Lettre à mon éditeur

Chronique de Louis Lapointe

Salut Bernard,
Je ne sais pas si tu as fait la même chose que moi ce matin. Deux heures à
attendre pour savoir quelles règles constitutionnelles primeraient. Tout le
monde l’a vu, au-delà des avis des experts, c’est toujours et encore la
politique fédéraliste canadienne qui décide du sort du Québec et comme l’a
si bien dit Stephen Harper à la toute fin de son allocution, même si le
Bloc représente majoritairement le Québec aux Communes, quand on est un
parti fédéraliste on ne peut pas être associé aux séparatistes, c’est une
règle fondamentale en régime canadien.
Voilà probablement de quoi ont parlé entre autres Stephen Harper et
Michaëlle Jean pendant ces deux longues heures, du péril séparatiste qui
guette le Canada à travers la coalition. Les intérêts du Canada ne peuvent
pas concorder avec ceux des représentants élus du Québec lorsqu’ils sont
séparatistes. Voilà probablement pourquoi la session a été prorogée.
Quand les avis des experts sont à 50/50, cela permet de choisir la règle
constitutionnelle qui fait le plus l’affaire de la politique fédéraliste
canadienne ! Quand il y deux avis juridiques dans le classeur, il est
facile de choisir celui qui fait notre affaire, tout comme nous l’a si bien
démontré le maire Tremblay au cours des dernières semaines. C’est
exactement la même logique juridique qui s’applique dans toutes les
institutions fédérales canadiennes.
J’espère qu’à la suite de ce dernier épisode de l’Histoire du Canada, les
Québécois vont comprendre qu’ils sont les seuls maîtres de leur destin et
que l’avenir du Québec est une question trop importante pour la laisser se
décider par les 10 autres gouvernements de ce pays d’où la majorité de nos
représentants démocratiquement élus a été clairement exclue par le premier
ministre de ce pays devant nos yeux ébahis !
La déclaration du premier ministre du Canada est lourde de sens
puisqu’elle suivait immédiatement la rencontre au cours de laquelle lui et
la gouverneure générale du Canada se sont entendus pour proroger dans des
circonstances exceptionnelles les travaux des Communes. Le Québec a encore
une fois été clairement exclu du Canada. Le geste de Stephen Harper est
sans équivoque, puisque manifestement, comme sa déclaration le prouve bien,
il visait nommément la majorité des députés élus du Québec, ceux du Bloc.
J’espère surtout que les Québécois vont comprendre cela avant le vote de
lundi prochain ! Ça nous permettrait de passer de plus belles vacances de
Noël et d’être de retour en pleine forme en janvier pour la suite des
choses, autant à Québec qu’à Ottawa !
Bonne fin de journée !
Louis
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured bccab87671e1000c697715fdbec8a3c0

Louis Lapointe534 articles

  • 848 813

Autrefois avocat, chroniqueur, directeur de l'École du Barreau, cadre universitaire, administrateur d'un établissement du réseau de la santé et des services sociaux et administrateur de fondation.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé