Le PQ réalise son autonomisme

Ne venez pas crier au danger lorsque le PQ réalise enfin sa véritable nature…

Tribune libre 2008

Commentaire à votre commentaire "PQ divisé entre "souverainistes" et "autonomistes"... DANGER !"
***
Aye! M. Frappier, ne venez pas crier au danger lorsque le PQ réalise enfin
sa véritable nature… c’est plutôt une bonne nouvelle ! Pourquoi crier à la
crise, lorsque le PQ, enfin, est sur son lit de mort. Prenez plutôt pitié
de lui, assenez-lui le coup fatal, pour mettre fin à ses souffrances. Le
PQ réalise son autonomisme, voilà une bonne nouvelle, il assume sa
véritable nature, tant mieux, cela n’a jamais fait de mal à personne.
L’autonomisme, c’est très bien, pour les élites du PQ et ses
adolescents-moutons. Oui monsieur, c’est excellent, car il faut reconnaître
qu’on est un adolescent lorsqu’on est un adolescent.
Mario Dumont, lui,
c’est plus évident, est aussi un adolescent, mais, au moins, lui, il
s’assume en tant que tel : il veut rester dans la maison familiale, pour
l’instant, car il n’a pas la force, ni la virilité, d’en sortir, d’aller
construire sa propre maison. C’est bien mieux ainsi, quelqu’un qui le dise,
plutôt qu’un psychotique comme le PQ qui dit une chose et fait son
contraire.
Bravo Mario. Au moins, si lui change d’idée, l’on saura que
c’est tout simplement parce qu’il a mûri. Non parce qu’il révèle enfin sa
véritable nature. Moi, Mario, je t’appuie, malgré que VLB t’a donné une
binoche, je te dis : Bravo ! Tu es franc, un peu confus, comme tous les
adolescents, mais franc. Je sais que tu cherches encore un père, chez
Stephen, ou à Bay Street, mais tu t’apercevras un jour que le père que tu
cherches, il est en toi Mario. Il s’appelle l’indépendance.
David Poulin-Litvak
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Squared

David Poulin-Litvak51 articles

  • 38 336

[Campagne pour une Assemblée citoyenne sur la réforme du mode de scrutin au Québec ->http://www.assemblee-citoyenne.qc.ca/]





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    28 avril 2008

    C'est déconcertant: se triturer les méninges dans autant de contorsions pour obtenir l'autonomie comme le réclame le Dalaï! Résultat: les Fédés ont la gueule fendue jusqu'aux oreilles d'avoir réussi sans même penser à construire un vrai gouvernement!
    Un Parti est déjà là, à l'Assemblée nat., qui n'attendait que la venue de TOUS les indépendantistes réunis pour y faire valoir un PLAN conjoint, y installer LE chef, si ça se trouve, qui pousse au bon endroit mais qui ne demande pas la permission à Charest de demander à Ottawa s.v.p.
    Au contraire, chacun a voulu sa petite faction et le rêve s'est envolé. Nous parlerons allophone, nos enfants semblent d'ailleurs aimer ça.

  • David Poulin-Litvak Répondre

    27 avril 2008

    En effet M. Bousquet, admettons-le, on aime bien le PI même si certains de nous ne sommes pas d'accord sur toute la ligne, quelque chose est en germe, en mûrissement. Malgré mon attaque frontale envers le PQ, il faut dire qu'il y a peut-être un avantage stratégique à ce que le PQ récupère comme il est en train de le faire, la montée de l'ADQ. Je ne suis pas, comme vous vous dites parfois, un confédéraliste, mais il est possible que le passage de la phase fédéraliste-souverainiste soit suivie par la phase autonomiste-indépendantiste, puis, par le pays. Cependant, pour que ça marche, il faut faire un pas constitutionnel: il faut faire l'autonomie forte du Québec. Peut-être que si l'ADQ gagne les prochaines élections, l'autonomie pourra se faire. Car le PQ ne pourra qu'appuyer et renforcer la proposition de l'ADQ, comme condition à son appui. Puis, ayant éliminé le fédéralisme, en construisant sur les nouveaux pouvoirs acquis, le combat pourra reprendre.
    Il ne faut donc pas voir d'un mauvais oeil le virage autonomiste du PQ ou la prise de conscience de sa psychose constitutionelle. C'est la meilleure nouvelle de la journée dans mon livre à moi!

  • Archives de Vigile Répondre

    27 avril 2008

    Avec le PI qui se dit totalement indépendantiste sans référendum et sans obligation de majorité pour déclarer la souveraineté du Québec sans association ni trait d'union et le PLQ qui est full-fédéraliste avec une légèrement inclinaison asymétrique administrative, les autres partis politique québécois vont devoir se mieux définir, expliquer où ils placent le Québec dans ou en dehors de la fédération ou d'une confédération à définir et les moyens qu'ils comptent prendre pour y parvenir.
    Ça devient plus intéressant même si on ne voit pas encore la lumière au bout de notre tunnel constitutionnel.