Lorsque nous serons plus que des étudiants

Tribune libre 2008


Le 12 février, Le Devoir publiait une lettre écrite par trois étudiants
universitaires portant évidemment sur le mouvement étudiant. Le titre est
révélateur : « Étudiants et classe moyenne : même combat! » En somme, ils
appelaient la classe moyenne du Québec à appuyer la lutte des étudiants
contre le dégel des frais de scolarité et le désengagement de l’État en
éducation.
Nul n’est mon objectif ici de prendre position en ce qui a trait au
financement de l’éducation et à son accessibilité. Je souhaite plutôt me
servir de cette sortie publique pour porter un jugement critique sur l’état
actuel des groupes de pression au Québec.
Le repli sur soi
Les divers groupes de pression québécois, quels que soient les intérêts
qu’ils défendent, se sont tous repliés sur eux-mêmes depuis plusieurs
années. Leur conscience ne se limite qu’à leur champ d’action propre. Ce
n’était pas le cas autrefois, en particulier pendant les années soixante.
À l’époque, l’ensemble des groupes de pression avait pris conscience de
l’état misérable de la condition québécoise qui dépassait tout intérêt
particulier. Cela les poussa à outrepasser leur cadre limité respectif
afin de s’inclure au sein d’un puissant mouvement social prenant une
envergure nationale inimaginable.
Ainsi, le Front de libération des femmes, groupe féministe constitué en
1970, avait pour slogan : « Pas de libération des femmes sans libération du
Québec! Pas de libération du Québec sans libération des femmes! » Ce
slogan démontrait de façon claire qu’à cette époque l’intérêt particulier
d’un individu était indissociable de l’intérêt général de l’ensemble de la
population.
Le domaine de l’éducation n’a pas fait exception. En 1968, 15 000
personnes manifestaient en faveur de la francisation de l’université
McGill. Quelques mois plus tard, 30 000 personnes manifestaient dans la
capitale pour s’opposer à l’adoption du Bill 63, qui donnait le libre choix
en matière d’enseignement.
Le droit à une éducation implique aussi le droit à une éducation en
français. Or, ce droit garanti par l’article 6 de la Charte de la langue
française est pourtant complètement ignoré actuellement par les divers
groupes constituant le mouvement étudiant au Québec. En témoigne l’exemple
de l’association étudiante de la Faculté de droit de l’Université de
Montréal qui a décidé il y a quelques mois de permettre la publication
d’articles en anglais dans son journal étudiant.
Le français : un combat qui rassemble tous les Québécois
L’actualité médiatique des dernières semaines nous a démontré que le
français est toujours dans un état précaire. À Montréal, il est difficile
de se faire servir et même de se faire soigner en français et ce, même si
la Loi 101 fêtait ses trente ans cet été. Les divers groupes de pression
québécois ont donc intérêt à recommencer à se préoccuper du sort de la
langue de Molière, pilier de notre identité commune. Un virage semble déjà
s’être amorcé puisque la CSQ par exemple a décidé de faire de la condition
de la langue française l’une de ses priorités cette année.
Il est possible aussi pour les associations étudiantes de prendre part au
mouvement. Elles pourraient par exemple militer pour qu’on étende les
dispositions de la Loi 101 aux cégeps, considérant qu’il est anormal que
près de la moitié des allophones ayant passé par l’école française fasse ses
études collégiales en anglais. Voilà une lutte qui mériterait assurément
le soutien de tous les Québécois, toujours préoccupés qu’ils sont par leur
statut de minorité au sein du Canada.
Maxime Schinck
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 729fd9c3dd6c007c447e1f0966c26272

Maxime Schinck24 articles

  • 12 737

« Jeune homme dans la vingtaine, Maxime Schinck est finissant de
l'Université de Sherbrooke en Études politiques appliquées, profil «
Politiques publiques ». Il avait précédemment entrepris des études en
Éducation au secondaire, profil Univers social (1ère année effectuée).

Depuis plusieurs années, il fait paraître plusieurs articles dans divers
quotidiens, telles que Le Devoir et le journal sherbrookois La Tribune.
Ses études, entre autres, ont contribué à sa compréhension des systèmes
politique et partisan et à développer son indépendance d'esprit.

Son principal champ d'intérêt est l'étude des mouvements associés à la
droite de l'échiquier politique en Europe et en Amérique du Nord. De façon
globale, il s'intéresse aux problématiques sociologiques et politiques que
vivent les sociétés occidentales et à la place de ces sociétés, comme bloc
à la fois uni et diversifié, au sein de la communauté mondiale. »





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé