Les conditions gagnantes à l'intégration

Tribune libre 2008

398 000 dollars pour vous faire dire que vous manquez d’ouverture… Cher
payé pour des opinions !! Monsieur Bouchard a reçu le double de Monsieur
Taylor en honoraires de "jasette" et pour avoir visité notre belle province.
Quand je suis arrivé au Québec, j’ai reçu une grande leçon d’humilité
pour plusieurs raisons que je vais vous présenter.
En arrivant à Mirabel, ce fameux "BIENVENUE AU QUÉBEC" m’a vraiment
fait découvrir combien le peuple québécois était accueillant. Il a fallu
ensuite que je me trouve un emploi, au plus vite, car une belle famille
québécoise avait fait en sorte de m’aider dans mon intégration en
m’offrant son hospitalité.
Un jour, toujours à la recherche d’un emploi, je me suis retrouvé à
Boucherville, et je n’avais pas fait attention aux numéros des bus que
j’avais utilisés depuis Montréal. Inutile de vous dire qu’un nouvel
immigrant, venant d’un village de 1800 habitants de surcroît provençal,
"capote" très vite quand il se rend compte qu’il ne sait plus où il se
trouve et comment il va faire pour retrouver son chemin. Il a donc fallu
que je demande à un bon samaritain de me ramener au métro le plus proche
afin de pouvoir rentrer chez moi.
J’ai beaucoup d’amis Québécois, mon épouse est Québécoise, j’ai
fait ma place tout seul, en vous respectant, et surtout, en ne voulant
rien vous imposer, mais ma position est très claire : si tu souhaites
venir dans un pays sans vouloir faire d’efforts pour t’intégrer, reste
chez toi.
Quel scandale de voir une cabane à sucre se transformer en mosquée, de
voir des mosquées ainsi que des synagogues illégales pousser comme des
champignons.
Je n’ai absolument rien contre l’immigration, mais nous ne devons
absolument pas subir les caprices religieux de tous ces nouveaux arrivants.
Je me répète, ils sont les bienvenus, mais à nos conditions, j’entends
par là qu’ils parlent le français, qu’ils respectent nos valeurs et,
s’ils souhaitent vivre leurs coutumes religieuses, et bien qu’ils le
fassent chez eux sans avoir à nous imposer quoi que ce soit.
Cela fait maintenant plusieurs années que je vois ce qui se prépare,
étant moi même ancien immigrant, mais nos politiciens n’ont pas assez de
courage, allons nous dire, pour régler le problème une fois pour
toutes.
Pour ne pas froisser ces immigrants ou pour des fins électorales, ils
préfèrent encore engager ces deux personnages, dirons-nous, sur le bras
des Québécois endormis par la « clique » politique ayant des intérêts
bien plus importants que de s’occuper du peuple.
Dans les grandes lignes du Parti Indépendantiste, il y a un volet sur
l’immigration qu’il faudra, dès que nous serons au pouvoir, appliquer
car, n’en déplaise à Charest/Bouchard et Taylor, les Québécois sont là pour rester.
J’espère qu’ils ne me feront pas mentir le jour des élections provinciales
en votant "P.I" et pour que nous puissions ainsi vivre tous en harmonie,
sans renier nos origines, en continuant à
parler le français, cette belle langue de Molière.
Bertrand Lefebvre est candidat à l'investiture du P.I. dans Masson.

Featured 22f7f9f635c4478b65e66857755e8691

Bertrand Lefebvre10 articles

  • 3 330

Quel que soit le parti qui est en faveur de
l'indépendance du Québec, nous n'aurons pas le choix d'en arriver à une
coalition, et prouver aux Québécois qu'au fond nous militons tous pour la
même cause.
Comme dit le proverbe :« Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas
d'avis », j'en suis peut être un, et je l'accepte en tout humilité.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé