Le Match

Tribune libre 2008


Les journalistes de Paris Match (que personne en France ne lit mais que tout le monde achète) auraient confondu le 400e anniversaire de Québec avec celui du Québec et aurait prêté plus d’attention à la métropole qu’à la capitale.
Il n’en demeure pas moins que bien des Montréalais ont vécu à Québec ou possèdent des ancêtres qui ont œuvré à l’édification de la ville. Tous les Québécois s’enorgueillissent de cet anniversaire qui marque l’arrivée des fondateurs de la Nouvelle-France.
Lorsqu’il est, cependant, dans le magazine français, mention d’une même langue de Paris à Montréal, on tique. Montréal n’est plus une ville française. Elle est devenue la plus grande ville de langue anglaise au Québec, ce qui ne semble pas outre mesure affecter les Québécois qui ne l’habitent pas.
Plus grave, et pourtant peu dénoncé avec la véhémence qu’il mérite, est le travestissement des 400 ans de Québec en une fête canadienne comme en témoigne le message du Premier ministre du Canada, Stephen Harper, qui apparaît sur le site du gouvernement du Canada:
***
Le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec
Stephen Harper
On dit chez nous que chaque être doit avoir deux villes dans son cœur, la sienne et Québec.
Le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec, que nous célébrerons en 2008, rappelle que la langue française est la langue fondatrice du Canada. La survivance du français en terre d'Amérique du Nord depuis quatre siècles n'est pas un accident de l'histoire. On parle encore français au Canada aujourd'hui à cause du courage, de la ténacité et de la créativité des générations de francophones qui ont enraciné et nourri dans le nouveau monde des valeurs et des espoirs venus de l'ancien continent.
Dès 1609, juste un an après la fondation de Québec, l'écrivain français Marc Lescarbot constatait que, et je cite:« Nous devrons aller en Canada, que des gens avides de grande entreprise, désireux d'obtenir un renom honorable par des actions extraordinairement belles et de difficile exécution. » À travers les âges, sur tous les continents, des communautés d'hommes et de femmes ont réalisé en français des actions extraordinairement belles et de difficile exécution. C'est notre héritage commun et une source de fierté. Cela doit aussi devenir une richesse partagée et un motif d'espoir.
En 2008 nous aurons la joie de vous accueillir dans la ville de Québec à l'occasion de son 400e anniversaire. Rares sont les villes nord-américaines qui peuvent célébrer un tel passé. C'est une date historique pour le Canada tout entier. C'est à partir de cette date que nous avons véritablement commencé à devenir ce que nous sommes aujourd'hui, car la fondation de Québec marque aussi la fondation de l'état canadien.
De Terre-Neuve-et-Labrador jusqu'à la Colombie-Britannique, les Canadiennes et les Canadiens célébreront cette grande fête et nous espérons que vous vous joindrez à nous.
On dit chez nous que chaque être doit avoir deux villes dans son cœur, la sienne et Québec.
***
Stephen Harper qui, le 12 juin dernier recevait fièrement le médaillon commémoratif du 400e anniversaire de la ville de Québec des mains de M. Jean Leclerc, président du conseil d'administration de la Société du 400e anniversaire de Québec, accueillait tout aussi favorablement la présence en France de la gouverneur générale, Michaëlle Jean , aux lancements des festivités.
Sur le site du gouvernement du Canada, une invitation aux Canadiens à venir découvrir la Résidence du gouverneur général à la Citadelle de Québec lors de la Journée portes ouvertes, est offerte. À l’occasion de cette activité publique, le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec sera à l’honneur. Les visiteurs seront divertis par des prestations musicales rythmées, des expositions enrichissantes et pourront goûter à des bouchées préparées par les chefs de Rideau Hall.
Le gouverneur général incite les Canadiennes et les Canadiens à bâtir une société fondée sur la compassion, la générosité et l’entraide. Il accueille les Canadiennes et les Canadiens à Rideau Hall ainsi qu’à la Citadelle de Québec, les deux résidences officielles du gouverneur général au Canada. De plus, il rencontre la population à l’occasion de visites qu’il effectue dans les provinces et les territoires. Il participe à des activités communautaires et prête l’oreille aux préoccupations du peuple canadien. Le gouverneur général s’emploie à favoriser l’identité et l’unité nationales.
Il ne s’agit pas ici d’une erreur involontaire, d’un malentendu quelconque mais bien d’un détournement historique canadien sans précédent. Après avoir forcé à l’exil les Acadiens, après avoir entrepris d’assimiler les Canadiens-français en accroissant la présence anglaise, irlandaise, américaine et australienne, en faisant de même avec les Québécois en privilégiant une immigration non francisable et disproportionnée par rapport à la capacité d’accueil du Québec, après leur avoir volé feuille d’érable et hymne national, après les avoir dépossédés une nouvelle fois de leur pays en 1995, les Anglais réinventent le passé.
Paris Match admet être passé à côté: «C’est pour ça que nous avons décidé de refaire quelque chose sur Québec.»
Et que feront les Canadiens? Rien. Ils continueront sur cette lancée puisqu’ils ne rencontrent aucun obstacle, à peine un peu de résistance.
Caroline Moreno

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 241 162

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé