Montréal contre Québec

Tribune libre 2011



Les Montréalais oublient facilement que Pauline Marois et Agnès Maltais sont de la région de la ville de Québec, non de Montréal.

Cela ne fait aucune différence, pensez-vous, pour tout le Québec ? Faux!

Québec a été fondé avant Montréal mais les deux villes subsistent dans des milieux géographiques et par conséquent géopolitiques
très contrastés et qui en font deux villes absolument distinctes entre elles.

Québec est plus proche de la mer que Montréal. Québec s’est francisé naturellement, au fur et à mesure que les Loyalistes ont quitté pour Montréal, Toronto et l’Ouest.

Par contre, n’étant pas située dans un carrefour de communications terrestres analogue à celui de Montréal et sa région, Québec a vécu une période de croissance et d’expansion
ralentie par rapport à Montréal. La population de Montréal et sa région atteint maintenant quatre millions d’habitants. Celle de Québec approche le million.

Montréal est devenue une méga-cité longtemps avant Québec et la ville actuelle de Québec ne peut plus fonctionner en tant que capitale de province. Québec à son tour
est en train de devenir une méga-cité qui exige de gros projets comme toutes les méga-cités du monde.

En plus de cette prise de conscience, il existe d’importantes différences de mentalité entre Montréalais et Québécois de Québec.

Les gens de Québec ne vivent pas les pressions que vivent les Montréalais, exposés à l’anglicisation et l’assimilation. Tout le monde parle français à Québec, avec un très bel
accent en plus, sonore et agréable à entendre. Les Anglos de Québec sont une infime minorité qui ne dérange personne.

Les gens de Québec ne sont pas traumatisés comme les Montréalais, hérissés de défenses. On peut respirer et vivre à Québec pendant qu’on se bat à Montréal.

Et comme la ville de Québec prend les dimensions d’une méga-cité, il est normal de vouloir avoir son propre stade et ses propres équipes sportives aux dimensions internationales comme Montréal.

Et si le moyen privilégié pour avoir ce stade passe par un partenariat entre un oligarque local et le pouvoir politique, alors pourquoi pas?

Nous avons à Montréal une dent contre les oligarchies. Par contre, est-ce que le meilleur moyen de nous défaire d’une oligarchie envahissante ne passerait pas par une autre oligarchie, plus proche de
nous. Et nous avons effectivement une oligarchie locale qui peut très bien servir contre les autres oligarchies. Alors pourquoi ne pas lui donner sa chance?

Ce dont tous les Québécois ont besoin, c’est d’un État, pas une province. Ce dont tous les Québécois n’ont pas besoin, c’est une politique prolixe qui impose les mêmes règles pour tout le monde.

Au lieu de nous révolter, souhaitons à la ville de Québec le meilleur succès du monde et faisons notre affaire chez nous entre Montréalais.

Un État a besoin de discernement, pas de prolixité suivant laquelle tout est forcément du pareil au même et du même au pareil.

Constatez que la fronde contre Pauline Marois et Agnès Maltais n’implique que des Montréalais ou gens de la proximité.

Ce que nous avons tous en commun avec Pauline Marois, Agnès Maltais et tous les autres Québécois, c’est l’État.

Ce que nous n’avons pas tous en commun, c’est la politique locale.

Un peu de discernement tout le monde svp.


JRMS



Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 250 449

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    8 juin 2011

    Monsieur Sauvé, vous êtes bien un homme d'expérience, et solide qui ne perd pas la nord, chaque fois qu'un obstacle se présente.
    Je me demande si les souverainistes actuels ceux qui sont en autorité, on suffisamment de formations psychique pour ne pas se laisser emporter par des grenouillage ?

    Mde Marois dit-on a fait une erreur : Et pis ? Ce n'est pas la fin du monde.
    Il est très intéressant comment le commentateurs de Radio-Canada en remette exgère à peine les prises de position
    suicidaires qu'on veut faire prendre à notre Chef.
    En tout cas moi, pour ma part si j'étais sous vos ordres et que vous commenderiez : Roch fait ceci, passe le balaye là ! Ramasse la vaisseles ? Je ne demandrais pas si? Moi je reste fidèle à Mde Marois c'est notre chef et
    que celui qui n'a pas p... lui lance la ....
    Oh en passant je sais que vous êtes profondément croyant catholique, sachez qu'il existe une puissance créatrice aussi vrai que je vous écris elle est en vous,
    en moi et en nous tous la foi c'est quelque chose qui a du sens si on y croit
    La pensée est le seul pouvoir capable de produire des richesses tangibles à partir de la Substance infomrme. La matière dont est faites toute chose est une Substance qui pense, et une pensée formelle dans cette Substance produit la forme (W. D. W )
    Merci M. Sauvé

  • Michel Laurence Répondre

    8 juin 2011

    Quelle vision tordue des choses. Voilà où vous mène votre aveuglement à l'égard de Pauline Marois et son plan Larose. Qui croyez-vous convaincre ?
    Que le Québec est triste. C'est désolant.

  • L'engagé Répondre

    7 juin 2011

    «Ce dont tous les Québécois ont besoin, c’est d’un État, pas une province. Ce dont tous les Québécois n’ont pas besoin, c’est une politique prolixe qui impose les mêmes règles pour tout le monde.
    Au lieu de nous révolter, souhaitons à la ville de Québec le meilleur succès du monde et faisons notre affaire chez nous entre Montréalais.»
    Jusqu'ici, je n'ai pas de problème, mais que l'on ne saisisse pas L'Assemblée NATIONALE pour amnistier et protéger les acteurs politiques et l'oligarque.
    Je répète le même disque à tout le monde, mais avez-vous écouté TOUTE la commission parlementaire sur la loi 204? Vous ne demandez de faire preuve de discernement?
    Qu'avez-vous donc entendu à cette commission qui vous rassure? Moi j'ai entendu que cette entente était ÉCONOMIQUEMENT TRÈS MAUVAISE. Des gens de Québec, le Barreau et une experte en droit sont venus nous expliquer qu' exonérer politiquement et judiciairement des acteurs alors que l'on sait qu'ils compromettent économiquement et sur une longue durée la santé de Québec et du gouvernement EST UN DANGEREUX PRÉCÉDENT.
    Si donc on demande aux députés de cautionner ce qui est irresponsable, le devoir des députés est de refuser. À la rigueur, l'amphithéâtre n'a rien à y voir. Si vous vous entêtez sur ce point, alors c'est signe que pour vous la fin justifie les moyens. C'est pourtant à cause de cette conception de la politique que l'on vit une telle corruption et une telle médiocrité.