L'ensauvagement causé par le tiers-monde

Pratiquement tous les féminicides récents sont d'origine ethnique ou autochtone

Ce que les médias cherchent à cacher

2978ba3ac69ed06185ae2a024692273d

Tribune libre

Pratiquement tous les féminicides commis au Québec dernièrement sont d'origine ethnique ou autochtone. Cependant, les médias tentent par tous les moyens de tenir la chose cachée. Il est à peu près impossible d'obtenir les photos, de découvrir l'origine des coupables (ethnie et pays). Ou bien on ne révèle ces renseignements qu'au compte-goutte plusieurs jours après le drame.



(Voir la plus récente liste ici)



Le résultat de cette dissimulation concertée des médias est que sur le coup, les Québécois croient que ces crimes sordides ont été commis par les leurs et en éprouvent honte, culpabilité et indignation. Cela ternit notre image de soi collective alors que ce n'est même pas nous les coupables à blâmer!


Ce sont des crimes commis par des ethniques sur des ethniques, ou des crimes commis par des ethniques sur des Québécoises.



C'est en lisant entre les lignes qu'on finit par comprendre que dans les faits, ces crimes sont commis par des étrangers issus des pays les plus arriérés du tiers-monde, là où de tels crimes sont monnaie courante. Même que dans certaines de ces contrées barbares, la violence conjugale est présentée comme un châtiment acceptable et se voit cautionnée par des religions obscurantistes basées sur la domination de l'homme sur la femme.



Lorsqu'on épluche la liste des 10 derniers féminicides commis, on y retrouve comme assassins une majorité de noirs, d'africains, d'arabes, d'autochtones. Même qu'un de ces arabes a enlevé la vie à 2 femmes québécoises du même coup dans sa rage homicidaire.



Dans ce dernier cas, les médias montrent la photo des 2 femmes québécoises blanches, mais pas celle de l'arabe meutrier pour ne pas qu'on voit que c'est un arabe mais qu'on croit que c'est un Québécois!



On va même jusqu'à taire le nom aux consonnances étrangères des coupables pour que le public ne le sache pas.



D'autre part, il est à déplorer que 20% de ces féminicides soient liés aux autochtones, eux qui ne représentent que 1% de la population.



On peut reprocher aux médias de s'ingénier à cacher hypocritement la vérité par tous les moyens dans le but d'éviter que la population ne voit la réalité en face et réagisse ouvertement contre les conséquences directes et néfastes de l'idéologie diversitaire tiers-mondiste en place dont le gouvernement fédéral canadien s'entête à faire la promotion active.



Il ne faut pas non plus sous-estimer le coût monétaire de cet ensauvagement social dû aux immigrants du tiers-monde. Le gouvernement québécois a annoncé un plan d'aide aux femmes violentées de 23 millions de dollars. Tout cela serait bien beau si cet argent allait aux nôtres, mais force est de conclure que le plus gros de cet argent de nos taxes sera attribué à des femmes étrangères qui tirent profit de programmes qui n'existent même pas dans leur pays, et qui n'ont fait que subir ici les mêmes mauvais traitements et sévices corporels que la majorité des femmes de leurs pays subissent sans compensation monétaire aucune et dont c'est le triste lot quotidien. Ce n'est pas à nous qu'il revient de payer pour toute la misère du monde. Les nôtres, d'accord, mais pas les autres.



Contrairement à ce que les diversitaires remplacistes voudrait bien nous faire croire, l'immigration massive de tiers-mondistes inaptes à s'adapter à notre type de société coûte beaucoup plus cher qu'elle ne rapporte. Cela se chiffre en milliards de dollars de fonds publics dilapidés qui pourraient mieux servir aux nôtres.



Il faudra finir par comprendre que n'est vraiment pas une bonne idée de laisser entrer au pays des vagues déferlantes de ressortissants venant de pays sous-civilisés socialement, intellectuellement, religieusement. L'écart qui nous sépare d'eux est un abîme infranchissable.



Plusieurs de ces immigrants appartiennent à des ethnies plus violentes, plus primitives, plus impulsives, plus enclines au passage à l'acte, ce qui se vérifie par l'instabilité caractéristique de leurs pays. Ils arrivent ici avec leurs prédispositions génétiques, endoctrinés de surcroît à l'obéissance aveugle par leur religion, et se montrent totalement réticents ou incapables de changement, d'évolution, de progrès, que ce soit sur le plan personnel ou à cause de leur communauté qui les conforte une fois rendus ici dans leurs croyances fautives et mauvaises attitudes.



Ce sont de bonnes raisons pour que des tests de violence et d'impulsivité soient être administrés à tous les immigrants extra-occidentaux.



Ce sont eux qui provoquent l'ensauvagement de la société québécoise, la hausse de la criminalité, la décadence des bonnes moeurs, la détérioration de la vie de quartier, la création de ghettos, l'insécurité croissante des natifs.



Pour se faire une juste idée de l'ampleur de ce désastre, on retrouvera ici une liste de plusieurs dizaines de crimes commis au Québec durant la dernière année par des immigrants venus du tiers-monde. La diversité tant vantée par les multiculturalistes entraîne également une consternante diversité de crimes, tous plus sordides les uns que les autres.


Il ne faudra donc pas se surprendre d'assister dans les années à venir à une hausse marquée de ce genre de crime ethnique consternant, lesquels sont directement attribuables à l'augmentation désordonnée d'immigrants sous-civilisés qui se croient en droit de continuer à se comporter comme c'est la coutume chez eux.


Les médias ont le devoir de dévoiler toute l'information dont ils disposent avec plus de transparence, si on veut que le public soit en mesure de se faire une idée éclairée des événements tels qu'ils se produisent.



Nous avons droit à toute la vérité, pas juste un semblant.


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie597 articles

  • 1 122 547

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Tout près de 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé une réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



10 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    20 juillet 2021

    Le 14ième féminicide de l'année 2021 au Québec est à nouveau commis par un ethnique, un hindou cette fois-ci.


    La presque totalité des féminicides ont été commis par des ethniques, des africains, des musulmans ou des autochtones.


    L'hindou barbare Navdeep Ghotra a brutalement assassiné dans un accès de rage folle sa femme devant l'une de ses enfants, puis a fièrement envoyé la vidéo à sa famille en Inde pour les régaler de son exploit.


    Les détails macabres (déconseillé de les lire): Un appel vidéo horrifiant à sa famille en Inde


    Comment cela se produit souvent pour les ethniques, une recherche google de la photo du coupable produit des tas de photos d'individus portant le même nom.


    La police déclare rechercher le suspect mais ne peut pourtant fournir aucune photo au public pour faciliter sa capture.


    Le détraqué hindou barbare Navdeep Ghotra est originaire du Penjab, dont les religions sont le sikhisme (comme Jagmeet Singh) ou l'islam.


    Fait curieux, dans le reportage vidéo du réseau TVA, on nous montrait la réaction d'un voisin arabe musulman qui ne s'exprimait qu'en anglais, comme le meurtrier d'ailleurs. Un arabe musulman barbu entièrement vêtu à l'ethnique dont les siens commettent une forte proportion des féminicides commis au Québec. On voit par ces 2 exemples que ce sont des ethnies réfractaires à notre langue, notre culture, et sans le moindre désir d'intégration.


    Déclaration traduite de l'anglais: « L’homme dégageait quelque chose d’agressif. Lorsque je le saluais, il ne répondait pas. Je n’ai donc jamais vraiment eu de conversation avec eux », mentionne Sharif Mahmudul Hasan, qui habite au même étage que le couple.


    En Inde, il se tue 10 000 femmes par année pour obtenir une dot plus élevée. Que de telles pratiques soient acceptées et couramment appliquées par milliers en dit long sur la mentalité et le degré d'évolution réduit de ces populations sous-développées mentalement et socialement. Un féminicide de plus ou de moins, ça ne change pas grand chose à leur ordinaire.


    Référence: Meurtre de dot


    La liste des féminicides de 2021 se trouve ici.


    L'immigration tiers-mondiste massive de populations primitives aux instincts violents et aux pulsions primaires doit cesser.


    Un de plus sera toujours un de trop.


    Le danger et les risques sont beaucoup trop grands à courir.


  • Réjean Labrie Répondre

    13 juillet 2021

    Un nouveau féminicide a été commis par un autochtone envers sa propre mère, ce qui techniquement en fait aussi un matricide. Mais plus personne ne s'en étonne.


    Un adolescent de 14 ans du nom de Patrick Ferguson Odjick a tué sa mère à coups de hache dimanche soir à Kitigan Zibi, une communauté autochtone située au sud de Maniwaki, en Outaouais, avant de voler sa voiture et de s’enlever la vie en provoquant une collision frontale fatale sur la route 105. Et dire qu'il fait partie de ceux qui ne veulent plus qu'on les traite de sauvages.


