Non à la sélection d'embauche par favoritisme ethnique

La "discrimination positive" à l'embauche: une approche anti-québécoise flagrante

Un certain maire l'a pourtant fait adopter et s'en vante

4f3b978dcf3dd2dd6cc5d982d3647b5f

Tribune libre

Le maire d'une certaine ville du Québec a fait passer durant son mandat un règlement de sélection d'embauche pro-ethnique et anti-québécois de souche pour le personnel de la municipalité. Même qu'il a l'impudence de s'en vanter.


Le pire, c'est que ce beau parleur ait pu faire adopter ce règlement comme du beurre dans la poêle en exerçant toute la pression voulue pour y arriver au nom de la sacro-sainte bien-pensance. Ô scandale!


Pour mémoire, l'utilisation de la "discrimination positive" consiste à accorder la préférence d'embauche à des minorités visibles, raciales, ethniques, voire religieuses, comme principal critère de sélection, passant avant même les qualifications, compétences et expérience de travail.



Devant des candidats québécois ayant de meilleures qualifications, compétences et expérience de travail, on leur préférera le postulant issu de l'immigration tiers-mondiste sous-developpée. Quelle injustice flagrante envers les nôtres!


On comprend que c'est un non-sens total qui ne peut qu'abaisser la qualité des services rendus et du rendement au travail. C'est ce qui s'appelle une fausse bonne idée, une idée trompeuse, comme l'est par exemple également l'exigence de la parité qui voudrait rendre caduc l'obtention d'un emploi par le mérite.



Et pour nous faire avaler le morceau coriace sous la dent, notre apologue servile du politiquement correct prétend que c'est dans le but de venir en aide à ceux qui éprouvent de la difficulté à dénicher un emploi. C'est un tout plein de bons sentiments, un beau geste humanitaire d'entraide universelle, quoi. Personne n'est contre la vertu, n'est-ce pas?


En fait, oui, lorsque ceux qui écopent sont les Québécois de naissance, qu'on prive expressément des emplois qui leur reviennent tout naturellement.


Donc, pas question de traitement préférentiel des immigrés à nos dépens.


Il faut rectifier cette orientation malsaine et contreproductive qui lèse la population native.


Plaçons les éléments dans l'ordre pour mieux comprendre la bonne marche à suivre:


1- Tout emploi au Québec doit être attribué à des Québécois de naissance et de souche en premier lieu. Cela nous revient de droit. On est chez nous, on est d'ici. Les emplois sont pour nous d'abord.


2- Les étrangers du tiers-monde ne doivent être acceptés ici que temporairement et uniquement pour combler les manques, en attendant qu'un vrai Québécois devienne disponible pour occuper le même poste. Si cet étranger se plaint d'être un intérimaire, un surnuméraire, un temporaire, voire un bouche-trou, c'est un point de vue comme un autre. Qu'il accepte pourquoi il a été accepté. On ne lui doit strictement rien après tout. Et qu'il s'estime chanceux qu'on lui offre ces contrats d'une durée limitée plutôt que rien du tout.


3- Pour respecter une approche nationaliste d'embauche équitable, il convient lorsque nécessaire d'accorder tout emploi à un étranger sous forme de contrat de 6 mois ou d'un an. À ce terme, l'emploi se voit de nouveau offert à tout Québécois intéressé, qui le remplace aussitôt que possible.


4- Tout emploi dans le système public (provincial, municipal) et les sociétés d'état (SAQ, Hydro-Québec) devrait n'être accordé qu'à des Québécois de souche. C'est notre prérogative, notre privilège, notre droit de naissance. Nous ne devons à aucun prix perdre peu à peu le contrôle de nos institutions au profit de mentalités étrangères dont les intérêts et priorités diffèrent beaucoup trop des nôtres.


5- Il est inacceptable qu'un seul emploi nous soit volé par des étrangers. Les travailleurs québécois passent avant eux dans tous les cas sans exception.


