« Éthique et culture religieuse »

Le relativisme religieux

Lettre ouverte adressée à Marie-Andrée Chouinard

Tribune libre - 2007


Madame Chouinard,
Dans l’édition de votre quotidien parue le 14 septembre dernier, vous
faites l’éloge du nouveau programme de religions nommé [« Éthique et culture
religieuse »->8914]. Vous l’opposez à l’ancien programme qui se consacrait
uniquement à l’enseignement catholique, protestant ou moral comme on
opposerait le blanc au noir. Or, il n’y a pas qu’une alternative, mais
plusieurs solutions. Dans cette lettre, j’aimerais vous faire part des
raisons pourquoi je m’oppose à l’adoption de ce nouveau programme, à savoir
la laïcité de l’État et l’impertinence des connaissances contenues dans ce
cours.
Premièrement, tous ces échanges concernant l’enseignement religieux
entrent dans le débat beaucoup plus large sur la place de la religion dans
la société québécoise et en particulier dans l’État. L’ancien programme
correspond à la vision que la religion majoritaire doit être érigée en
religion d’État. C’est le cas de plusieurs pays dont l’Algérie et
l’Égypte. Le programme d’« Éthique et culture religieuse » correspond
plutôt à la vision du relativisme religieux : toutes les religions sur un
même pied d’égalité. Il s’agit de la doctrine du multiculturalisme qui
règne au Canada et au Royaume-Uni.
Il existe une troisième option qui est celle de la laïcité. Dans votre
article, vous prétendez que le nouveau programme est lié à « la laïcisation
complète du système scolaire ». Or, la laïcité est la séparation de
l’Église et de l’État et non le fait de faire entrer toutes les religions
dans l’État. Pour devenir laïc, le Québec doit se départir de tout cours
d’enseignement religieux dans ses écoles primaires et secondaires.
Deuxièmement, je ne vous cacherai pas mes pensées concernant le contenu du
programme d’« Éthique et culture religieuse ». Dans votre article, Madame
Chouinard, vous parlez par exemple de la fête de l’Aïd el-Fitr, de
Siddhârta Gautama, ainsi que du Divâli. Honnêtement, je ne vois pas la
pertinence d’apprendre ces termes. Le rôle de l’école n’est-il pas de
donner à ses élèves les outils qui leur seront vraiment nécessaires pour
vivre dans leur société? C’est sans compter l’absence totale de l’athéisme,
ce qui m’apparaît discriminatoire. Pourtant, les individus sans religion
sont plus nombreux (5,6%) que les chrétiens protestants (4,7%), sans
compter qu'ils sont aussi plus nombreux que tous les chrétiens orthodoxes,
musulmans, juifs, bouddhistes, hindouistes et sikhs réunis (5,2%)! Bref,
cela m’amène à la question suivante : les athées, quand est-ce qu’on va les
accommoder, eux?
Maxime Schinck
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 729fd9c3dd6c007c447e1f0966c26272

Maxime Schinck24 articles

  • 12 741

« Jeune homme dans la vingtaine, Maxime Schinck est finissant de
l'Université de Sherbrooke en Études politiques appliquées, profil «
Politiques publiques ». Il avait précédemment entrepris des études en
Éducation au secondaire, profil Univers social (1ère année effectuée).

Depuis plusieurs années, il fait paraître plusieurs articles dans divers
quotidiens, telles que Le Devoir et le journal sherbrookois La Tribune.
Ses études, entre autres, ont contribué à sa compréhension des systèmes
politique et partisan et à développer son indépendance d'esprit.

Son principal champ d'intérêt est l'étude des mouvements associés à la
droite de l'échiquier politique en Europe et en Amérique du Nord. De façon
globale, il s'intéresse aux problématiques sociologiques et politiques que
vivent les sociétés occidentales et à la place de ces sociétés, comme bloc
à la fois uni et diversifié, au sein de la communauté mondiale. »





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    24 septembre 2007

    Il existe un corpus de croyances qui sied à l'athée : le nihilisme.

  • Raymond Poulin Répondre

    22 septembre 2007

    Monsieur Schinck,
    D'abord, il me semble qu'il existe une différence de nature entre des cours de religion et des cours de culture religieuse, qui relèvent plutôt de l'histoire, de la sociologie, de la symbolique et de la culture générale. Que l'on soit croyant ou non, pratiquant ou pas, on ne peut gommer tout renseignement sur les croyances puisqu'elles informent une bonne part des attitudes humaines.
    Ensuite, l'athéisme n'a aucun corpus défini de pratiques ou de coutumes puisqu'il se borne à refuser toute croyance ou toute hypothèse à propos de la déité ou de son existence. Il ne s'agit certainement pas de l'occulter puisqu'il constitue également une attitude humaine qui induit des manières de penser et de faire, mais, une fois qu'on l'a mentionné, ce qui n'est certainement pas interdit dans ce cours, on peut difficilement le considérer comme un objet de culture religieuse.
    Enfin, les «outils nécessaires pour vivre dans (la) société» incluent tout de même une certaine connaissance des mentalités et des pratiques de ses semblables. Autant les croyants n'ont pas à s'indigner de ce que d'autres ne le soient pas, autant les athées n'ont pas à poursuivre de leur hargne tout ce qui ce rapporte au religieux, à moins d'être aussi sectaires que ceux à qui ils reprochent de l'être.
    Raymond Poulin