Économistes atterrés

La révolution incertaine - II

La débâcle financière



La crise financière qui a commencé non pas en 2008, mais en 1971 quand Nixon, au vu du colossal déficit américain, mit fin à la convertibilité du dollar, rompant ainsi unilatéralement les accords de Bretton Woods pris à la fin de la Deuxième guerre mondiale.

Les économistes «atterrés» redoutent un «krach social et démocratique» de l'Europe



«Nous sommes entrés pendant l'été 2011 dans la phrase trois de la crise», a expliqué Benjamin Coriat, de l'université Paris-13. Acte 1 (2009): sauvetage des banques, mises à genoux par les subprime, orchestré par les Etats. Acte 2 (2010): le secteur financier à peine sauvé se retourne contre des Etats qu'il juge trop endettés. Acte 3, depuis août dernier: nouvel effet boomerang, avec des banques déstabilisées, cette fois, par les dettes des Etats, qu'elles détiennent en quantités astronomiques...

La révolution incertaine - I

La faillite des conservateurs

Le pouvoir conservateur vacille. Il en est d’autant plus dangereux.


Le mois d’août 2011 restera sans doute dans les mémoires. Il connaît une crise boursière d’une ampleur inégalée, un crime sans précédent en Norvège et des émeutes d’une gravité extrême en Grande Bretagne. Ces événements sont liés et ils traduisent un malaise profond et les débuts d’un bouleversement radical. Rappelons-nous la Tunisie. C’est la misère qui a soulevé le peuple. Tout a commencé par un sacrific...

Nouvelle Architecture Financière

Les banques programment la crise pour gagner avec elle



Les banques programment la crise pour gagner avec elle (Pagina 12) Raúl Dellatorre, Pedro Páez photo : Pedro Páez ...

Réflexion postcapitaliste - "République, un abécédaire populaire"

50 penseurs pour un monde nouveau

Le nouveau documentaire d'Hugo Latulippe propose une réflexion postcapitaliste


À retenir République, un abécédaire populaire, sera présenté en avant-première au

Les errances premières du dogme néolibéral

La démythification de Milton Friedman (1-B)

Le capitalisme a besoin du gouvernement pour maintenir un équilibre qu'il est incapable de maintenir lui-même.


Il faut rendre aux néolibéraux ce qui doit leur revenir. Les concentrations de pouvoir constituent en effet une menace à la liberté et, de ce fait, il importe, dans la mesure du possible, de les mettre en échec. Mais, cela vaut autant pour les concentrations de pouvoir d'origine privée que pour celles du secteur gouvernemental. Au nom de quel principe, en effet, les premières vaudraient-elles mieux que les secondes?...

Il était une fois ... 1789 - 1

La souveraineté des peuples et la Bastille des Etats

L'heure théologique et idéologique de la politique est close, l'heure d'une lucidité digne des démocraties de la raison a sonné


La demande du 23 septembre de M. Mahmoud Abbas devant l'Assemblée ...

The Five Macro Crises of Our Times

A question must be raised: Who profits the most when democracy dies?


If we go back in history, we see that the big financial crises of the past, those of 1873-1880 and 1929-1939 for example, had pretty much the same type of causes as the one we are experiencing today: They were basically caused by a general collapse of public and private basic morality among a very small elite that pushed its exploitation of public institutions to the breaking limit.

Les grands postulats du néolibéralisme

La démythification de Milton Friedman (1-A)



Notre époque ressemble à s'y méprendre aux années 30, le New Deal en moins. L'Amérique venait tout juste d'être assommée par un krach financier stupéfiant.

La fin du capitalisme, selon Wallerstein

On ne peut liquider le Système, ou la modernité, en écartant le retour aux valeurs fondamentales, du domaine de l’esprit, que ce Système et cette modernité ont eux-mêmes liquidées pour pouvoir proliférer.


Le site de Russia Today a réalisé une interview du sociologue et historien des sciences sociales Immanuel Wallerstein, le 4 octobre 2011. C’est un texte intéressant, parce qu’il résume en quelques points assez précis les conceptions générales de ...

Entrevue avec Immanuel Wallerstein

'Major crisis still ahead, past one was minor'



Le capitalisme prend fin nous dit Immanuel Wallerstein

Le capitalisme vit-il vraiment ses dernières années ? La question reste en débat, même si elle vient d’être réglée par un brillant philosophe du système.


par Bernard Dugué (son site) Les médias ne sont pas économes en observa...

Leur discorde générale et l'effondrement du Système

On doit envisager la probabilité que cet épuisement psychologique provoquera, à un moment ou l’autre, des réactions incontrôlées génératrices d’événements qui feraient soudainement accélérer le processus actuel d’effondrement.


Une situation tend à devenir désormais structurelle au sein du bloc BAO (bloc américaniste-occidentaliste), qui est une situation de division et d’antagonisme. Il nous paraît vain de tenter d’identifier, selon les normes héritées de cet autre temps du leadership US où comptaient des notions de type servile comme l’“alignement” ou l’“isolement”, des positions spécifiques en fonction de cette soi-disant cohésion de puiss...

20 ans d'aveuglement. L'Europe au bord du gouffre



La leçon est claire : en Islande, les " gens ordinaires " refusent de payer pour les banques coupables et les épargnants cupides.

Croissancistes atterrés



La bataille des retraites porte sur la répartition des richesses. Il s'agit de savoir quelle part de la population portera le poids de la crise économique. Le "Manifeste d'économistes atterrés" a expliqué combien le discours néolibéral qui proclame la nécessité de "l'austérité" au nom de la dette est biaisé.

Le manifeste des économistes atterrés



Le 29 septembre dernier, les Echos a discrètement relayé le « Manifeste des Economistes Atterrés. » En 22 points, Philippe Askenazy, Thomas Coutrot, André Orléan et Henri Sterdyniak dénoncent 10 fausses évidences, largement propagées par ces fous qui nous gouvernent. Je vous livre les têtes de chapitres : Fausse évidence n°1 :

Les économistes atterrés ... par le risque de division



Emmanuel Lévy - Samedi 9 octobre se déroulait le premier colloque de l'Association des économistes critiques dont l'appel a déjà été signé par plus de 1000 économistes. Mais pas par Daniel Cohen et Thomas Piketty, qui prépareraient en douce une initiative concurrente. Trois cent personnes se pressaient, aujourd’hui samedi 9 octobre, dans l’amphi Bussy de l’université Paris V. Malgré cette belle...

Un article qui repose des alaindubuqueries...

Pourquoi nous sommes des économistes atterrés



En tant qu'économistes, nous sommes atterrés de voir que ces politiques sont toujours à l'ordre du jour et que leurs fondements théoriques ne sont pas publiquement remis en cause. D'autres choix doivent être discutés. La crise a mis à nu la fragilité des évidences répétées à satiété par les décideurs et leurs conseillers. Il faut interroger ces fausses évidences, mal fondées scientifiquement. Les économistes doivent donc assumer leurs responsabilités.

Crise

Des économistes « atterrés » lancent un manifeste



Par Rédaction (7 septembre 2010) Ils sont économistes et se déclarent « atterrés » par l’archaïsme des politiques économiques européennes, élaborées sous la pression de la Commission européenne, du FMI et des agences de notation. Cette « orthodoxie néolibérale » risque bien d’accroître l’instabilité, les inégalités, et d’aggraver la crise européenne. Basta ! publie un extrait de leur manifeste, ouve...

12. Manifeste d’économistes atterrés : Conclusion

Mettre en débat la politique économique, tracer des chemins pour refonder l’Union Européenne.


Mettre en débat la politique économique, tracer des chemins pour refonder l’Union Européenne. L'Europe s'est construite depuis trois décennies sur une base technocratique excluant les populations du débat de politique économique. La doctrine néolibérale, qui repose sur l'hypothèse aujourd'hui indéfendable de l'efficience des marchés financiers, doit être abandonnée. Il faut rouvrir l'espace des poli...

11. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°10: La crise grecque a enfin permis d'avancer vers un gouvernement économique et une vraie solidarité européenne.


Fausse évidence n°10: La crise grecque a enfin permis d'avancer vers un gouvernement économique et une vraie solidarité européenne. A partir de la mi-2009, les marchés financiers ont commencé à spéculer sur les dettes des pays européens. Globalement, la forte hausse des dettes et des déficits publics à l’échelle mondiale n’a pas (encore) entrainé de hausses des taux longs: les opérateurs financiers ...

10. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°9 : L'euro est un bouclier contre la crise.


Fausse évidence n°9 : L'euro est un bouclier contre la crise. L'euro aurait dû être un facteur de protection contre la crise financière mondiale. Après tout, la suppression de toute incertitude sur les taux de change entre monnaies européennes a éliminé un facteur majeur d'instabilité. Pourtant, il n'en a rien été : l'Europe est plus durement et plus durablement affectée par la crise que le reste du...

9. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°8 : L'Union Européenne défend le modèle social européen.


Fausse évidence n°8 : L'Union Européenne défend le modèle social européen. La construction européenne apparaît comme une expérience ambiguë. Deux visions de l’Europe coexistent, sans oser s’affronter ouvertement. Pour les sociaux-démocrates l’Europe aurait dû se donner l’objectif de promouvoir le modèle social européen, fruit du compromis social de l'après seconde guerre mondiale, avec sa protectio...

8. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°7 : Il faut rassurer les marchés financiers pour pouvoir financer la dette publique.


Fausse évidence n°7 : Il faut rassurer les marchés financiers pour pouvoir financer la dette publique. Au niveau mondial, la montée des dettes publiques doit être analysée corrélativement à la financiarisation. Durant les trente dernières années, à la faveur de la totale libéralisation de la circulation des capitaux, la finance a accru considérablement son emprise sur l'économie. Les grandes entrep...

7. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°6: La dette publique reporte le prix de nos excès sur nos petits-enfants.


Fausse évidence n°6: La dette publique reporte le prix de nos excès sur nos petits-enfants. Il est une autre affirmation fallacieuse qui confond économie ménagère et macroéconomie, celle selon laquelle la dette publique serait un transfert de richesse au détriment des générations futures. La dette publique est bien un mécanisme de transfert de richesses, mais c'est surtout des contribuables ordinair...

6. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°5 : Il faut réduire les dépenses pour réduire la dette publique


Fausse évidence n°5 : Il faut réduire les dépenses pour réduire la dette publique Même si l'augmentation de la dette publique résultait en partie d'une hausse des dépenses publiques, couper dans ces dépenses ne contribuerait pas forcément à la solution. Car la dynamique de la dette publique n'a pas grand chose à voir avec celle d'un ménage: la macroéconomie n'est pas réductible à l'économie domestiq...

5. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°4 : L'envolée des dettes publiques résulte d'un excès de dépenses.


Fausse évidence n°4 : L'envolée des dettes publiques résulte d'un excès de dépenses. Michel Pébereau, l'un des « parrains » de la banque française, décrivait en 2005 dans l'un de ces rapports officiels ad hoc, une France étouffée par la dette publique et sacrifiant ses générations futures en s'adonnant à des dépenses sociales inconsidérées. L'État s'endettant comme un père de famille alcoolique qui ...

4. Manifeste d’économistes atterrés

Fausse évidence n°3 : Les marchés sont de bons juges de la solvabilité des états.


Fausse évidence n°3 : Les marchés sont de bons juges de la solvabilité des états. Selon les tenants de l'efficience des marchés financiers, les opérateurs de marché prendraient en compte la situation objective des finances publiques pour évaluer le risque de souscrire à un emprunt d'État. Prenons le cas de la dette grecque: les opérateurs financiers et les décideurs s'en remettent aux seules évalua...

3. Manifeste d'économistes atterrés

Fausse évidence n°2 : Les marchés financiers sont favorables à la croissance économique.


Fausse évidence n°2 : Les marchés financiers sont favorables à la croissance économique. L’intégration financière a porté le pouvoir de la finance à son zénith par le fait qu’elle unifie et centralise la propriété capitaliste à l’échelle mondiale. Désormais c'est elle qui détermine les normes de rentabilité exigées de l’ensemble des capitaux. Le projet était que la finance de marché se substitue au ...