6- Dès son arrivée, l'immigré doit accepter tout emploi où il y a une pénurie à combler, peu importe ses qualifications et diplômes. Qu'il soit conscient qu'on lui accorde une faveur insigne en l'acceptant au pays, et qu'en échange il doit répondre à nos nécessités. Si on a besoin de préposés aux bénéficiaires, de personnel hôtelier, de cueilleurs aux champs, de travailleurs de nuit, c'est ce qu'il fera. C'est cela ou le retour immédiat d'où il vient.


* * *


Ce même maire dont l'obsession pro-ethnique ne fléchit jamais, en rajoutait en déclarant tout récemment vouloir laisser infiltrer les corps policiers de sa ville par des minorités raciales et même musulmanes. Quel aveuglement volontaire aberrant! On croirait pratiquement entendre le caquetage d'un Justin Trudeau, propagandiste avoué de l'idéologie post-nationaliste visant l'oblitération accélérée de notre identité collective canadienne-française.



Cela tombe sous le sens que la population québécoise doit être protégée par les nôtres, et non pas par des individus venus d'ailleurs qui resteront toujours biaisés envers les leurs, quoi qu'ils en disent. Et c'est sans parler des frictions et malaises que cette mixité forcée entraîne dans le corps policier même, nuisant au bon fonctionnement et à l'efficacité de son travail.


* * *


En conclusion, il importe que les divers paliers de gouvernement qui nous représentent gardent toujours à l'esprit qu'ils ont le devoir de favoriser prioritairement le peuple historique majoritaire qu'il représente et qui le fait élire. C'est une simple question de respect.



Le règlement de la sélection d'embauche par favoritisme ethnique doit être aboli sans délai partout où il a été adopté à mauvais escient.


Qu'on vise plutôt l'excellence, le professionnalisme, la qualité, pas les listes de quotas ethniques ou raciaux.


Ne laissons pas le Québec s'éparpiller, s'écailler, aux mains des autres.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie551 articles

  • 1 023 546

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Sa plus grande fierté est d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques et élites qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 550 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Jean-Charles Morin Répondre

    9 juillet 2020

    D'ordinaire, j'aime bien ce qu'écrit l'auteur et je suis d'accord avec lui quand il affirme que toute discrimination, même "positive" est à proscrire.


    Cela vaut également pour la politique d'embauche qu'il préconise et qui devrait selon lui, d'une manière assez surprenante, favoriser les "Québécois de souche" du fait de ce qu'ils sont au détriment de leurs qualités et de leurs compétences.


    Cela constitue parfaitement le genre de propos qui devient du bonbon pour les antinationalistes et autres sermonneurs formés au gauchisme bien-pensant quand vient le temps pour eux de casser du sucre sur les vilains "identitaires" en assimilant leur discours à une forme de racisme. L'auteur leur fait ici un bien méchant cadeau avec son discours de préférence et d'exclusion.


    De toute manière sa suggestion est inapplicable du fait qu'il n'y a pas de définition du "Québécois de souche" qui puisse faire consensus. Pour être considéré comme tel, ce genre d'individu viendrait d'une famille établie ici depuis combien de temps? L'auteur n'en dit rien et il a bien raison avec tous les registres paroissiaux qui sont partis en fumée au fil des ans.


    À l'opposé, le même auteur étale une bien étrange pudeur en parlant "d'un certain maire d'une certaine ville du Québec". Je n'ai aucune idée de qui il veut bien parler. Serait-ce par hasard Labeaume, Plante ou quelqu'un d'autre? Mystère et boule de gomme.


    Si ses politiques d'embauche discriminatoires que cet édile favorise regardent l'intérêt public et sont censées être connues de tous, je ne verrais aucun mal à ce que son nom soit cité.


    Jean-Charles Morin


  • Pierre Bourassa Répondre

    29 juin 2020

    Merci de mettre ce sujet capital à l'ordre du jour.Les budgets fournis par le Conseil du Trésor encourageaient l'employeur à discriminer les Québécois de souche, PQ ou PLQ confondus.La CAQ? Je ne sais pas.Et le Syndicat de la Fonction publique du Québec n'y voit que des cartes de membres supplémentaire$.