La lâcheté des leaders québécois

Petits pains et petites ambitions...

Ce Québec qui branle dans le manche est déprimant

Tribune libre

L’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire, doublé d’un gouvernement majoritaire libéral, devait mener à l’indépendance du Québec. Les uns et les autres, par leurs actions canadiennes -aux antipodes des valeurs québécoises- allaient démontrer la nécessité de faire bande à part. Harper et Charest, avec leurs leurs talents de cracheurs de fiel et de déséquilibristes, ne tarderaient pas à mettre le feu aux poudres.
Harper continue à jouer les dictateurs et Charest est retourné, en toute impunité, à la pratique du droit, laissant aux Québécois un État méconnaissable… (déficit, corruption, collusion, anglicisation, cours d’étique et d’enseignement religieux, etc.)
Les politiciens, leurs adeptes et leurs militants d’un soir s’avèrent incapables de tirer profit du pire pour enfin prendre le taureau par les cornes et l’envoyer promener au Canada. Au contraire, ils ratatinent; se font tout petits: ce n’est pas le moment; on ne peut pas; on n’a pas le droit; on est minoritaires; ça ne se fait pas… Le PQ doit prouver qu’il sait gouverner…
Et pendant que l’on tourne en rond, le français recule et les valeurs québécoises briment les droits et libertés des minorités fanatiques!!! On fait une croix sur les sapins de Noël, on mange halal, on ménage des coins de prière, on parle anglais, on ferme les yeux sur les institutions illégales d’enseignement, on milite pour le port de l’inoffensif voile islamique, bref, on s’intègre aux autres. Comme des imbéciles heureux.
Ce cirque ne fait plus rire personne. Encore moins rêver. Les leaders québécois cherchent à gagner du temps parce qu’ils sont morts de peur. Ils essaient de faire passer cette peur pour de la patience. Dans le fond, le statu quo leur convient. Ils font semblant de se battre pour justifier leurs emplois et leur salaire. À la fin, tout le monde a peur de perdre quelque chose (travail, réputation, argent, fond de pension, citoyenneté, subventions, etc.) et personne ne voit l’indépendance en termes de gain: Qu’est-ce que le statut de pays apportera au Québec et aux Québécois?
Cette lâcheté a pour effet de rendre la culpabilité facile. Si Pauline Marois a été la cible de attentant à caractère raciste, n’est-ce pas un peu de notre faute?
Ce Québec qui branle dans le manche est déprimant. Au lieu d’être dans les rues en train de fêter l’indépendance, on rase les murs. Pas un mot plus haut que l’autre. Des compromis. Des renoncements… Des trahisons. Les coupures dans le ministère des Relations internationales en disent long sur le peu d’ambition que le PQ possède.
Tout cela pour dire (et certains s’en réjouiront) que je n’ai plus envie d’écrire le Québec.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 315 278

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



27 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    29 novembre 2012

    @ Ouhgo
    Mes excuses! Il y a de ces moments que je perds patience avec la question nationale; merci de m'avoir ramené sur terre! Je vous ai relu et je n'ai rien vu de déplacé. Comme vous, je souhaite qu'il y ait le maximum de personnes à cette manifestation du 1er décembre; cr... que la route est longue et ardue pour notre pays!
    André Gignac 28/11/12

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    29 novembre 2012

    @ A.G.,
    " Allez donc picosser ailleurs !"... Quelle mouche vous pique? Tellement énervé que vous ne reconnaissez plus vos alliés! Je ne niaise pas en réclamant un million de manifestants. Les Catalans sont sortis 1.5 millions et ils voguent vers leur référendum. Qu'est-ce que ce serait, pour nous, un million, si seulement nous n'avions pas abdiqué depuis1982? (si je vous ai bien compris: à la prochaine fois!)
    On n'a même plus le bassin de population pour choisir des ministres sans reproche!

  • Archives de Vigile Répondre

    29 novembre 2012

    @ Ouhgo
    Le bilinguisme montréalais a commencé à déteindre sur vous. Je n'ai pas de leçon à recevoir de vous puisque j'ai fait énormément ma part pour faire avancer la cause du pays en descendant plusieurs fois dans la rue à Montréal, durant les années 70 (Mc Gill français, loi 63, grève de la Presse, enfermement des chefs syndicaux à Parthenais etc.) Si je demeurais à Montréal, j'y serais devant l'hôtel-de-ville de Montréal le 1er décembre prochain. Si tous les Québécois étaient aussi nationalistes que moi; il y a longtemps que nous l'aurions notre pays. Allez donc picosser ailleurs!
    André Gignac 28 nov 12

  • Archives de Vigile Répondre

    29 novembre 2012

    Bonjour
    Entendu, hier soir, à l'émission les Francs Tireurs de Télé-Québec, François Lisée dire à Patrick Lagacé que le PQ n'avait pu remplir pleinenent sa promesse pour le retrait de la taxe santé parce que le peuple québécois ne lui avait pas donné de majorité à la dernière élection. Majorité ou non, ce gouvernement a été élu pour gouverner non? Beaucoup de coups de pieds au c.. se perdent ici au Québec par les temps qui courent. Vive la bêtise institutionnalisée!
    André Gignac 28/11/12

  • Archives de Vigile Répondre

    29 novembre 2012

    Réaction d'une professionelle de la francisation :
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/365116/pourquoi-le-pq-recule-t-il-sur-la-francisation
    Je retiens cette phrase : "Le PQ a-t-il vraiment peur de se
    faire renverser sur un enjeu tel que la francisation des
    immigrants ?" Dans cette phrase, je retiens le mot "peur".
    Nous y sommes : les intérêts en place ont éternués, donc
    tout est rentré dans l'ordre. Après tout, faut pas dire
    NON aux avantages (liste trop longue) de la gouvernance.
    Les élus disent bien assez NON à l'INDÉPENDANCE (de facto).
    J'entends déjà les 'Agités du bocal' (LF Céline à Sartre)
    jeter les hauts cris. L'un d'entre eux croise le fer avec
    Me. Cloutier en ces lieux mêmes, assez souvent. M'enfin,
    irai-je même à Montréal voir la famille, par les temps qui
    courent. Bof, heureusement que d'la famille j'en ai dans le
    "State of New York", ainsi que dans le "Freistaat Bayern".
    Tout est dit.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    28 novembre 2012

    "Actuellement, je ne vois qu’une solution et c’est une révolution dans la rue ;" (A.G.)
    Ben voilà: samedi prochain, first of december, sera un nouveau test pour le petit québécois. COMBIEN serons-nous devant l'Hôtel de ville de Montréal, pour proclamer notre indépendance???... Moins d'un million signifiera que les Catalans n'auront pas su nous inspirer le goût de la VIE!
    Tribu de spectateurs incapables d'élire ses représentants.

  • Yves Rancourt Répondre

    28 novembre 2012

    Madame Moreno,
    Non, nos leaders québécois ne sont pas des lâches, du moins la forte majorité d'entre eux. Ce ne sont pas tous des opportunistes non plus, comme on le laisse souvent entendre. La plupart d'entre eux(les Breton, Ouellet, Marceau et autres) sont entrés en politique avec la sincère et ferme volonté de changer des choses, j'en suis convaincu. Mais, aussitôt en poste, les nouveaux élus découvrent vite la réalité du pouvoir: réalité des médias qui ont sur eux un pouvoir de vie ou de mort(politique) et qui épient leurs moindres gestes pour leur donner le sens qu'ils veulent bien leur donner, réalité des exigences institutionnelles et juridiques aussi, réalité également implacable des finances publiques, réalité des forces d'opposition qui aspirent au pouvoir, réalité aussi d'un peuple qui ne les suit pas parce que bien conditionné par des médias hostiles, et quoi d'autres.
    Comme observateurs de la scène politique, rêvant de faire du Québec un pays, on peut à juste titre dénoncer les hésitations, les reculs apparents et réels, et finalement rejeter en moins de deux ceux en qui on avait mis toute notre confiance. À cet égard, avouons-le, on est souvent vite sur la gâchette: une simple hésitation d'un ou d'une ministre et on crie notre indignation, avant même parfois que la décision ne soit officiellement prise et annoncée. Plusieurs reprennent d'ailleurs souvent bêtement à leur compte ce que véhiculent les médias hostiles, avant même de s'être demandés si l'information transmise est bien fondée.
    On savait tous au départ que la route vers l'indépendance et la liberté pourrait être longue et ardue. Mais, de mon humble point de vue, cette route sera encore plus longue si on ne se guérit pas de notre réflexe malsain de rejeter nos leaders dès qu'on décèle chez eux de vagues hésitations, alors qu'ils sont souvent encore aussi convaincus que nous.
    Mes salutations. Et, ne lâchez pas!

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2012

    C'est toujours un délice de te lire Caroline. La situation politique actuelle me déprime tout autant que toi. Pour faire image, on se croirait revenu avant la révolution tranquille dans les années cinquante, au temps des «french canadians pea soup», apatrides sur la terre de leurs ancêtres. Définitivement, quand on n'avance pas on recule. Et dans notre cas, c'est à vitesse grand "V". Malgré tout je persiste à me battre et à lutter pour qu'advienne un jour l'indépendance du Québec. Pour moi c'est encore la meilleure façon de ne pas verser dans la déprime ou la résignation et de ne pas me sentir compté parmi ceux qui bêlent. Vive le Québec libre!
    Jacques L. (Trois-Rivières)

  • Caroline Moreno Répondre

    28 novembre 2012

    D'accord avec vous M. Gignac
    Cessons cette complainte du Québécois au Canada!

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2012

    Caroline Moreno
    Il n'y a qu'une solution pour sortir de ce bordel fédéraliste et ça passe par une déclaration unilatérale d'indépendance du Québec comme au Kosovo, il y a quelques années, suivie par la rédaction d'une constitution québécoise à être soumise et approuvée par le peuple québécois. Après ces étapes, le nouveau pays du Québec demande, auprès des instances internationales, la reconnaissance du pays. C'est pas sorcier!
    Mais présentement, il n'existe aucun parti politique au Québec susceptible de passer à l'action; leurs dirigeants sont tous victimes du syndrome de Stockholm contracté à la défaite des Plaines d'Abraham en 1759. Leur seule motivation est de dépendre du gouvernement fédéral en faisant carrière comme collabo dans la succursale provinciale d'Ottawa au Québec avec une pension à vie aux frais de la princesse après deux mandats passés sur les banquettes de la succursale d'Ottawa. Actuellement, je ne vois qu'une solution et c'est une révolution dans la rue; le reste n'est que du verbiage d'intellos.
    André Gignac 28 nov12

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    « Je ne suis pas encore à des mesures, à des dispositions. Je suis à des constats, a dit la ministre De Courcy. Il serait trop tôt pour vous dire que mon idée est faite. »
    « Pour l’instant, le projet est donc mis en veilleuse. »
    La veilleuse....oui bien sûr, la veilleuse ; on connait ça nous veiller sous le boisseau, on s'éclaire à la veilleuse ici, nous le peuple caché. On nous prépare encore un beau coup de cochon dans la cuisine comme d'habitude. C'est cinglé, ce que le peuple obtient toujours le contraire, de ce qui lui convient; toujours.
    Ce parlement à Québec,..on dirait un incinérateur culturel; vraiment on dirait bien.
    Faudra-t-il se reconstruire nous-mêmes un parlement en bois rond et recommencer notre pays raté? Faudra-t-il se modeler une planche à billets nous-mêmes et commencer à s'occuper de nous-mêmes, nous-mêmes? Je crois bien que oui et vous, les dorénavant étrangers, vous ferez bien ce que vous voulez, on va s'en occuper de notre pays nous.
    Jean
    Je me souviens
    hébergement gratuit de photos & vidéos avec www.photomania.com

  • Pablo Lugo Herrera Répondre

    26 novembre 2012

    Je suis tellement heureux de renconter quelqu'un qui écrit des vérités et ce n'est pour rien que je la trouve sur Vigile .net... Une chose c'est certain... Je vous continuerai à lire!

  • Christian Archambault Répondre

    26 novembre 2012

    Imaginons Claude Morin devenu chef du PQ et Premier Ministre....se pourrait-il que Pauline...?? Juste une petite réflexion...

  • Caroline Moreno Répondre

    26 novembre 2012

    PQ, Option nationale, QS, la CAQ, ce sont tous des péquistes en train de démonter une roue pour la réinventer.
    Que de temps perdu... Que de blabla... Que de chicanes de clocher... De cheveux coupés en quatre...
    Ce n'est pas au PLQ, à François Legault, au Canada ou à Stéphane Dion de nous dicter ce que nous avons à faire.
    Le Québec est un État.
    Il reste à le proclamer et à obtenir des appuis, ce que Pauline Marois devrait s'activer à faire au lieu de tergiverser sur l'application de la loi 101 dans les garderies.
    Plus de faux-fuyants!

