Le Temps des cerises et des lilas

De beaux dimanche en compagnie de Marcel Dubé

2006 textes seuls

Re : [Les temps de Marcel Dubé->www.telequebec.com/documentaires/?dt=200603262100]
Télé-Québec,
Télé-Québec, je tiens à vous exprimer combien j'ai apprécié cette magistrale télésérie réalisée autour du dramaturge Marcel Dubé, et dont le dernier épisode, diffusé dans la soirée de ce dimanche du 26 mars, est même parvenu à me tirer quelques larmes.
Et puis, quelle pièce d'anthologie superbement interprétée par Guy Nadon (!), que cet extrait (des Beaux dimanches, si je ne m'abuse) naguère censuré à Radio-Canada (à une époque, pourtant, vers 1964, où la télévision publique radio-canadienne n'était pas encore - nous n'en étions point aux Sheila Copps, aux Hélène Scherrer et aux Robert Rabinovitch - une société... d'État).
Et tout cet univers mi-onirique, mi-réaliste, sur fond musical quasi constant, et combien émouvant, des compositions instrumentales parmi les plus belles, voire immortelles, du répertoire de Claude Léveillée (que je salue à cet instant avec la tendresse de l'amoureux des sons jolis) - le grand complice de toujours des mots de ce fier fils de ce pays encore inachevé.
De la belle, de la noble, de la somptueuse télévision. À mille lieues des TQS, des TVA et, dans une certaine mesure, également, des Radio-Canada. Qui n'est décidément plus ce qu'elle a déjà été: une grande antenne de qualité.
Mais hélas ! comme notre très éclairé gouvernement actuel semble espérer que vous agonisiez dans les plus brefs délais - par effet, faute de budgets décents, du radotage en boucle sinon en hoquets des rediffusions systématiques - je ne saurais trop m'attrister du fait que cette série, qui à mon sens méritait ce traitement plus que tout autre programmation (i.e. celui du plus grand accès possible au plus grand nombre), n'ait pas été programmée de manière à être reçue et/ou revue à d'autres moments de la semaine ou, sinon, de la saison.
Télé-Québec, vous êtes et de loin la moins nantie de nos télévisions.
Vous restez pourtant la seule que j'aime. Vraiment. Fraternellement.
Et vous, Marcel Dubé, je vous offre ma reconnaissance.
D'homme et de compatriote tout à la fois.
Un homme entre deux âges,
Jean-Luc Gouin
_ Capitale nationale, 26 mars 2006

Featured 9d70efc13bfcf28a347710d42fbdde90

Jean-Luc Gouin85 articles

  • 57 761

Chambrelan du verbe et indocile citoyen de la Cité (les dossiers de la Francité et de la « Question » nationale du Québec l’occupent – et le préoccupent – tout particulièrement), mais également docteur en philosophie diplômé de l'Université Laval et spécialiste nord-américain du penseur allemand Hegel, JLG a publié ouvrages et maint article portant pour la plupart sur celui-ci.

Hegel. De la Logophonie comme chant du signe, son dernier opus, fruit de trente ans de recherche, a été publié simultanément, en 2018, et aux PUL, à Québec, et chez Hermann à Paris.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé