La santé dans tous ses états

Québec

À qui Christian Paire sert-il de paravent pour que La Presse se porte ainsi à son secours ? Poser la question, c'est y répondre

CHUM: Un danseur dans un couloir



La semaine dernière, on apprenait que l'Assemblée nationale, dans une motion unanime, convoquait Christian Paire, le DG de l'autre grand hôpital universitaire montréalais, le CHUM, à comparaître devant la commission de la santé et des services sociaux. A-t-il touché des pots-de-vin lui aussi? Non. Son hôpital est-il à la dérive? Non, il ne fait pas de déficit.

Québec

Une tendance qui s'accélère au pire moment possible

Boom de la médecine privée au Québec



Il n'y a jamais eu autant de cliniques privées au Québec. On en dénombrerait quelque 200 dans la province, selon un relevé fait par La Presse, contre une poignée il y a 10 ans. Malgré cette hausse fulgurante, personne - pas même le ministère de la Santé - ne tient vraiment le compte.

Machiavélisme 101

Taillables et corvéables à merci

Le calcul politique de Mme Marois

La politique n'est jamais que l'art du possible


Depuis que Pauline Marois a jeté la bombe de la taxation, l'essentiel des commentaires politiques et économiques a porté sur le fond de la question: les incidences sur la mobilité, la notion de riches, le dividende et le gain de capital. Quelqu'un venu de l'extérieur serait surpris et en conclurait que Mme Marois et son entourage connaissent peu ou pas ces choses.

Quand les riches crient au secours !

Ces riches qui gagnent 29 milliards $



En 2009, 92 000 contribuables québécois ont déclaré un revenu annuel de 150 000 $ et plus, et 12 contribuables québécois ayant déclaré plus de 250 000 $ de revenus ont encaissé des prestations d'aide sociale !

Le défi de la créativité !

BUDGET

Un trou de 1,5 milliard $



«Ce que fait le gouvernement intéresse davantage les gens d’affaires que ce que fait la commission Charbonneau, c’est pas peu dire»

Impôts rétroactifs: des compromis se dessinent



Déterminé à trouver une porte de sortie dans le lancinant débat sur les impôts rétroactifs et l'abolition de la taxe santé, le ministre des Finances, Nicolas Marceau, est prêt à abandonner définitivement l'idée de frapper les gains de capital et les revenus de dividendes. Dans ses discussions avec les milieux d'affaires, il s'est même montré disposé à abandonner la rétroactivité sur une hausse d'impôt réduite pour les nantis.

Fiscalité - Abolition de la taxe santé

La créativité a bien meilleur goût

On ne corrige pas une injustice en en commettant une autre


Il faut d’abord comprendre que la taxe santé était une mauvaise mesure, car elle faisait supporter le fardeau du financement de la santé des 8 millions de Québécois uniquement sur le dos de ceux qui paient de l’impôt sur leurs revenus. Or le nombre de contribuables au Québec s’élève à un peu plus de 6 millions, et environ 40 % d’entre eux ne sont pas imposables. C’est donc dire que cette taxe était déjà particulièrement injuste.