Ce sont des droits de conquérants, et ils ne sont plus nos maîtres

Tous les droits acquis des anglos doivent être révisés

9 mesures à mettre en place

F0cf15d95e80bd2f47fe1e386a08306a

Tribune libre

De plus en plus de gens sont d'avis que les droits acquis des anglos devraient être réévalués à la baisse. Plusieurs d'entre eux sont périmés, désuets. Il doivent être révisés. Ils n'ont plus aucune raison d'être, aucune justificationIls n'ont duré que trop longtemps. N'est-il grand temps que ça change enfin?


Réforme de la Loi sur les langues officielles | Une occasion d'enrichir  tout le Canada | La Presse


Ce sont des droits de conquérants, et ils ne sont plus nos maîtres.



Qu'ils comprennent que le temps des privilèges usurpés et des traitements de faveur par déférence est enfin révolu.


Ne serait-il pas indiqué qu'ils quittent pour leur Canada afin de diminuer leur influence nocive sur l'anglicisation des nouveaux arrivants, ce qui se répercute grandement dans le choix des les allophones qui cherchent par tous les moyens à opter pour l'anglais?

Racisme anti-Québécois : les jeunes anglo-immigrés ne cachent plus leur  haine – Horizon Québec Actuel


Ici, c'est chez nous, celui des Québécois authentiques, celui du peuple fondateur historique.



Si un anglophone (ou un allophone au demeurant) n'est pas capable de vivre en français au Québec ou refuse de le faire, il n'est tout simplement pas là où il devrait être, c'est-à dire dans le reste du Canada anglophone, parmi les siens.


Si le Québec sera toujours trop français pour eux, ne devraient-ils pas logiquement le quitter ? Si tel est leur choix, on ne les retiendra pas.



9 mesures pour rétablir les choses:



  1. Le gouvernement québécois ne doit offrir l'ensemble de ses services qu'en français uniquement. Cela inclue tous les ministères et sociétés d'état: Revenu-Québec, éducation, hôpitaux, justice, aide sociale, SAAQ, RAMQ, CNSST, RAQ, Hydro-Québec, CSSNT, et les autres.

  2. Vous téléphonez parce que vous avez un problème avec Hydro-Québec? Service en français seulement. Ce sera la directive officielle pour toutes les sociétés d'état.

  3. Les parents dont l'un est anglo peuvent envoyer l'enfant s'angliciser à l'école anglaise. Un non-sens au Québec. À abolir.

  4. Les commissions scolaires anglaises doivent être fusionnées avec les commissions francophones et gérées dans le sens de toujours plus de francisation.

  5. On pourrait envisager que les jeunes anglos suivent les mêmes cours de français que les francos et soient tenus d'obtenir la note de passage, et que leurs cours d'anglais soient réduits à la même part que les cours d'anglais chez les francos.

  6. Les mairies de municipalités anglophones vont être dissoutes pour être incorporées à des municipalités francophones voisines qui vont les phagocyter.

  7. Tout l'affichage public ne sera qu'en français seulement. Aucune autre langue permise en plus petit caractère.

  8. Dans les commerces et restaurants, les employés seront tenus d'aborder les clients et de pouvoir fournir le service en français. Sachons se faire respecter chez nous.

  9. Aucun emploi ne devra exiger la connaissance de l'anglais à moins d'une justification expresse démontrable.



Lesdits droits des anglophones, ne seraient-ils pas plutôt des privilèges qui conduisent à l’anglicisation des Québécois, et à celle des francophones hors du Québec, déjà très avancée ?


Les Canadiens sont plus attachés à leur langue qu'à d'autres identités,  selon un sondage | Le Devoir


Le Québec doit ressembler au monde des Québécois, pas au monde des anglos. Et leur monde à eux est dans le "Rest of Canada". Qu'ils le comprennent enfin et songent à s'établir là où ils se sentiront vraiment chez eux. Plusieurs d'entre eux l'avaient d'ailleurs compris lors du dernier référendum et n'avaient pas attendu le résultat pour déménager en Ontario.


Manifestation pour le français au Québec: le projet de loi 96 jugé  «insuffisant» | L'actualité


Si ces anglos se sentent lésés et poussent les hauts cris, faisons-leur comprendre que dans le reste du Canada ils ne se sentiront plus ainsi.


Le Canada contre le Québec - La Presse+


Si ce changement d'attitude, cette abolition des droits acquis, peuvent contribuer à ce que les anglos et allophones récalcitrants songent à quitter le Québec plus vite, eh bien, l'objectif aura été atteint.


Un certain privilège anglo - La Presse+


Posons-nous la question: les Québécois peuvent-ils décider ensemble qu'ils n'acceptent plus d'unilingues anglais comme le pdg d'Air Canada Michael Rousseau qui se vantait de pouvoir vivre au Québec uniquement en anglais? On pourrait même dire que ça irait dans l'esprit de la loi 96. C'est un premier pas pour leur faire comprendre comment cela doit se passer ici. Si c’est un choix démocratique et majoritaire de la population, c'est légitime.


Le Quotidien — Alors que le français et l'anglais demeurent les principales  langues parlées au Canada, la diversité linguistique continue de  s'accroître au pays


N'est-il pas inconcevable que le Québec de demain en vienne à contenir encore plus d'anglophones et plus d'allophones ayant opté pour l'anglais? Il faut que les anglos comprennent et acceptent qu'il ne doit pas en être ainsi. Des mesures en ce sens sont donc plus que nécessaires et justifiées, peu importe les protestations. On ne peut plus laisser aller les choses sans réagir.


Marche et manifestation pour exiger le renforcement du projet de Loi 96 |  Impératif français


La présence excessive d’anglos fait en sorte que les allophones continueront d’éprouver une attirance irrésistible pour l’anglais. Ces derniers veulent parler la langue canadienne, pas la langue québécoise. Les faire diminuer en nombre contribuera efficacement au maintien du français, qui doit demeurer une priorité.


Manifestation pour la défense du français à Montréal | TVA Nouvelles


Plus que jamais, les anglos doivent sentir sur eux une pression de tous les instants.


Pastagate, ou de la nécessité de reconcevoir le combat pour la langue  française au Québec | HuffPost Politique


Un Québec avec moins d'anglos sera plus québécois, plus près de nous, plus à notre image, moins disparate et discordant, et par conséquent un meilleur endroit où vivre ensemble. Un chez soi comme nous le voulons, comme nous méritons de l’avoir.


Le Canada va reconnaître le français comme la langue officielle du Québec


À lire: À Montréal, pour entendre moins d'anglais, ça va prendre moins d'anglos


Comment les Trudeau ont noyé le Québec | JDM


Source des principaux graphiques: Le français en perte de vitesse au Québec


Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie851 articles

  • 1 470 474

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 850 articles publiés en ligne ont été lus un million 465 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé