La liberté, c'est le Canada

Il n’est, heureusement, pas trop tard pour bien faire et, par chance, les péquistes ont abandonné le combat

Tribune libre 2008

À Pile ou Glace, le nom des glaces « maison » est écrit en anglais. Pour le propriétaire, un Français de Montpellier, « c’est le Québec « multilangue » ». De toute manière, si les clients ne comprennent pas, on est là pour leur expliquer. Pas de quoi s’affoler. Après tout, « on est dans une Amérique anglophone ».
Québec est multi. « Multilangue », c’est-à-dire, de plus en plus anglais, multiculturel, multiethnique, « multireligion », c’est-à-dire, de moins en moins québécois.
Ce qui, il y a de cela deux siècles et demi, était considéré comme l’affirmation d’un peuple à vouloir vivre dans sa langue et, dans les années 1960, à se défaire de l’emprise de la religion et de celle des Anglais, était en fait un repli du peuple québécois sur lui-même. Les batailles livrées ont été vaines. Le Québec, grâce aux efforts des frères Bouchard, des Larose-Landry-Marois, et à la persévérance canadienne, a compris qu’il était dans son intérêt de s’angliciser et de faire place à toutes les religions.
Il ne reste plus qu’à givrer nos vitres de fenêtres pour n’offusquer personne, à applaudir à l’initiative de l’État d’offrir de cours d’éthique et de culture religieuse aux enfants et des cours d’anglais en première année du primaire et ce, pour soustraire les petits Québécois aux lacunes de leurs parents. Accueillons le port du voile comme un signe d’épanouissement de la femme musulmane.
Les Bourgault, d’Allemagne, Miron, Julien, Godin, et tous ces autres, ont sacrifié leur vie à une cause qu’ils n’auraient jamais dû épouser. Un Québec français libre et indépendant brimerait les Québécois, les condamnerait à parler une langue que ne partagent que 200 millions d’individus. Tant de poèmes, de chansons, de films, de paroles inutiles… 40 ans d’un passé qui ne laissera guère de traces. Tout s’efface.
Il n’est, heureusement, pas trop tard pour bien faire et, par chance, les péquistes ont abandonné le combat. Nous mettrons les bouchées d’anglais doubles. D’ailleurs Montréal a déjà été récompensée du titre de plus grande ville de langue anglaise du Québec. D’autres suivront son exemple. En augmentant le nombre d’immigrants, en ne les francisant pas, en fermant les yeux sur la non-application d’une loi 101 obsolète, nous y parviendrons.
Nous ferons partie de ce tout-en-un anglais, puissant.
Vive le Québec anglo-canado-américain ! Vive le multi-Québec !
- One strawberry ice cream, please !

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 241 162

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    29 juillet 2008

    La liberté, c'est le Canada !
    Je dois dire que j'ai bien du mal à saisir votre point de vue.
    Depuis plus de 50 ans maintenant, une frange importante de la population québécoise ne croit plus au système fédéral canadien. À moins de s'être exilé depuis un demi siècle, dire que « la liberté, c'est le canada » sonne aussi creux que dire que la Chine respecte les droits de l'homme !
    Peut-être préférez-vous garder les yeux fermés face à la réalité ou peut-être que celle-ci vous dérange... mais cette réalité, elle est aussi limpide que l'eau et aussi solide que le roc (lire rest of canada) !
    Aujourd'hui plus que jamais, la langue de la majorité, est menacée au Québec. Le peuple québécois doit se tenir debout et enfin s'émanciper. Une femme comme vous devrait savoir ce qu'est l'émancipation !
    Le Québec est une grande dame qui doit à son tour s'affirmer et prendre sa place. Personne ne l'aidera à le faire sauf peut-être vous et moi. Votre plume aiguisée devrait avant tout servir le Québec et ses proches plutôt que de nier la vérité et de craindre l'avenir.
    Une vie dans la peur ou une vie dans l'espoir Mme Moreno?
    Martin Blais.

  • Michel Guay Répondre

    29 juillet 2008

    Il est faux totalement faux de dire que le Parti Québecois n'est plus indépendantiste .
    Et c'est justement ce genre de mensonges contre les indépendantistes du PQ qui divisent les indépendantistes et qui les livre au trois partis divisionnistes pour faire élire Charest

  • Archives de Vigile Répondre

    28 juillet 2008

    "Les Bourgault, d’Allemagne, Miron, Julien, Godin, et tous ces autres, ont sacrifié leur vie à une cause qu’ils n’auraient jamais dû épouser."
    Chère Caroline,
    Ni les uns ni les autres, que j'ai tous bien connus, avec qui j'ai milité quotidiennement, au cours des années 1963-1976, n'ont sacrifié leur vie pour l'Indépendance, pas plus vous, que moi, d'ailleurs.
    Ils ont cru, nous croyons à la nécessité et à l'urgence d'atteindre l'objectif. celui de faire advenir le Québec en tant que pays. Nous y avons donné, nous y donnons le meilleur de nous-même, mais nous n'y sacrifions aucunement notre vie.
    "Seule la vérité est révolutionnaire"
    Tout le reste n'est que vanité impuissante.
    Andrée Ferretti.

  • Archives de Vigile Répondre

    28 juillet 2008

    Bonjours Mne Moreno. Ce sont deux gouvernements minoritaires fédéralistes à Québec et à Ottawa qui retardent l'émancipation de l'idée de la souveraineté québécoise. Quand il était majoritaire, Jean Charest battait des records d'impopularité. C'est Mario Dumont qui en a profité, inutilement. Si Stephen Harper avait été élu majoritairement, les soldats canadiens se feraient tués en Irak présentement, les taxes et l'idée d'une Nation Québécoise (non-officielle) n'asuraient jamais évolués dans un sens comme dans l'autre. Finalement, c'est en 1982 avec 102 députés libéraux du Québec que la Constitution a été rappatrié unilatéralement, sans l'accord du Québec. Le monstre fédéral fourbit ses armes dans son terrier en attendant... C'est quand ils sont majoritaires que les fédéralistes sont les plus fourbes.

  • Archives de Vigile Répondre

    28 juillet 2008

    Mme Moreno, vous faites dans le sarcasme aujourd'hui, principalement quand vous écrivez : «Les Bourgault, d’Allemagne, Miron, Julien, Godin, et tous ces autres, ont sacrifié leur vie à une cause qu’ils n’auraient jamais dû épouser»
    Vous avez oublié M. Marcel Chaput qui a été remercié de ses services par notre gouvernement fédéral parce qu'il se déclarait séparatiste mais, dire qu'ils ont "sacrifié leur vie" me semble inexact. Même s'ils y ont "consacré" beaucoup de temps et d'efforts par conviction, ils ne m'ont pas semblé "sacrifiés" du tout.
    Le PQ bashing que vous pratiquez assez souvent ne vous approchera pas de la souveraineté du Québec. C'est comme se tirer dans le pied avant la prochaine course. Ce n'est pas le PQ qui n'est pas assez souverainiste, c'est les Québécois qui n'ont pas voté en assez grand nombre OUI malgré tous les efforts du clan. Le PI a parlé, selon son objectif, tout le temps d'indépendance lors des dernièrs élections complémentaires. Il a obtenu moins de 3 % des votes. Ça prend bien autre chose pour percer.
    L'adversaire politique à l'indépendance du Québec n'est pas Mme Marois, c'est Messieurs Charest et Dion et autres fédéralistes du même acabit.