guerre, un massacre, un génocide, un tremblement de terre, des crues, bref, tout ce qui est récurrent dans le tiers-monde.



Et c'est à ce moment précis que les loups corrompus haut placés se pourlèchent les babines à l'idée que les millions vont se mettre à affluer de toute part. C'est une escroquerie de grande envergure très lucrative et fort bien huilée.



On a tous en tête les images de ces petits enfants biafrais chétifs au ventre gonflé et aux grands yeux cernés qui faisaient tant pitié dont on se servait jadis pour nous attendrir (non, je vous fera grâce de ces images). Le pire, c'est que ça marchait.



Je me souviens très bien d'une crise de ce genre dans les années 2 000 en Afrique. C'était l'une des premières fois qu'on nous montrait les événements en direct via satellite au lieu des émissions programmées.



Tout à coup, on a fait un gros plan du directeur français de Médecins sans frontières dépêché sur place qui a déclaré en substance et sans détour: "De grâce, n'envoyez pas d'argent, rien ne se rend. Depuis le début de la crise, nous n'avons pas reçu un seul centime des millions qui entrent au pays. N'envoyez surtout pas d'argent". On comprenait que cela incluait l'argent en provenance de nos gouvernements ou d'organismes comme Unicef, Oxfam, et tous les pseudo sites d'aide directe qui surgissaient comme des champignons dont le numéro apparaissait au bas de l'écran et qui acceptaient toutes les cartes de crédit...



Les sommes d'argent arrivent bien au pays désigné, soit, mais une fois entrées dans les coffres, les gouvernements et dirigeants absolument corrompus connaissent tous les trucs de passe-passe pour détourner ces fortunes dans des comptes à numéros à leur usage personnel sans que rien n'y paraisse.



Illustration ci-haut: degré de corruption des pays africains. Plus c'est foncé, plus c'est grave.


 



Il est établi que les pays africains sont parmi les pires dans la liste des gouvernements les plus corrompus de la planète. Président, garde rapprochée, ministres, fonctionnaires, armée, police, maires, citoyens coopératifs, les exceptions sont rares, les codes moraux malléables et flexibles.



Et ce sont ces mêmes africains imbibés depuis l'enfance dans cette mentalité de corruption à tous les niveaux qu'il faudrait maintenant accueillir au pays par millions. Cherchez l'erreur.


Illustration ci-haut: des Haïtiens typiques font leurs derniers préparatifs pour immigrer au Québec et rejoindre leurs familles déjà installées


 


Premier exemple: dans la crise actuelle mettant à feu et à sang Haïti sans queue ni tête, certains soldats assignés au rétablissement de l'ordre n'ont soudainement plus de balles dans leur fusil, car ils vendent ces munitions aux gangs de rue pour leur profit personnel. L'enfer est généralisé, à tous les niveaux de ces sociétés primitives condamnées à l'échec irréversible.



Second exemple. Récemment, le président français Emmanuel Macron, en visite officielle au Congo, ne s'est pas gêné pour prendre directement à parti dans son discours officiel son homologue qui se tenait juste à ses côtés, soulignant la part de responsabilité du gouvernement en place dans les problèmes du pays. Il y a eu empoignade verbale de part et d'autre, provoquant un véritable incident diplomatique.


Voyez la vidéo ici.


On vient de donner des exemples venant d'Haïti et du Congo, mais il va sans dire que tous les autres pays du tiers-monde corrompu pourraient figurer au tableau de la honte dont on peut consulter la liste par ordre du meilleur au pire, en cliquant ici.



Les méthodes d'attribution de l'argent destiné à l'aide humanitaire internationale doivent être revues et les vérifications resserrées. Considérant que l'application de correctifs concrets risque malgré toute la bonne volonté d'être longue à venir, si jamais on y arrive, il serait peut-être plus avisé de mettre la pédale douce sur le chéquier la prochaine fois qu'on vous sollicitera...



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approndir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie842 articles

  • 1 454 222

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 840 articles publiés en ligne ont été lus un million 450 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    7 avril 2023

    Le premier ministre canadien Justin Trudeau nous appauvrit de 100 millions de dollars en envoyant cette somme directement aux corrompus de Haïti.


    Il est absolument certain que pas un sou de cette somme ira là où il le faut.



    Le journaliste Loïc Tassé confirme mon pressentiment:


    Justin Trudeau veut dépenser cent millions de dollars pour aider Haïti. Aussi épouvantable que soit la situation en Haïti, une conclusion pénible s’impose : Haïti ne sera pas sauvé de l’extérieur.


    L’argent qui y sera déversé sera en bonne partie détourné par les crapules qui sont à la tête d’Haïti. L’envoi d’une force armée internationale donnerait des résultats encore pires.


    Source: 100 millions de dollars envolés en fumée dans Haïti à feu et à sang