    Dans les articles relatant l'horrible crime, on tente par tous les moyens d'excuser le geste meurtrier et d'innocenter le coupable en rejetant la faute sur autre chose que lui-même. Les autochtones ne sont jamais coupables de rien. Ce n'est jamais leur faute.


    Bien qu'elles ne représentent que moins de 3% de la population canadienne, les personnes d'origine autochtone incarcérées dans les prisons fédérales du pays représentent désormais plus de 30 % de la totalité des prisonniers, selon l'enquêteur correctionnel du Canada. C'est 10 fois plus de criminels et de crimes que dans la population normale. Et c'est en augmentation constante.


    Dans certaines provinces de l'ouest comme le Manitoba et la Saskatchewan, le pourcentage de détention grimpe vertigineusement à 77% et 78% respectivement. Et certains persistent à vouloir faire croire que cet état de choses est dû à des conditions extérieures.


  • Réjean Labrie Répondre

    4 juillet 2021

    Les cas de fémincides rapportés plus haut ne sont que les plus récents. Mais ça fait longtemps que c'est commencé.



    On n'a pas a remonter bien loin pour retrouver le cas de l'arabe musulman tunisien Frej Haj Messaoud, un barbare violent qui a immolé sa femme en pleine rue dans le quartier de Saint-Sauveur à Québec, conformément à ses prérogatives religieuses qui lui donnent pleins droits sur sa femme considérée comme sa propriété, lui permettant de la châtier à sa guise.




    Des êtres primitifs à la mentalité aussi putride que celle de l'arabe musulman tunisien Frej Haj Messaoud sont plus nombreux qu'on ne le croit et mettent en danger les femmes québécoises de par leur simple présence. Ils sont totalement imprégnés des préceptes coraniens et arrivent ici prêts à les appliquer à la première occasion.


    L'immigration de type islamique représente trop de danger pour la population et doit être abolie.


  • Réjean Labrie Répondre

    9 juin 2021

    Le soutien médiatique du monde musulman est à géométrie variable, selon l'aspect spectacle et selon la possibilité de culpabilisation des Blancs.


    Un exemple récent, lorsque quelques musulmans se font tuer par un jeune Blanc à London en Ontario, le cirque médiatique nous sort son artillerie lourde: déclaration éplorée du premier ministre dont c'est le rôle théâtral favori, vigile à la chandelle, réaction victimaire habituelle de la communauté musulmane.


    En revanche, lorsqu'un musulman dominateur comme l'arabe Ariobarzan Bakhtiar exécute sa femme, cette même communauté se fait discrète, essaie de ne pas attirer l'attention, de balayer le tout sous le tapis, et considère que le mari propriétaire de sa femme n'a fait qu'exercer ses prérogatives de mari propriétaire de sa femme.


    Et c'est à nous qu'il revient une fois de plus de faire preuve d'ouverture inclusive en faisant l'effort de comprendre et d'accepter le fonctionnement du monde musulman immuable.


  • Réjean Labrie Répondre

    8 juin 2021

    Il est remarquable de voir comme il existe un système de 2 poids, 2 mesures, lorsque les ethniques sont en cause. La règle officielle qui s'applique envers eux est la suivante: ne jamais au grand jamais pointer du doigt les coupables!


    À preuve, la série de pubs télé gouvernementales sur la violence conjugale présentées à répétition aux heures de grande écoute, ou juste avant le bulletin de nouvelles principal, ne montre que des Québécois de souche!


    1- En général, les pubs gouvernementales montrent intentionnellement et avec insistance plus de minorités visibles que la majorité elle-même.


    2- Dans le cas de la violence conjugale allant jusqu'au féminicide, on a vu dans l'article plus haut qu'ils sont causés presque exclusivement par des ethniques et des autochtones.


    3- Pourtant, dans la série de pubs télé, aucun autochtone, aucun ethnique en vue! Pas un seul Noir, pas un seul Arabe, pas un seul Indien! Quelle distortion intentionnelle de la réalité pour faire peser le fardeau de la culpabilité sur le peuple québécois!


    4- Et bien entendu, nulle mention dans toutes ces pubs n'est faite de la situation inverse: la violence conjugale psychologique verbale faite aux hommes.


    Pour vous faire une idée par vous-même, 2 de ces vidéos sont visibles ici et ici


  • Sandy Stevenson Répondre

    6 juin 2021

    Je voulais juste vous imformer que les fémicides ne son pas toute comis par des immigrants vous avez dit que ben soudin est un arable musulmant vous avez pas chercher a savoir car il est quebequois le probleme n est pas la culture mais la santé mental faite mieu vos recherche avans d affirmé quelque choses .


    • Réjean Labrie Répondre

      13 juin 2021

      Chère madame Stevenson,
      il ne faudrait pas jouer sur les mots inutilement.
      Lorsque que quelqu'un du nom aux consonnances arabes comme le criminel Ben Soudin fait appel à un avocat du nom aux consonnances arabes de Me Khalid M’Seffar, où allez-vous chercher le Québécois là-dedans?
      Il faut comprendre que même si un arabe musulman est né au Québec, il restera d'abord et avant tout un arabe musulman, avec tout ce que cela comporte de mentalité et de comportements fautifs par rapport à notre vision des choses.
      Sur la mentalité musulmane:
      http://app.vigile.quebec/articles/la-mentalite-islamique-tout-aussi-condamnable-que-la-religion-islamique
      Pour vous faire une juste idée que la majorité des assassins sont des ethniques en proportion de leur pourcentage réel dans la population, veuillez lire le commentaire de M. Dubois plus bas qui les identifie tous, ainsi que ma réponse qui confirme ses affirmations.
      Source: https://www.journaldemontreal.com/2021/03/19/drame-a-sainte-sophie-benjamin-soudin-accuse-de-meurtres-non-premedites

  • Réjean Labrie Répondre

    24 mai 2021

    Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que survienne un nouveau crime conjugal d'origine ethnique à Montréal, le 11ième de la série noire.


    Le crime abominable est à nouveau commis par un méprisable arabe musulman du nom de  Ariobarzan Bakhtiar, un être immonde qui n'aura jamais mérité le nom de Québécois.


    Pour en savoir plus long: Quand l'islam bat ses femmes, les médias regardent ailleurs


  • Réjean Labrie Répondre

    5 mai 2021

    Vous avez parfaitement raison, M. Desbois.

    Précisons que les 2 Québécoises blanches de souche Myriam Dallaire (28 ans) et sa mère Sylvie Bisson (60 ans) ont été "tuées à coups de hache, ce qui témoigne d’une rage intense chez le suspect et d’un acharnement que l’on voit trop souvent lors de féminicides, croient des experts."



    Elles ont été assassinées par un arabe musulman du nom de Benjamin Soudin.


    L'arabe musulman Benjamin Soudin a des antécédents criminels, notamment en matière de violence conjugale. 


    Il s’en était pris à une autre de ses ex-conjointes dans un contexte de séparation, en 2016. Une « bousculade » qui lui a valu 150 heures de travaux communautaires et une probation de deux ans.


    Il est clair que cette violence rageuse impulsive est innée et propre à sa race, et renforcée par sa religion islamique qui lui accorde tous les droits sur sa femme, incluant celui de la châtier selon son bon plaisir.



    L'islamisation de l'Occident doit être contrée par tous les moyens, comme on a commencé à le faire en France.


  • Laurent Desbois Répondre

    2 mai 2021

    Une 10e femme paie de sa vie d’avoir été une femme, au Québec en moins de quatre mois.


    C’est totalement révoltant, mais six sur neuf de ces événements impliquent des personnes racisées ou autochtones!


    La loi des indiens (Acte des Sauvages) de 1876 d’Ottawa, qui est une suite logique de la constitution canadienne (British North American Act) de 1867, n’est non seulement raciste, mais aussi sexiste !


     


    Quand allons-nous attaquer la cause… la loi raciste et sexiste des Sauvages d’Ottawa et le multiculturalisme… plutôt que les conséquences dues à celle-ci?


     


    17 avril 2021 


    ttps://www.facebook.com/laurent.desbois2/posts/10159485516883140


    https://www.journaldemontreal.com/2021/04/17/mercier-un-10e-feminicide-au-quebec?fbclid=IwAR02hYsuAuejZd_6UF2qKDyr-1lpxDoeAlrHBxzy7Zzfi2Ie5JDZNjSjCC8


    17 avril 2021,   Dyann Serafica-Donaire (38 ans),   racisé


    25 mars 2021 Kataluk Paningayak (43 ans), autochtone


    23 mars 2021, Rebekah Harry (29 ans), racisé


    19 mars 2021, Nadège Jolicœur (40 ans), racisé


    18 mars 2021, Carolyne Labonté,  (40 ans)


    1er mars 2021, Myriam Dallaire (28 ans) et sa mère Sylvie Bisson (60 ans)


    23 février 2021, Nancy Roy (44 ans)


    21 février 2021, Marly Edouard (32 ans), racisé


    5 février 2021, Elisapee Angma (44 ans), Autochtone