Chaque état américain possède déjà sa propre constitution, qu'attendons-nous ?

Tribune libre 2008

L'agenda du prochain gouvernement québécois et le rôle des autres institutions québécoises.
Peu importe le parti qui constituera le prochain gouvernement, les intérêts supérieurs du Québec exigeront que tous les partis se liguent pour travailler à un agenda politique qui fera avancer le Québec vers son émancipation.
À défaut de pouvoir instaurer tout de suite la souveraineté, il faudra chercher à obtenir une plus grande autonomie du Québec en attendant de pouvoir rapatrier l'ensemble des pouvoirs d'un état indépendant.
À l'agenda, il faudra donc que l'état du Québec se dote d'une constitution qui prévoit une formule d'amendement souple.
Chaque état américain possède déjà sa propre constitution, qu'attendons-nous ?
Cette constitution devrait inclure, entre autres :

- la création d'une citoyenneté du Québec,
l'enchâssement des chartes des droits et liberté et celle de la langue française qui doit être protégée, l'énumération des compétences exclusives et partagées du Québec basé sur les demandes traditionnelles du Québec.
- l'institution d'un mode de scrutin proportionnel et d'élection à date fixe.
- Mais avant tout l'abolition du poste de lieutenant- gouverneur souhaitée par la très grande majorité des québécois, par la nation québécoise.
Depuis trop longtemps cet agenda est en attente. Gouverner ne consiste pas seulement à gérer l'économie qui, on le sait, dépend en bonne partie des contingences internationales. Il existe d'autres urgences et le nouveau gouvernement devra en tenir compte, s'y atteler.
`
Je suggère que les institutions québécoises, tels les conseils municipaux du territoire québécois recommandent au nouveau gouvernement, semblable agenda, afin que notre nation fasse un pas en avant.
Encore une fois le gouvernement élu ne devra pas avoir que l'économie pour priorité.
La récente reconnaissance de la nation québécoise exige cette avancée.
Alain Raby,

Saint-Jean-Port-Joli


Featured 4b7f53d7d6aaf5dfc55d826cdc1b73a4

Alain Raby118 articles

  • 154 939

Né à Mont Saint Michel, Qc

Bac en pédagogie - Hull

Maîtrise en Relations Internationales.

University of the Americas - Mexique 1971

Scolarité de doctorat en sciences politiques - Université Laval

Enseignant à Saint-Claude, Manitoba

Globetrotter et commerçant-importateur - Art populaire des cing continents à Saint Jean Port-Joli - Les Enfants du Soleil





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Alain Raby Répondre

    1 décembre 2008

    Il n'y a rien de répréhensible à ce que la nation québécoise veuille se donner une constitution.
    Ceci dit il ne faut pas craindre les gestes de rupture, les élans souverains.
    Nous n'obtiendrons rien sans audace.
    La chance sourit aux braves, allez.
    Alain Raby

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    30 novembre 2008

    Ce que nous attendons? Mais, nous ne sommes pas aux États-Unis, ici, monsieur Raby.
    Il faudrait rouvrir la Constitution du Canada; et ça, je crains que le Rest of Canada ne soit jamais d'accord avec ça. Surtout pas, pour que le Québec, se dote d'une constitution propre, alors que les autres provinces de ce merveilleux pays multiculturel, ne reconnaissent même pas le Québec comme une société distincte!
    Si nous tentions de réaliser cela, de façon purement unilatérale, que se passerait-il? Après tout, il nous ont déjà envoyé l'armée, pour moins que ça!