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    Il nous faudrait un parti politique tout à fait hors Système et le Québec n'en a pas.
    J'ai mentionné que le PQ ne ferait jamais la souveraineté parce qu'inféodé totalement au Système.
    QS dont j'aime bien la plate-forme économique, en particulier son projet de revenu minimum garanti, a le problème d'entretenir certaines visées du Système comme le multiculturalisme et le féminisme.
    Je ne crois pas qu'un projet de société est faisable dans une société peuplée de toutes les ethnies de la planète parce que les gens ne se sentent alors pas assez de choses en commun.
    Un parti hors-Système encouragerait l'identité ethnique, nationale et culturelle et l'auto-détermination de chaque nation. Il voudrait que le gouvernement soit là pour répondre aux besoins des citoyens avant ceux du Marché. Il serait en faveur d'un revenu de citoyenneté universel afin que tous puissent vivre décemment et heureux.
    Présentement, un tel parti n'existe pas. Et pourtant, il serait grand temps car, par exemple, des centaines de milliers de Québecois, d'après l'ONU, vivent l'insécurité alimentaire.
    À propos de l'insécurité alimentaire, un excellent article à lire:
    http://www.dedefensa.org/article-la_disette_stade_ultime_de_la_crise-syst_lme_26_11_2012.html

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    @ Claude Jodoin, Ing.
    Votre commentaire m'a fortement rejoint. Comme vous, je crois fermement que les oligarques sont derrière ce parti pour absorber et diluer tranquillement l'idée de l'indépendance jusqu'à la faire totalement disparaître. Avec tous les derniers reculs du PQ, c'est devenu une évidence. Il faut bâtir rapidement et solidement une alternative politique comme l'Option Nationale avant la prochaine élection sinon nous sommes foutus à moins de faire la révolution dans la rue. Nous sommes limités par le temps, il va s'en dire.
    La dernière partie de votre commentaire: "Aucune casuistique, de la part de qui ce soit, ne m'enlèvera l'idée que ce parti* est toléré par les "puissances en place" pour absorber et diluer tout ce qui peut mener tant soit peu vers l'indépendance (jusqu'à élimination totale). Comme ethnocide, on ne fait pas mieux" - Cette partie, disais-je, devrait être citée comme les autres phrases célèbres dans le haut de la page de l'actualité de Vigile. C'est à retenir puisque c'est la vérité avec un grand V.
    * le PQ
    André Gignac 26 nov12

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    ...Même pas un petit comité d'étude sur la proposition Pharma-Québec de Québec Solidaire qui a recu une réponse de libéral de droite, "extrémiste",c'est honteux.
    Puis Paillé qui,à Ottawa taponne encore la loi sur la clarté !! au lieu de faire sa job de promotion de l'indépendance.
    Etc.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 novembre 2012

    Ce serait bien dommage que tu n'écrives plus Caroline. Tex textes sont clairs et intéressants.
    Le peuple québécois porte cette peur et manque de confiance en lui. Les leaders politiques reçoivent cette peur et ménagent ainsi le chou et la chèvre. D'autant plus que ce gouvernement est minoritaire. Situation difficile. Et de surcroît les forces souverainistes sont divisées encore et encore. Plein de facteurs nous sont des boulets aux pieds. On tourne en rond quoi! Faudrait bien sortir de ce cercle infernal, tu as raison.
    La jeunesse réclame, s'implique ( une partie d'entre elle). Voilà le grand point positif actuellement.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Madame Moreno,
    Je viens tout juste de voir cet article sur le site du
    "Cyber-Devoir" :
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/364895/francisation-des-immigrants-quebec-n-est-pas-pret-a-trancher
    Cela en dit très long quant à l'aplat-ventrisme, sans
    oublier la lâcheté, du parti dit "Québécois". Et je
    n'oublie pas non plus que c'est le même parti qui a
    éliminé - oh combien s'en souviennent? - les C.O.F.I.
    Traître un jour, traître toujours. Aucune casuistique,
    de la part de qui que ce soit, ne m'enlèvera l'idée
    que ce parti est toléré par les "puissances en place"
    pour absorber et diluer tout ce qui peut mener, tant
    soit peu, vers l'indépendance, jusqu'à élimination
    totale. Comme ethnocide, on ne fait pas mieux.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    @ Yvan,
    Faites comme j'ai fait à la dernière élection. Abstenez-vous d'aller voter. Quand vous allez voter, ne donnez-vous pas une légitimité au Système?
    Le PQ est un parti du Système et le Système ne veut pas de la souveraineté du Québec. Le PQ ne fera donc jamais la souveraineté. Il me semble que c'est désormais limpide comme de l'eau de roche.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    On fait une croix sur les sapins de Noël, on mange halal, on ménage des coins de prière, on parle anglais, on ferme les yeux sur les institutions illégales d’enseignement
    On mange halal
    on milite pour le port de l’inoffensif voile islamique
    on distribue de la publicité électorale unilingue anglaise
    on vote pour le npd
    Exactement le programme de Québec solidaire.
    Puis l'ironie c'est de voir les membres de QS un prétendu parti indépendantiste â genoux devant le NPD venir faire la promotion de QS sur vigile en s'attaquant au parti Québécois qui est contre le voile dans les sevices publiques.
    Le voile islamique ,le halal et le reste ce sont tous des choses accepter par les multiculturalistes de QS associer au NPD

  • Marcel Haché Répondre

    25 novembre 2012

    Prenez donc conseil auprès de Foglia : écrivez n’importe quoi puisque vous écrivez bien. Mais ce sera toujours le Québec. Et pour toujours, j’espère.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Il est à souligner que vous écrivez cet article le jour du 24ième anniversaire du tremblement de terre du Saguenay qui avait secoué une bonne partie du Québec, le 25 novembre 1988.
    Étrange coïncidence. À cette époque, même si les libéraux étaient au pouvoir, le projet de souveraineté ne battait pas de l'aile pour autant.
    Et 12 ans plus tard, c'était l'an 2000. Et c'est à partir de cette année-là que le projet souverainiste a commencé à décliner sérieusement (et j'ajouterais l'idéal d'un Québec plus juste socio-économiquement parlant aussi).
    Et 12 autres années plus tard, votre article bien pertinent qui démontre qu'il n'y a plus d'idéalisme au Québec, que chacun est là strictement pour protéger ses acquis et son statut social.

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Bravo pour votre texte, tout est là.
    Je retourne à ma boulangerie pour faire le décompte de mes ambitions!
    Sylvain, Suédois par défaut
    Stockholm, bientôt Shanghai

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    On rase les murs et on frise le ridicule, comme disait Raymond Devos. Mieux vaut en rire que d'en pleurer. C'est d'abord dans leur tête que les péquistes sont minoritaires. Ils réagissent en colonisés et n'ont pas conscience de leurs forces.
    Pierre Cloutier

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Caroline Moreno
    Ça fait une maudite secousse que je m'évertue à dire que jamais le PQ ne réalisera l'indépendance du Québec et ce gouvernement m'en donne encore la preuve. La situation n'a jamais été aussi urgente pour réaliser l'indépendance et ce gouvernement de "p'tits" bourgeois vendu aux oligarques (on l'a vu avec Marois pour le pétrole de l'ouest la semaine dernière) ne cesse de reculer. Déjà 3 promesses électorales n'ont pas été tenues et on parle que le PQ va encore reculer avec la francisation des immigrants. (Voir La Presse d'aujourd'hui).
    La seule solution qui nous reste, c'est une RÉVOLUTION dans la rue; la démocratie n'existe pas au Québec qu'on se le dise. Je prédis que la Catalogne et l'Écosse vont devenir des pays indépendants avant le Québec; il faut croire que nous n'avons pas encore assez mangé de merde, ici, depuis 1759.
    André Gignac 25 nov12

  • Archives de Vigile Répondre

    25 novembre 2012

    Madame Moreno,
    Je vous félicite pour cet excellent texte tellement véridique sur la situation au Québec. Et quand vous dites:
    "À la fin, tout le monde a peur de perdre quelque chose (travail, réputation, argent, fond de pension, citoyenneté, subventions, etc.) et personne ne voit l’indépendance en termes de gain : Qu’est-ce que le statut de pays apportera au Québec et aux Québécois ?"
    C'est exactement ce que je pense. Trop de Québécois ont encore trop la vie belle pour prendre la chance de changer quoique ce soit au statu quo social, économique et politique.
    Dans une société multiculturelle et du chacun pour soi, un projet de pays pour le Québec devient de plus en plus difficile tout comme n'importe quel autre projet de société(le multiculturalisme favorisant le chacun pour soi et prévenant aussi l'avènement d'un pays français au Québec, les nouveaux arrivants croyant, avec raison, qu'à la longue, avec leur taux de natalité plus élevé, ils finiront par remplacer les Québécois de souche et auront le territoire du Québec pour eux).
    Vous avez raison de ne plus avoir le goût d'écrire. Ça fait un bout de temps que je crois qu'il est trop tard pour changer quoique ce soit. Et malheureusement, les choses suivront leur cours jusqu'à la louisianisation du Québec comme avertissait monsieur Gilles Duceppe.
    Et triompheront le chacun pour soi et le "au plus fort la poche".