Les journalistes coupables d'abdication devant leur mission première

Médias: lorsque la dictature intellectuelle de la pensée unique fait loi

12 exemples concrets de sujets controversés évités

8a954285d7b5de90dd6d1f6649f138bc

Tribune libre

Dans les médias, le règne de la pensée unique fait rage et des ravages. Elle semble s'être installée à demeure avec pour effet d'intimider tous les journalistes réduits à s'auto-censurer avant de commencer à écrire le moindre papier. Car le moindre écart de la ligne droite risque de leur coûter cher. Mais que voulez-vous, répondront-ils semi-résignés, c'est comme ça que ça marche maintenant.



Nous pouvons affirmer sans craindre de se tromper que nous vivons dorénavant sous une dictature intellectuelle de la pensée unique.



Il faut que la profession journalistique soit descendue bien bas pour accepter de cautionner un tel biais, de participer à un tel bâillonnement des idées.



Où êtes-vous donc passés, journalistes de la libre expression, de la multiplicité des opinions, des débats équitables pour ou contre où chacun peut faire entendre sa voix et fournir ses arguments? On ne montre plus qu'un seul côté de la médaille, et toujours le même, celui de l'abject politiquement correct. C'est l'objectivité qui en prend pour son rhume.



Comment avez-vous pu descendre si bas en vous soumetant sans plus de résistance aux diktats de la pensée unique, à la bien-pensance molassonne, aux pressions de la propagande idéologique politique, aux intellos qui se croient supérieurs dans leur tour d'ivoire, à la clique ultra-branchée du Plateau, aux minorités et groupuscules avides de puissance comme les Woke décérébrés ou les néo-féministes radicales?



N'avez-vous donc pas prononcé l'équivalent du serment d'Hypocrate des médecins?


N'avez-vous pas juré de ne dire que la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, la main sur la Bible sacrée de votre profession?


Comment avez-vous pu accepter de plier si facilement, d'accepter de faire taire la moindre parole divergente?



Pour démontrer ce que j'avance, à quand remonte la dernière fois que vous avez lu, entendu ou vu en ondes des commentaires contestant des points chauds hautement contestables comme:


1- l'immigration de masse indiscriminée issue du tiers-monde sous-civilisé n'est pas une bonne chose


2- le multiculturalisme est une menace à notre identité collective


3- la diversité décivilisatrice imposée finira par remplacer le peuple fondateur en le noyant dans le nombre


4- un nationaliste exposant la nécessité de plus de mesures pour protéger notre identité collective


5- le laisser-aller des autorités face à l'anglicisation de Montréal. Certains disent pour la forme qu'il faudrait agir, mais personne ne fait rien de concret. On laisse les minorités violentes augmenter en nombre.


6- Pratiquement tous les féminicides de 2021 sur les 14 ont été commis par des ethniques, des musulmans et des autochtones, mais les médias le cachent chaque fois le plus longtemps possible


7- un souverainiste démontrer que l'indépendance du Québec est la solution évidente à de nombreux problèmes de société ou politiques


8- comment combattre les minorités revendicatrices comme les Woke qui ne représentent que leur groupuscule chiâleur et pas ceux qu'ils prétendent représenter


9- le communautarisme ethnique est un refus d'intégration patent qui doit être démantelé comme un réseau de drogue ou de prostitution, ou comme un gang de rue régnant sur son territoire


10- la parité homme/femme dans l'emploi, les arts du spectacles ou au gouvernement est une absurdité réductrice. Tout doit être attribué uniquement en fonction des qualifications, compétences et talent.


11- la pratique de la discrimination positive ethnique dans l'embauche dans la fonction publique fédérale, provinciale ou municipale est un non-sens total, un geste anti-Québécois. Nous devons toujours avoir priorité en tout et partout, et ne pas se laisser voler les emplois qui nous reviennent.


12- certains quartiers lourdement ethnicisés de Montréal sont devenus hyper dangereux pour la population native



Une solution pratique consisterait à faire en sorte qu'à la prochaine convention des journalistes, tous votent sans exception pour une motion de libération de l'activité journalistique de l'emprise de la pensée unique, et que tous commencent dès le lendemain à mettre en exécution cette résolution dans tous les médias. Plus personne n'aura d'excuse pour se soustraire à son devoir d'impartialité, pour faire taire la voix de la vérité qui peut déplaire à certains bien-pensants qui se veulent tout-puissants.



Les médias préfèrent détourner le regard des vrais problèmes, de ce qui dérange vraiment. Ils ne jouent plus leur rôle d'informer de façon éclairante et équilibrée, de donner l'heure juste en présentant le pour et le contre de chaque situation. Tout penche toujours dans le même sens. Beaucoup trop de journalistes ont hélas failli à leur engagement initial en cédant à la pression venue d'en haut.


Mais les choses peuvent encore changer à condition de faire un examen de conscience honnête reconnaissant leur erreur d'orientation. Qu'ils se resaississent tous ensemble comme un seul homme.



Honte à ceux des journalistes qui collaborent avec ce système bien huilé de la pensée unique, en contradiction totale avec leur mission première.



Les plus intègres d'entre eux sauront-ils avoir un effet d'entraînement sur les autres? Que le renversement des paradigmes commence!



Au nom de la vérité et de l'objectivité, soyons politiquement incorrects!



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie606 articles

  • 1 128 406

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé