petites annonces...

Offre d'emploi: chef du PQ

...pour personne solide seulement!

Pacte électoral - gauche et souverainiste

J'ai trouvé quelque peu pénible de lire le texte de Mme. Nicole Hébert et certains commentaires. Il est facile de faire feu de tout bois pour trouver un coupable sans discernement, par attachement, par foi aveugle. Moi aussi j'aimerais bien qu'il y ait une femme aux commandes, ça pourrait faire un changement dans la manière de gouverner mais manifestement, Mme. Marois n'est pas LA femme pour le poste, de plus en plus proche de Charest et de ses magouilles, trop arrogante et autoritaire.
Le PQ est un parti très difficile à gouverner mais, comme je le disais dans un article précédent, les politiques mi-figue mi-raisin ne fonctionnent plus, la population n'en veut pas et devant les attaques de plus en plus acerbes et continuelles que nous subissons, nous avons besoin de quelqu'un de vraiment fort, pas d'une surface autoritaire sur fond mou. Si Mme. Marois s'obstine à ne pas comprendre le message, elle va mener le PQ sur les écueils et fera naufrage, c'est écrit dans le ciel. Aux prochaines élections que l'on suppose à l'automne, nous serons emportés par une vague ''mauve'' ou toute autre couleur et cela pavera une voie royale à Ali Baba Charest et ses 40 voleurs. C'est urgent que ça bouge.
Quand on avait besoin d'elle dans des moments importants, Mme. Marois se déguisait en fantôme, maintenant c'est le temps qu'elle se déguise en courant d'air mais elle semble vouloir s'accrocher, elle doit se fier sur un noyau dur d'inconditionnels, comme Mme. Hébert et certains de son entourage proche. C'est sûr qu'elle n'est pas responsable de tout mais, visiblement, elle n'a pas su s'entourer des bonnes personnes, elle manque de flair, ce que possède Charest, pour le pire. Jean-Martin Aussant, qui lui aussi a démissionné et qui a eu le courage de demander la démission de Mme. Marois, ferait quelqu'un de très bien à la tête du PQ. Il me rappelle René Lévesque, il sait s'adresser à une foule et la motiver et il est dans la jeune quarantaine. Il serait définitivement plus près des jeunes qui commencent à se conscientiser pour l'indépendance. Il est tout de même étrange que Gilles Duceppe soit invisible et n'a pas dit un mot en public. Il n'a certainement pas digéré sa défaite face à un poteau, quelqu'un que personne ne connaissait. Nous le comprenons.
Il y a longtemps que je soupçonnait Mme. Marois de magouilles électoralistes, de mettre l'indépendance au second plan, pourtant c'est le but premier de l'existence du PQ. Le RIN de Pierre Bourgault s'est sabordé pour donner justement une chance au PQ de René Lévesque de se faire élire. Il a été créé pour faire l'indépendance, pas pour tergiverser dans les ''p'être bin qu'oui, p'être bin qu'non'', pas quand on verra que les conditions gagnante seront réunies! De cette manière, cela n'arrivera jamais. Il ne faut pas attendre que la voiture avance pour décider le cheval à tirer, c'est illogique!!! Face aux saletés de Charest, il n'y avait qu'Amir Kadir de QS pour lui faire face, un homme seul non secondé par un parti amorphe, le PQ faisait pâle figure. Comment un parti qui fait pâle figure peut-il nous diriger vers l'indépendance, c'est un non sens ça aussi!!!
J'ai de la difficulté à comprendre que l'on puisse défendre les mièvres politiques de Mme. Marois, c'est suicidaire. Les Québécois sont tellement déçus de leurs politiciens surtout après les traîtrises de Lucien Bouchard. Ça prend quelqu'un d'intègre, pas un ou une autre carriériste. Qui sera la perle rare, je ne saurais le dire avec certitude mais j'aimerais qu'une course à la chefferie donne le micro à Jean-Martin Aussant, je pense que la population serait électrisée. Mme. Marois a rabroué et fait taire les jeunes, elle a aussi fait taire le SPQ libre, elle n'acceptait pas quelque initiative que ce soit de qui que ce soit excepté les siennes bien sûr.
Le parti libéral est composé de béni oui oui, prêts à voter pour n'importe quoi, n'importe quelle saleté que le chef veut faire passer, sans réfléchir, en trahissant, par le fait même, leurs électeurs. Le PQ était plus démocratique donc plus difficile à gouverner mais Mme Marois a tenté de le faire ressembler au PLQ où toute action n'est destinée qu'à prévoir la prochaine élection. Elle n'était vraisemblablement pas à l'écoute de la base qui en a marre de ces petits politi chiens, qui aboient pour avoir leur os. Je sais que c'est difficile pour Mme. Hébert et, malheureusement, elle s'est attirée quelques commentaires acides. C'est un peu comme découvrir que la religion en laquelle nous avions une foi aveugle est une vaste arnaque à saveur religieuse. Il n'est pas facile de décrocher, il n'est pas facile de s'avouer à soi-même que l'on s'est fait avoir pendant si longtemps, que les limbes n'existent pas, le purgatoire non plus. C'est comme découvrir qu'un homme qui avait une bonne gueule et qui s'en servait adroitement, Lucien Bouchard, a, en fait, été à la solde de l'ennemi et a tout fait hypocritement pour empêcher l'indépendance malgré ses belles paroles au dernier référendum. Ça n'a pas été facile de décrocher. Bernard Landry a été peu de temps un espoir de re-vie mais il a démissionné pour une bête question d'EGO, ce dangereux piège de la renommée publique.
M. Jacques Parizeau est le Québécois le plus honnête et le plus dévoué que nous ayons eu. Il a eu le courage de laisser René Lévesque parce qu'il savait que le ''beau risque'' de ce dernier était voué à l'échec. Pourquoi lui jeter la pierre aujourd'hui, pourquoi s'en prendre à celui qui nous avait emmenés si près de l'indépendance. N'eût été les malversations du fédéral, nous serions depuis ce temps indépendants. La seul chose que je lui reproche est d'avoir démissionné le soir du référendum car Lucien Bouchard qui a suivi, s'il avait voulu, aurait pu amener le fédéral en cour pour malversations et le référendum aurait été gagnant mais il a attendu (cinq ans) qu'il y ait prescription et a démissionné tout de suite après pour aller travailler pour nos ennemis. M. Parizeau, quand il est arrivé au pouvoir, a pris le PQ au bord de la faillite et l'a ravivé, vous avez oublié ça? M. Parizeau est un vieux sage, un être exceptionnel, pourquoi lui jeter la pierre aujourd'hui. Il pourrait rester chez-lui à se bercer en regardant pousser le gazon. Au lieu de ça, il suit la carrière de sa femme qui s'affirme de plus en plus, de la société québécoise et fait, à l'occasion, des sorties qui a l'heur d'agacer les dirigeants en place quand ceux-ci font, à son avis, fausse route. Lui n'est pas régi par une ligne de parti. Au lieu de critiquer cet homme arbitrairement nous devrions nous en inspirer, ça ne flatte peut-être pas notre ego et celui de certains dirigeants mais ce serait peut-être plus positif.

Nous n'en sommes plus aux courses d'egos, nous en sommes à la survie, et il nous faut, avant de couler, trouver un ou une capitaine valable pour diriger ce vaisseau fantôme qu'est devenu le PQ et ça presse!
Ivan Parent

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 367 547

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2011

    @Mme. Levasseur,
    Je pense que nous ne faisons pas référence à la même famille de grenouilles. Je répète, pour une fois que des députés sont assez honnêtes de se dissocier de lignes de partis antidémocratiques avec lesquels ils ne sont pas d'accord, faudrait peut-être reconnaître leur courage plutôt que défendre l'indéfendable. Mme. Marois, malgré de grandes qualités, n'est absolument pas crédible. Avec elle le PQ recule entraînant avec lui les mous de l'indépendance. Vouloir le nier ne changera rien, seulement créer d'autres problèmes et je trouve aussi réducteur d'en faire une rengaine usée des pauvres femmes plus critiquées que les hommes. Je ne vois pas où André Boisclair a été vu comme un héro, sa performance a été minable. Je ne juge pas Mme. Marois comme femme mais comme personnalité politique. Si vous aviez bien lu mon texte, vous auriez vu que je favorisais la venue d'une femme à la tête de l'état sauf que Mme. Marois a eu le temps de faire sa marque mais elle ne l'a pas fait. Ne détournez pas le problème politique en problème des pauvres femmes, ce n'est pas sérieux!
    @ M. Marineau,
    Il est peut-être prématuré de suggérer à ce moment-ci un remplacemant à l'inertie car elle est toujours là. J'ai sans doute cédé à l'enthousiasme de l'avoir entendu, enfin, quelqu'un qui met ses culottes comme le dit l'expression populo. En fait, les quatre démissionnaires rendent un grand service aux Québécois en forçant des réflexions profonde au sein du PQ qui s'enlise depuis plusieurs années et qui perd graduellement en popularité. Espérons seulement qu'ils auront l'honnêteté de les faire ces réflexions sinon les prochaines élections seront catastrophiques.
    Ivan Parent

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2011

    Que les anciens bonzes du PQ se retirent. M.Parizeau, Landry et autres anciens président, premier ministre, s'abstiennent de tout nouveau commentaire. Ils ont eu la parole lorsque ce fût leur temps, maintenant qu'ils n'y sont plus, qu'ils se la ferme. Ils ont échoué, qu'ils se taisent

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2011

    Je vous avoue que moi aussi je n'ai pas aimé la charge de Mme Hébert contre Jacques Parizeau.
    En insultant M. Parizeau, elle insulte tous les indépendantistes du Québec et elle le fait par patisannerie aveugle.
    C'est désolant, voire obscène.
    Pierre Cloutier

  • Henri Marineau Répondre

    10 juin 2011

    Brefs commentaires sur l'offre d'emploi:
    1)À mon sens, il est prématuré de mettre Mme. Marois au pilotis quoique des doutes sont installés dans ma tête depuis la mise en place de son plan de gouvernance!
    2)Quant à Aussant à la tête du PQ, là, vous allez beaucoup trop vite...ce monsieur devra faire ses armes avant de se rallier mes faveurs!
    3)Enfin, je suis d'avis que Jacques Parizeau, l'homme politique que je respecte, et Lisette Lapointe, en tant que couple, vivent, ce que j'appellerais, un "conflit d'intérêt... privé" et ça, c'est très délicat!

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2011

    Inutile de vous agiter autant M. Parent, Mme Marois va rester en poste car les grenouilleurs du PQ sont partis et elle a les coudés franches pour diriger, enfin!...
    C'est normal que des personnes ne soient pas d'accord avec Mme Marois mais c'est prouvé que les femmes sont plus contestées au pouvoir que les hommes. Je crois que les hommes sont encore dans leur phase macho!.Vivement la libération des hommes. Vivement le pouvoir à Mme Marois car elle est légitimée de l'avoir!...comme les hommes finalement.
    Pourtant M. Boisclair n'arrivait pas à la cheville de Mme Marois et il est passé comme un héros. Fait que vos sauveurs on commence à en avoir marre.