Le pilori gescaïen

Cette fois, nous devons massivement voter pour le Bloc.

Tribune libre 2008


Nous n'avons aucune raison de craindre ni "Frenchie Desmarais" ni personne d'autre du "Canadian Establishment" l'Oligarchie concentrée à Toronto, plus précisément à la bourse de Bay Street. Nous avons l'Internet et avec le Web 2, nous serons de plus en plus nombreux à posséder un instrument d'information tel que personne, y compris les oligarques, n'en ont jamais eu avant.

Le pouvoir est complètement dans ses communications. Cet axiome simple est central en géopolitique.

Depuis les temps les plus reculés, les communications ont été le privilège exclusif d'une "élIte" qui en a profité pour chercher à atteindre le pouvoir et la fortune absolus.

Ce pouvoir et cette fortune ont atteint des proportions colossales depuis le temps des caravanes jusqu'à l'invention de la caravelle par les Portugais, premiers venus dans l'aventure coloniale qui débuta avec la chute de Constantinople en 1453. Le navire à voiles, qui remplaçait les chameaux, donna aux puissances maritimes un pouvoir de communiquer que n'avaient pas les continentaux. L'invention de la machine à vapeur et le chemin de fer ont permis à une nouvelle "élite" de se hisser en position de force. Avec les profits du chemin de fer et des machines à vapeur, elle a exploité l'ère du pétrole à son profit. Depuis l'Internet et la miniaturisation de l'industrie, le contrôle de l 'économie mondiale par une poignée d'individus, appelée "globalisme" a commencé à échapper à ses "maîtres".

Et maintenant, le monde actuel, avec les nouvelles communications, est devenu trop complexe pour que cette élite puisse le contrôler comme elle le voudrait. Cela se voit notamment aux États Unis, alors que personne ne semble savoir que faire pour juguler la crise titanesque, qui résulte d'une économie prométhéenne, guidée par la loi de la pesanteur.

Personne ne semblait savoir que la force d'inertie d'une puissance est exposée à son pendant, la force d'entropie qui origine de sa propre inertie. C'est la deuxième loi de la thermodynamique. Quiconque connaît les machines à vapeur est censé connaître cette loi naturelle qui s'applique à tout système dynamique fondé sur une forme ou une autre d'énergie. On sait que dans une machine à vapeur, l'énergie utile dépasse rarement 13 à 15% de l'énergie produite. On ne vérifie avec les grosses entreprises et les gros gouvernements, dont l'utilité demeure bien en dessous des investissements, exception faite de ceux et celles dans lesquelles le principe géopolitique de concentration et d'économie de l'effort a prévalu.

Avec la chute de l'Empire américain, une élite tombera des nues et une bonne partie se retrouvera en prison. Sir Contrad Black n'en est qu'un seul parmi une bande qui sont déjà derrière les barreaux, notamment aux États Unis et en Australie. Au Canada, l'élite s'en tire facilement grâce à son poids sur le gouvernement fédéral à Ottawa. Son temps est maintenant presque révolu.

Bientôt, nous aurons les moyens de nous débarrasser de l'Establishment "canadian" axé sur la bourse de Bay Street et construit à partir des chemins de fer, sans lesquels ce qu'on appelle "Canada" ne serait jamais venu à l'existence. Car le Canada est un continent recouvert d'obstacles majeurs, qui manque d'espaces bas et plats et de communications fluviales et maritimes nécessaires aux économies d'État de grande envergure.

Les élections actuelles vont placer le gouvernement fédéral en position de faiblesse devant les provinces, qui vont réclamer de plus en plus de pouvoirs. Nous devons dès maintenant oeuvrer pour éliminer le pouvoir centralisateur et unitaire d'Ottawa en votant massivement pour le Bloc, afin d'expédier dans tout le Canada un message sans équivoque quant à nos intentions. Fini le misérabilime dont Pierre Pettigrew se moquait.

Quant à "Frenchie Desmarais", il doit faire du sang de punaises par les temps qui courent. Il sent que le pouvoir lui échappe et qu'il ne pourra prendre contrôle des nouvelles économies qui commencent.

Pour nous, Québécois, le temps est venu de passer aux actes. Ce n'est pas du "séparatissme" mais la nécessité qui n'a pas de loi et qui nous a guidés pendant les 400 ans de notre venus au monde.

En Bloc pour le Bloc.

JRMS

Featured 751d93ca198caacf4590a022022f5bc8

René Marcel Sauvé217 articles

  • 236 154

J. René Marcel Sauvé, géographe spécialisé en géopolitique et en polémologie, a fait ses études de base à l’institut de géographie de l’Université de Montréal. En même temps, il entreprit dans l’armée canadienne une carrière de 28 ans qui le conduisit en Europe, en Afrique occidentale et au Moyen-Orient. Poursuivant études et carrière, il s’inscrivit au département d’histoire de l’Université de Londres et fit des études au Collège Métropolitain de Saint-Albans. Il fréquenta aussi l’Université de Vienne et le Geschwitzer Scholl Institut Für Politische Wissenschaft à Munich. Il est l'auteur de [{Géopolitique et avenir du Québec et Québec, carrefour des empires}->http://www.quebeclibre.net/spip.php?article248].





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé