Élections fédérales

Les remparts

Et ça repart pour de nouvelles élections canadiennes !

Tribune libre 2008

Et ça repart pour de nouvelles élections canadiennes ! Les slogans, les affiches, les campagnes de financement, les publicités, le débat des chefs…
Certains estiment que le Bloc a un rôle à jouer à Ottawa ne serait-ce que pour empêcher Stephen Harper de former un gouvernement majoritaire. Au Québec, ils nous diront de voter pour le PQ afin de mettre les bâtons dans les roues de la charrette libérale.
D’un côté comme de l’autre, les partis souverainistes paraissent servir de remparts aux assauts répétés des Canadiens lesquels sont, eux, engagés dans une lutte à finir. Ils ne se privent d’ailleurs pas pour faire de l’unité nationale un enjeu de campagne. Ils en sont fiers.
Voter pour le Bloc et pour le PQ dans le but de contrer les desseins canadiens est certes louable mais ne suffira pas à faire en sorte que les électeurs se précipiteront dans les bureaux de scrutin. Car, plus que des remparts, les Québécois souhaitent voir à l’œuvre des politiciens qui n’ont pas froid aux yeux et qui ont davantage à offrir qu’une police d’assurances après sinistre.
Tant que nous n’assumerons pas ce que nous sommes, nous serons comme les autres.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 241 121

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    8 septembre 2008

    Réglons d'abord le cas de la ligne droite. Dans une stratégie comme dans l'autre, il n'y a pas vraiment de ligne droite. Qui cherche à prendre le pouvoir s'oblige à des détours, à des feintes, à des mouvements de pièces comme aux échecs. Mettons-nous d'accord là-dessus.
    Dans le cas de la politique. Il s'agit de POLITIQUE et non de STRATÉGIE, le Bloc refuse de pointer le mur. Il pointe systématiquement la possibilité d'accommodements, le compromis. En clair, il joue le jeu du fédéralisme en pensant pouvoir être le plus fin à ce jeu. L'argumentaire que sous-tend cette politique étant que nous sommes encore dans le Canada, que nous payons des taxes, que nous pouvons défendre nos intérêts nationaux dans le Canada, cela constitue une sorte de police d'assurance et tutti quanti... Tout ce discours relève d'illusions funestes qui sont entretenues (souvent entre nous) sur la nature même du fédéralisme.
    De cette POLITIQUE, nous en voyons maintenant les effets à long terme. Êtes-vous heureux des effets de cette politique comme indépendantiste ? Il est impossible de l'être. Nous régressons. Nous ne faisons que régresser. Le remède. Il ne suffira pas de lancer l'appel à la relance du rassemblement (réseautage, communauté nationale, serrer les coudes, etc.), qui sont de l'ordre de la stratégie, pour que la même politique produise des effets différents. Désolé de petter la baloune.
    Il faut effectivement pointer le mur à 100% C'est le mur qu'il nous faut sauter, franchir, percer. Tant que le mur ne sera pas pointé systématiquement du doigt, les Québécois ne le verront pas. Pour ce faire, il faudra avoir l'audace et le salutaire culot d'affronter le géant aux pieds d'argile que constitue le barrage médiatique. Les Russes l'ont fait contre le régime soviétique, nous pouvons le faire contre Gesca-SRC.
    Pour faire l'indépendance, il faudra avoir un jour le courage de pointer le mur et non l'ombre qu'il nous porte. Pour l'instant, ce courage est un privilège réservé au Parti indépendnatiste.
    GV

  • Archives de Vigile Répondre

    8 septembre 2008

    "C’est pour cette raison que je crois qu’il est inutile de voter pour le bloc, lui qui fais bien paraitre le fédéralisme au lieu de le paralyser..."(Gregory Vézeau)
    Si une bonne majorité de Québécois étaient conscients de cette stratégie, alors le Bloc aurait le support pour l'appliquer à 100% comme vous le souhaitez. Mais ce n'est pas le cas et le Québec est monopolisé par la presse fédéraliste.
    Dans le contexte actuel, si le Bloc faisait du 100% cette machine de propagande fédéraliste mettrait aussi son 100% pour accuser le Bloc d'être l'agent principal et même seul agent de la paralysie. À 100%, le Bloc n'aurait aucune référence pour prouver le contraire. Sa stratégie radicale se retournerait contre lui.
    Du 100% ce n'est plus de la politique. C'est une stratégie de désespoir.
    La stratégie de la ligne droite c'est faire fi de la cappacité de l'autre à mettre des obstacles. On frappe le mur.

  • Grégory Vézeau Répondre

    8 septembre 2008

    Dans les commentaires précédant, il semble nécessaire de voter au fédéral.
    Pourquoi?
    Ce qui nous représente le mieux, c'est de ne pas voter pour un gouvernement qui n'est pas le nôtre!
    Car le Bloc, malheureusement, ne fais pas le travail qu'il est supposer faire. Il accepte des demi-propositions sous prétexte qu'il faut en donner pour en avoir en politique. Alors qu'il devrait se contenter d'un tout ou d'un rien pour le Québec, histoire de paralyser le parlement fédéral.
    Son travail est de bloquer ce qui n'est pas en faveur du Québec et de son peuple. Et son autre fonction est d'aider les canadiens à comprendre que leur pays se porterait mieux sans nous.
    Pourtant, il se prête à la joute politique du fédéral... alors qu'il n'a rien a y gagner, puisqu'il n'aspire pas à gouverner le Canada.
    Si constamment, il s'opposait à des propositions n'étant pas à 100% pour le Québec, ça irait mal à Ottawa. Et ça aiderait à démontrer aux Canadiens qu'ils se porteraient mieux sans le Québec. Puis dans le cas contraire, si le fédéral se mettait à plier devant les demandes du Bloc, cela soulèverait la grogne dans tout le Canada.
    Mais nous n'assistons pas à cela, malheureusement...
    C'est pour cette raison que je crois qu'il est inutile de voter pour le bloc, lui qui fais bien paraitre le fédéralisme au lieu de le paralyser...
    Et pour les autres partis, ils veulent gouverner un pays qui n'est pas le mien.
    Donc je ne voterai pas, et je suis loin d'être le seul à penser qu'il serait peut-être mieux de ne pas voter.
    Je crois que le taux de participation sera très faible au Québec, encore plus qu'au paravent.

  • Raymond Poulin Répondre

    7 septembre 2008

    Présentement, assumerions-nous davantage ce que nous sommes en votant, au prochaines élections fédérales, pour les partis Conservateur, Libéral, NPD ou Vert plutôt que pour le Bloc? Poser la question, c'est y répondre...

  • Archives de Vigile Répondre

    7 septembre 2008

    Qu'est-ce que le PQ vient faire dans cette élection ?
    Pourquoi nous proposer de ne pas voter pour le Bloc, sans nous dire pour qui nous devrions, à votre avis, voter ?
    Vous proposez quel parti et pourquoi ?