Option nationale

Aussant sort de l'ombre

Agir en État souverain avant le fait

Option nationale - Jean-Martin Aussant


Après des semaines de réflexions et de consultations, le député indépendant de Nicolet- Yamaska et fondateur du nouveau parti indépendantiste Option nationale, Jean-Martin Aussant, sort de l’ombre et présente à l’électorat québécois une plate-forme constituée de 64 propositions décrivant ce que sa formation entend réaliser si elle prend le pouvoir.
Globalement, voici l’essentiel de ces propositions :
- Prendre le plein contrôle de la gestion de tous les impôts, lois et traités du Québec, et ce, avant même qu’il ne devienne souverain
- Mettre sur pied une constitution qui serait soumise à un référendum, laquelle constitution contiendrait une déclaration de souveraineté et dont l’adoption signifierait de facto que le Québec devient un état souverain
- Nationaliser les ressources naturelles afin que l’État québécois devienne le maître d’œuvre de leur développement
- Créer une Banque du Québec qui agirait comme guichet unique regroupant les différents outils publics de développement économique
- Établir la gratuité scolaire universelle à tous les niveaux
- Revoir le financement des réseaux d’éducation francophone et anglophone dans le but de rétablir l’équilibre en relation avec le poids démographique de chacune des deux entités
- Renforcer les mesures coercitives quant à l’application de la loi 101
- Mettre sur pied un mode de scrutin proportionnel d’élections générales à date fixe
- Établir un mode de financement des partis politiques entièrement public
Une feuille de route impressionnante qui présente l’avantage d’un itinéraire sans détour, un programme qui annonce clairement les intentions de son chef en matière de souveraineté.
Bref, une véritable option nationale à laquelle j’adhère sans réserve et qui devrait, à mon sens, rallier les forces indépendantistes émergentes actuelles autour d’une coalition nationale citoyenne.
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1799 articles

  • 1 220 270

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



12 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 novembre 2011

    Quelques bonnes propositions... sur papier. L'ennui sera de les mettre en oeuvre sans l'accord du fédéral. Plus gros ennui sera de prendre le pouvoir. Pour la prochaine élection Option Nationale ne représentera qu'un léger facteur de nuisance pour le PQ (le principal facteur de nuisance étant Marois). L'après-Marois venu, il faut souhaiter voir Aussant rentrer au bercail. Espérons que cela se produise avant les élections sinon il faudra tout rebâtir sur des ruines et endurer Legault pour 2 ou 3 mandats.
    Est-ce que la Banque du Québec a pour but d'instaurer une monnaie québécoise? Et, beaucoup mieux encore, d'accorder des prêts sans intérêts au gouvernement du Québec?

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2011

    Je n'ai pas l'enthousiasme que plusieurs semblent avoir face à cette sortie et à ce projet qui ne met pas de l'avant l'indépendance du Québec et la sauvegarde de la Nation canadienne-Française.
    Le fait d'agir comme un État au sein du canada ne ferait pas du Québec un Pays mais plutôt un État dans une confédération canadienne. Ce n'est pas là un Pays souverain, et encore moins indépendant. C'est une autre façon de nous garder minoritaires et sous la gouverne des canadians qui, de toutes façons, ne sont pas près d'accepter cette option. Chose certaine, sans mandat clair précisant une déclaration formelle de l'indépendance du Québec, celui-ci ne serait pas reconnu en droit international, même avec la constitution proposée.
    Et notez qu'on ne parle pas de déclaration d'indépendance mais bien de déclaration de souveraineté, ce qui légalement n'a pas la même portée. À mon avis, cela à la même valeur que la motion fédérale de reconnaissance de la «nation québécoise» mais qui n'est pas inscrite dans la constitution canadienne. C'est à dire aucune valeur légale.
    On est en train de monter un deuxième P.Q. parce que l'autre ne prend plus. Je ne serais pas surpris que Charest attende que O.N. soit prêt avant de déclencher des élections générales.
    [Réjean Pelletier]

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2011

    ENFIN! Enfin un programme motivant, simple et logique. Donnons-nous tous la main pour promouvoir cette option car les écrivassiers de la Presse du Journal de Montréal, celui de Québec et Le Devoir n’en parlerons pas. Ils ont reçu l’ordre de pousser Legault. Tous ensemble on va y arriver.
    Ivan Parent

  • François Ricard Répondre

    9 novembre 2011

    Voilà du concret dans lequel on peut mordre.
    Et ce n'est qu'une première mouture puisque le congrès de fondation n'aura lieu que l'hiver prochain.
    C'est avec beaucoup d'espoir que je vais joindre les rangs de l'Option nationale. Et je souhaite de tout coeur que des milliers de souverainistes voudront monter à son bord.
    Le véhicule n'est peut-être pas parfait. Mais au moins il veut foncer et vers l'indépendance et vers une plus grande démocratie. Vers un pays et vers un meilleur pays. Il faut les deux. Autrement, nous ne ferons que changer de maîtres.
    C'est bien sûr que ni Desmarais ni Péladeau ne vont le publiciser comme ils le font pour Legault. Surtout qu'il a dit qu'il s'attaquerait à la concentration des médias.
    C'est déjà commencé d'ailleurs. Ni La Presse, ni le Journal de Montréal, ni Le Devoir n'ont fait mention de son programme.
    Seule Radio-Canada, ce matin, lui a fait écho.
    Mais unis et en nombre nous les forcerons à parler de nous.

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2011

    J'ai lu les différents programmes des partis que vous mentionnez. Le Parti Québécois a un bon programme. Le Parti Indépendantiste aussi. Québec Solidaire de même. Le problème... Ils sont incomplets. Personnellement, je n'ai pas vu un programme autant équilibré que celui que propose l'Option Nationale. Ni à gauche, ni à droite. Plutôt rivé sur le monde ordinaire dons je fais partie.
    Le Parti Québécois est trop timide.Le Parti Indépendantiste, trop radical. (Je l'ai quitté pour cause de sectarisme et de racisme). Québec Solidaire qui est un ramassis d'idée de gauche sans vision économique.
    Alors plutôt que de faire du sarcasme primaire, vous devriez applaudir à la création d'un outil d'autodétermination.
    Merci

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2011

    Monsieur Marineau
    Après avoir lu, trois fois plutôt qu'une le programme d'option Nationale, je ne peux que souscrire à votre opinion. Je sens un vent de fraicheur sur l'option qui nous est chère. J'adhère sans réserves aux 64 propositions contenues dans cette plateforme électorale. Maintenant, le plus dur sera d'avoir droit à l'exposition médiatique. Je ne me fais pas d'illusions. Gesca et Québécor poussent leur poulain.(CAQ) J'aimerais souligner que l'une des propositions est justement d'instituer une commission sur la concentration des médias.

  • Claude G. Thompson Répondre

    9 novembre 2011

    Voilà ce qu'on attend du chef d'un parti indépendantiste. Un projet clair, sans ambiguité, qui met au premier plan les intérêts de la nation et qui nous fait entrevoir combien nous sommes suffisamment nantis et équipés pour agir en nation et non en province inféodée.
    Non seulement je voterais pour un projet comme celui-là, mais encore, j'adhérerais au parti qui en ferait la promotion.
    Oublions les discussions stériles et les comparaisons boîteuses et optons pour un projet clair et sans "si ni mais".
    Claude G. Thompson

  • Gilles Lapointe Répondre

    9 novembre 2011

    Je suis d'accord à 100%.
    Allons-y tous ensemble.....

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2011

    Bravoooooo!!!!
    Enfin quelque chose de concrêt pour Québécois et Québécoises comme moi qui cherchent à ce libérer de toute cette merde fédéraliste/provincialiste que nous livrent le PLQ CH'arrêt" et l'attentisme PQ Marois!
    SVP, livrez-moi de cette morose situation dans laquelle se trouve notre Québec! Présentement, je me sens comme une bête sauvage prise dans un piège qui gruge après sa jambe pour trouver liberté!
    Retour à la réalité. Bien beau vouloir faire l'indépendance mais comment Jean-Martin Aussant, un seul homme avec son jeune parti pourra t'il prendre le pouvoir au prochaines élections et réaliser ce miracle d'indépendance dans un lapse de temps raisonable???
    J'aimerais bien croire en un Messie mais le temps presse et la situation du Québec est à son pire...Que puis-je faire pour promouvoir l'indépendance et se donner un pays? Je veux bien me retrousser les manches et me mettre au travail.
    SVP, un peu de direction quelqu'un???
    Guy Racicot
    Gatineau, Québec

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2011

    Je suis contente que Mr Aussant fonde son parti enfin.Tous ceux qui ne sont pas heureux ou content au P.Q vont enfin s'en aller et un bon ménage va faire tellement de bien que ça va enfin respirer mieux au parti et la population va enfin retrouver le vrai parti Québécois et pouvoir avancer parce que là ou c'est rendu y plus personne qui avance et ça c'est dommage pour la cause.Faites votre chemin et on fera le notre allègrement enfin.

  • Archives de Vigile Répondre

    9 novembre 2011

    Je suis assez impressionné par la plate-forme proposée par Option nationale, car elle va dans le sens de mes idées.
    J'ai 2 divergences :
    1 - Je privilégie une approche où la plupart des mesures proposées devraient faire partie d'un projet de loi de nature constitutionnelle afin que ces droits soient reconnus comme normes supérieures, notamment le droit à la gratuité scolaire, la langue, la propriété collective des ressources naturelles, la souveraineté monétaire etc..
    2 - Option Nationale veut assumer les clauses de rupture avant un exercice référendaire sur une constitution. Je trouve cela risqué, mais on est rendu à un point où il faut prendre des risques et forcer le jeu.
    3 - Il évident qu'avec une seule majorité parlementaire, assumer tous les pouvoirs d'un État souverain déclenchera les hostilités avec le Canada, mais si l'exercice est suivi par une constitution approuvée par référendum, cela améliorera les chances de reconnaissance de la part de la communauté internationale.
    4 - Cela ressemble un peu au programme du PI, mais en plus dynamique au niveau des mesures proposées.
    Pierre Cloutier

  • Pierre Grandchamp Répondre

    9 novembre 2011

    PQ-OPTION NATIONALE--QS----PI
    Jean Charest et François Legault sont morts de rire!