Des «miettes» pour réduire l’attente en chirurgie

8c46dd7b8bc5d14a5dc0417c3f08bc11

100 000 personnes en attente de chirurgie


L’annonce du ministre de la Santé d’ajouter 8,6 M$ pour réduire le temps d’attente pour des chirurgies et l’accès aux examens reste un modeste pas vers l’avant selon le Conseil de protection des malades.


« C’est louable, mais on a coupé 1 milliard depuis quatre ans dans le réseau de la santé. Ce qu’on a coupé, on nous le redonne par miettes », dénonce Paul Brunet, président de l’organisme.


Dimanche, Gaétan Barrette a dévoilé une enveloppe de 8,6 M$ puisée dans les surplus de son ministère à être utilisée avant le 31 mars.


Cet argent est disponible pour l’ensemble des établissements de santé du Québec et ne servira qu’à réaliser des interventions chirurgicales, des services diagnostiques et de la cardiologie.


« Le message est lancé aux administrations, il y a une opportunité, vous devez la saisir », a dit le ministre de la Santé.


100 000 patients en attente


Ainsi, une somme de 2,5 M$ permettrait de réaliser 1000 interventions chirurgicales de plus d’ici le mois d’avril.


Actuellement au Québec, plus de 100 000 personnes sont en attente pour passer sous le bistouri selon les données du ministère.


« Ce n’est pas une réponse à une situation de crise, mais à un besoin de la population », a expliqué M. Barrette.


« Cet argent-là va ramener les listes d’attente où elles étaient il y a quelques mois à peine », soutient pour sa part M. Brunet.


En plus des interventions chirurgicales, 2 M$ sont attribués pour des examens diagnostiques comme l’imagerie par résonance magnétique, la radiologie et l’endoscopie.


Finalement, 4,1 M$ sont ajoutés spécifiquement pour les services de cardiologie, où plus de 1000 patients sont toujours en attente d’être opérés à travers la province.


« Ce n’est pas de l’argent frais. C’est très petit par rapport aux promesses qui ont été faites », conclut Paul Brunet.


DES PATIENTS... PATIENTS



  • 103 627 patients en attente au Québec

  • 15 022 attendent depuis plus de 6 mois

  • 8,7 semaines de temps d’attente en moyenne


Source : ministère de la Santé, au 6 janvier