Comme dans les États totalitaires...

Coalition pour l’histoire


Ce projet de cours d'histoire du Québec et du Canada se veut un cours pour former de "bons citoyens", entendez, de bonnes andouilles, des pions dociles, bien conditionnés, obéissants, serviles, qui obéissent au doigt et à l'oeil aux impératifs purs qu'on leur impose et qui ne posent pas de questions.
Attention cependant, l'histoire est pleine d'exemples d'andouilles qui se jettent dans la violence extrême pour sortir de leur conditionnement. Militaire en Europe, j'ai eu affaire à d'anciens membres de la Gestapo. Des hommes? Jamais. Des andouilles, conditionnés comme les chiens de Pavlov, fonctionnant par réflexes et impératifs.
Au centre de la vie citoyenne, il y a l'État. Étudier l'histoire, c'est apprendre l'histoire de la vie primitive, toujours présente, vers la vie organisée, celle des États. Le but: s'instruire des principes universels et des certitudes qui gouvernent l'agir humain. On est loin du conditionnement, des impératifs purs et des absolus.
Le positivisme, le structuralisme et autres philosophies en isme, rejettent les universaux et les remplacent par des impératifs purs. C'est Freud qui le dénonçait. D'autres auteurs contemporains ont tenté d'attirer l'attention sur le fait, tels Robert Musil, Thomas Mann, Albert Camu, Jean Paul Sartre, Cyril Falls et Noam Chomsky aux États Unis, qui nous font prendre conscience du phénomène grandissant de l'indétermination, laquelle prétend se défaire du "déterminisme" en détruisant à la fois la conscience et l'inconscient, tant sur le plan individuel que collectif.
Dans notre cas, de quel État s'agit-il? Le cours ne le mentionne pas bien sûr. Il omet déjà de dire que l'histoire du Québec et du Canada, c'est l'histoire de la formation d'un État naturel et optimal, apte à devenir État de jure comme de facto, donc, l'État du Québec, opposé aux États impériaux qui ont décidé de la fossilisation du peuple des descendants des colons de Nouvelle France.
À l'État impérial britannique a succédé l'État post-impérial d'Ottawa, arbitraire, unitaire, artificiel et voué à la même tâche que le précédent. Les moyens employés sont les mêmes: réductivisme et conditionnement des populations concernées, qui ne posent jamais de questions et avalent béatement, pour ne pas dire bêtement, tous les clichés, toutes les métaphores, les formules propitiatoires, les calembours à l'effet littéral, les euphémismes et les images toutes faites qui finissent par s'imposer.
Carl Gustav Jung était conscient de la force des symboles. Ces symboles seront exploités par tous les États unitaires et totalitaires du monde, y compris l'État central d'Ottawa. La propagande canadienne, telle qu'on la voit à la télévision et telle que répandue par l'éducation dont Ottawa prend le contrôle total, oeuvre à conditionner la population de manière à réduire son jugement critique à zéro. Les demi-instruits sont bienvenus.
Ces méthodes ont créé et et vont continuer de créer des névroses potentiellement explosives, comme dans l' Europe, conditionnée par les rationalistes et positivistes et qui a abouti sur deux guerres mondiales. Les guerres ont leur point d'origine dans l'esprit et les volontés violentées par le conditionnement et le conditionnement est un langage qui provoque les névroses parce que l'esprit a besoin de vérité et non de faussetés.
Ce programme d'histoire fait suite à la Charte des Droits et Libertés de P.E. Trudeau, charte qui a pour objet de semer la confusion dans les esprits puisqu'il n'est pas question d'obligations mais de droits, rien que des droits, seulement des droits et pas autre chose que des droits, isolant chaque "citoyen" dans une petite coquille, seul, soumis aux dikats des communications officielles. Comme dans les États totalitaires, toute relation vraie est subversive et doit être supprimée. Comme l'existence est relation en acte et en puissance, le "citoyen" qui en est dépourvu n'est plus rien, seulement un pion impassible, une andouille dépourvue d'épine dorsale. L'obligation et le devoir mutuel est le ciment de toute relation, dont le devoir de vérité, extrêmement exigeant puisqu'il demande une vigilance de chaque instant.
Quelle stratégie adopter face à ces efforts répétés pour nous fossiliser? Il ne nous reste qu'une seule option: saborder une fois pour toutes le pouvoir central d'Ottawa. Il n'y aura plus de "bons citoyens" soumis et serviles, mais il y aura une population Québécoise et Canadian consciente qui aura réussi à se soustraire au conditionnement imposé par le moyen d'obsédants clichés et autres termes qui se faufilent entre la conscience et l'inconscient tout en étant ni l'un ni l'autre. Le Québec poursuivra la formation de son propre État, lequel possède déjà les assises nécessaires. Les autres provinces en feront autant et les nouvelles relations seront celles d'État à État, non de kétaineries dictées par Ottawa et son valet au Québec.
C'est le mal de la civilisation dont parle Freud dans ses travaux sur la névrose obsessionnelle.(Cf: Bemerkungen über einen Fall von Zwangsneurose, qui date de 1904, peu de temps avant la première guerre mondiale. La guerre, c'est l'abcès qui crève, c'est l' expression ultime de névroses obsédantes et présentes depuis longtemps dans les esprits) Comme militaire de carrière, je vous affirme encore une fois que la guerre ne vient pas des fusils ni des canons mais des dispositions de l'esprit. Peu de gens veulent le croire.
En effet, l'adoption de ce nouveau programme de non-histoire est dangereux.

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 244 408

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé