Et l'impartialité dans tout ça?

Radio-Canada n'embauche-t-elle que des fédéralistes?

Les indépendantistes réduits au silence, en 9 indices incriminants

3830c6897455affc026fd54d9d96147c

Tribune libre

La société Radio-Canada n'embauche-t-elle que des fédéralistes? Tout porte à le croire. Et à sa plus grande honte.


Les indices incriminants s'accumulent. En voici 9:


1- À quand remonte la dernière fois que vous y avez vu une entrevue portant sur le sujet de l'indépendance québécoise et en vantant les avantages, de manière positive, avec des invités convaincus qui ont le temps d'exposer leur pensée?


Car si on aborde le sujet, ce sera plutôt pour en parler en termes d'essoufflement, de tournage à vide, de perte d'intérêt, sous-entendant qu'il ne vaut même plus la peine qu'on s'y attarde.



2- À quand remonte la dernière fois que vous avez entendu un animateur affirmer sur les ondes radio-canadiennes que l'indépendance serait une bonne solution pour le Québec face à la volonté centralisatrice d'Ottawa qui se manifeste de tant de façons, la conséquence d’un régime qui cherche à exercer toujours plus de contrôle sur nous, nous empêchant ainsi d'accomplir notre destinée en accord avec nos propres objectifs?


Ce parti pris pro-fédéralisme va à l'encontre du code d'éthique journalistique qui oblige de toujours présenter les deux revers de la médaille de manière neutre et impartiale.



3- À cette antenne, pourriez-vous nommer des noms d'animateurs, chroniqueurs qui sont ouvertement nationalistes québécois et indépendantistes? S'il y en a, c'est qu'ils cachent bien leur jeu, ou alors qu'ils sont forcés de la boucler, sinon gare...



4- Si on déduit que Radio-Canada n'embauche que des fédéralistes, cela veut donc dire qu'ils font le choix volontaire de biaiser l'information. Ils deviennent alors des propagandistes, se servant du pouvoir des médias pour arriver à leurs fins. Car qui dit propagande dit tentative de manipuler, dans le but d'imposer ses idées et d'en taire d'autres.



C'est un fait que les positions personnelles d'un journaliste déteignent toujours sur sa présentation, volontairement ou inconsciemment. Imaginez maintenant l'effet Tour de Pise si tous les journalistes et animateurs d'un même réseau penchent du même bord!



5- Où est passée l'objectivité des points de vue émis, ou la possibilité de débattre régulièrement de cet enjeu majeur, avec un temps d'antenne égal pour chaque camp?



6- A-t-on déjà vu un lanceur d'alerte à Radio-Canada faire une sortie à l'effet qu'il ne peut promouvoir l'indépendance ou la cause du Québec autant qu'il aimerait le faire? Cela prouve indirectement qu'il n'y a que des fédéralistes oeuvrant à cet endroit, triés sur le volet. Se taire pour son salaire.



7- On n'acceptera guère d'en parler qu'une fois aux 4 ans, lors de la campagne électorale provinciale. Cela fait l'objet d'une question isolée, sans plus, lors du débat des chefs, et on enchaîne rapidement à la suivante, sans s'étendre sur le sujet. Et durant le reste de l'intervalle de 4 ans, silence radio.



8- La rigidité de la position ultra-fédéraliste de la Société Radio-Canada l'identifie comme une adversaire de la nation québécoise et de ses aspirations légitimes les plus profondes.



9- Pour prouver leur bonne foi, il faudrait qu'il y ait une émission hebdomadaire sur le projet d'indépendance du Québec: l'histoire du mouvement, les grands chefs de file, le processus référendaire, les hauts et les bas, l'élan collectif inné vers ce but, les alliés naturels du Québec à l'étranger, comment ça se passe dans les autres pays en voie ou l'ayant réalisé.



On y entendrait des invités indépendantistes chevronnés, chacun apportant ses arguments en faveur, des spécialistes dans tous les domaines démontrant le bien-fondé du grand projet, et exposant les avantages à ce qu'il se réalise: politiciens, sociologues, économistes, industriels, militants citoyens, artistes engagés, constitutionalistes, journalistes, vox pop, etc.



En conclusion, Radio-Canada manque clairement à son devoir de présenter tous les points de vue équitablement, à plus forte raison lorsque cela concerne les intérêts supérieurs de la nation québécoise, qui se trouve tout à l'opposé de la vision fédéraliste de l'organisme.



Dans le même ordre d’idées, on pourrait aussi la pointer du doigt pour ses biais pro-immigration, pro-multiculturalisme et pro-ÉDI (équité, diversité, inclusion), idéologies nuisibles au maintien de l’identité collective québécoise, promues sans relâche mais jamais contestées.



Plus que jamais, il faut continuer de croire que les Québécois enracinés auront un jour le beau et grand pays qu'ils méritent, et qui saura refléter leur nature profonde, leur continuité à travers les siècles, et leur foi en un avenir radieux pour leur nation, enfin débarrassée du carcan fédéral étouffant. Oui, le jour approche où nous serons enfin tous émancipés grâce à l'indépendance.



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie836 articles

  • 1 444 303

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 835 articles publiés en ligne ont été lus un million 400 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé