« Le jour où j'ai rencontré Madame Marois...»

Tribune libre 2008


En 2003, au moment où j’étais moi-même aussi candidat aux élections
provinciales, j'avais rencontré notre actuelle aspirante Première ministre
Pauline Marois à la soupe populaire «Le Resto Plateau» situé dans la
circonscription de Mercier, en plein coeur du plateau Mont-Royal...
Tous deux assis face à face autour d'une table en pliante brune « Arborite
» et entourés de 3, 4 gros «bodygard» à cellulaires... et des dizaines
d'indigeants du plateau Mont-Royal…
- Je lui avais alors posé la question suivante :
…«Expliquez-moi donc ça… Vous… Madame Marois... Comment vous feriez pour
manger avec une prestation d'aide sociale de 500 $ par mois.... alors que
le prix moyens des loyers au Québec est de 500$ par mois ?
...Madame Marois m’avait alors expliqué à voix basse que... «…Les
prestataires avaient le droit de gagner jusqu’à $200 par mois, pour
compléter leur revenu…»
- Interloqué… J’ai alors réfléchis à ce qu’elle m’avait dit... et alors
entrepris de faire le petit exercice administratif suivant…
- Ventiler $700 pour un mois… Tout un contrat…!
En admettant qu’il soit réaliste de trouver un travail aussi irrégulier de
une journée par semaine à $50 la journée… Cela laissait donc effectivement
$200 par mois pour vivre pour une personne seule.
…Soit 50$ par semaine, moins les frais de transport aller-retour - 4$ =
46$ et les autres frais inhérents à ce travail comme par exemple : 3.50$
pour le lunch : prix solidaire du « Resto Plateau » = 42.50$.
Puis, de ce 42.50$ par semaine, en déduisant 10$ par semaine d’électricité
et de chauffage, et 7$ par semaine pour le téléphone, pour chercher du
travail, recevoir et retourner les appels… cela laissait donc un revenu net
de $25.50 par semaine…
25.50$ par semaine pour payer : vêtements, bouffe, papier de toilette,
médicaments, savon, transport pour aller voir sa famille, ou chercher du
travail etc.… Cela me semblait bien trop peu…
Dans mes savants calculs, afin de parvenir à équilibrer ce budget, j’ai
décidé de couper, comme plusieurs sont contraints de le faire, dans la
passe d’autobus, (environ 60 $ par mois / tarif 2003) et donc, bien
malheureusement, dans le transport pour aller voir la famille ou chercher
du travail…
De ce $25.50 net par semaine, j’ai dû retirer un incompressible $11.50
pour des médicaments.,.
Il restait donc alors $14 par semaine pour les besoins quotidiens…
De ce $14 par semaine, j’ai déduis $2 de savon par semaine, pour se laver
et laver le linge… Puis, un $3 de machines à laver pour la buanderie : -
Une laveuse à $1.50 et… - Une sécheuse à $1.50… ( blanc et couleurs
mélangés, bien naturellement…)
Ce qui nous laisse donc au net, un revenu de $9 par semaine pour manger
et le papier de toilette…
En étirant la sauce… Je pense qu’il est possible de s’en sortir avec 4
rouleaux de papier de toilette par semaine à $2 le paquet de 4, de celui
pas trop rêche… et pour la visite… c’est … - Apportez votre rouleau !
Ce qui nous laisse donc un grand total de «$7» par semaine pour la bouffe,
les dépenses quotidiennes et les imprévus…
Et donc, pour conclure…
Une belle piasse par jour toute neuve et toute rutilante, pour manger,
sortir, s’organiser, acheter des crayons et du papier, chercher d’la jobe à
pied, se mettre cute, faire des contacts, être dynamique, souriant, rose et
en santé et… aller se faire couper les cheveux au Pet Shop…!
Jusque-là… Le calcul tient toujours…
…Mais évidemment... En autant qu’on ne s’habille pas et qu’on se promène
tout nu, (mais pas l’hiver)… saison durant laquelle, il est largement
préférable d’habiter dans son sac à couchage... comme par ailleurs, fort
nombreux le font actuellement à Montréal…
- Selon mes derniers chiffres, étant donné que la liste d’attente pour
obtenir un HLM à Montréal est de 15,000 personnes...et conséquemment, d’un
minimum de 5 années d’attente…
Cela fait nous fait donc 60 coupes de cheveux au Pet Shop à attendre,
avant de finir par pouvoir obtenir un logement abordable, et conséquemment…
un peu d’argent pour les vêtements… et enfin pourvoir sortir du sac du sac
à couchage...
Comme au Parti vert du Québec… on m’a maintes fois qualifié de «bulldog de
Québec solidaire» ...Je tente donc ici, d’utiliser un style un peu plus
humoristique…
Mais dans les faits, ce qui se passe, c’est que les gens qui vivent dans
de telles conditions au Québec, un pays pourtant aussi opulent que le
nôtre, tombent finalement bien souvent malades…
Malades… de maladies physiques et mentales…. insécurité… inquiétudes,
stress financiers… dépression… anxiété... Et finalement, isolement…Parfois
Itinérance et plus souvent qu’on le pense… décès…
Les plus chanceux et les plus débrouillards, s’ils sont tenaces et qu’ils
frappent à plusieurs portes avec insistance, finiront par se trouver un
médecin suffisamment humain pour leur signer le certificat de maladie qui
leur permettra d’obtenir le montant pour «soutien financier» de $875 par
mois de prestations pour contraintes sévères à l’emploi…
Mais entre vous et moi, il me semble qu’il serait pas mal plus
intelligent, plus humains et plus charitable, de simplement leur accorder
tout de suite ce montant, avant qu’ils ne commencent à éprouver de sérieux
problèmes de santé… Parce qu’en agissant comme nous le faisons
actuellement, cea pesonnes finissent de toutes manières par coûter plus
chers à la société...
Car trop souvent les gens ne comprennent pas que le système de santé et le
système social sont des vases communicants, et que les budgets que l’on
n’accordent pas à l’aide sociale se retrouveront presque inévitablement sur
la facture de du système de santé; qui plus est, beaucoup plus onéreux pour
l'État....
[->« Le jour où j'ai rencontré Madame Marois...» C’est pour cela qu’aujourd’hui, je vous demande d’appuyer «Québec
solidaire»] qui revendique désespérément ce montant minimum de $875 pour
«tous» les prestataires de la sécurité du revenu…
…Et ainsi faire en sorte qu’il n’y ait plus, dans ce pays béni des dieux,
de «bons» et de «mauvais» pauvres…
...Mais simplement des gens qui, pour toutes sortes de raisons et de
difficultés personnelles, auraient bien besoin de notre compassion et de
notre solidarité.
______________________
Christian Montmarquette

Membre fondateur de Québec solidaire

Militant pour l'éradication de la pauvreté et l'indépendance du Québec

Featured 56599d2190662f65fbfa0affdabd4b20

Christian Montmarquette55 articles

  • 92 957

Membre fondateur de Québec solidaire

Militant pour l'éradication de la pauvreté et l'indépendance du Québec

Site officiel : [www.quebecsolidaire.net->www.quebecsolidaire.net]

Courriel de Québec solidaire info@quebecsolidaire.net

Programme : [http://quebecsolidaire.net/engagements_2008->http://quebecsolidaire.net/engagements_2008]

Téléphone : (514) 278-9014





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    29 décembre 2014

    J'aime vos commentaires, je vous lis sur ma page facebooke. Encore plus de commentaires et d'opinion l'an prochain.
    Santé et bonheur pour 2015
    Solidairement vôtre.

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2008

    Ayant travaillée dans quelques centres communautaires par le passé en région, oui les préjugés et la misère est de plus en plus grande… et de plus en plus de pauvres…
    Il y a de plus en plus de centres avec des banques alimentaires mais malheureusement vivant de subventions et de donations, ces centres ne peuvent pas toujours donner ce qu’ils voudraient à leurs bénéficiaires… parce plusieurs coupures dans des programmes…
    Oui le cheap labour existe, pas étonnant qu’il y a beaucoup d’économie souterraine (travail au noir). Les programmes qu’offre le gouvernement pour aider les bénéficiaires à mon avis c’est une forme de cheap labour…
    Programmes soient disant pour aider ses bénéficiaires à devenir autonome financièrement et reprendre le milieu du travail ou bien afin de donner de l’expérience de travail…
    Certains bénéficiaires peuvent s’en sortir avec ces programmes… mais pas tous.
    Mais il ne faut pas se leurrer, quand tu fais de la recherche d’emploi et … aussitôt qu’un employeur aperçoit un décalage dans le temps sur un CV… il demande qu’avez-vous fait pendant ce temps… il se peut qu’il y a embauche mais au salaire minimum, une forme d’abus de pouvoir à mon avis. Même si l’employeur sait pertinemment que la personne a les compétences requises pour l’emploi.
    Car ces programmes ne sont pas rémunérés en tant que tel…Ne compte pas comme expérience de travail… Donc peut avoir embauche mais au salaire minimum…comme ça coûte moins à l’employeur…pour sa main-d’œuvre.
    À mon avis c’est vraiment un cercle vicieux. Et les bénéficiaires par manque de moyen financier ne peuvent pas toujours se trouver du travail, car pour en chercher il faut de l’argent… du courage. Mais comme il y a toujours ces préjugés, les pauvres ne bougent pas… et se complaisent dans ce qu’ils vivent car il ne connaissent que ça… et ne voient pas le bout
    du tunnel… ils abandonnent…
    Très solidairement,
    Une militante contre la pauvreté au Québec

  • Archives de Vigile Répondre

    28 novembre 2008

    «La pauvreté n’est pas naturelle. Ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice.» (Nelson Mandela)
    Merci pour ce texte !
    Hélène Essertaize
    Membre de Amnesty International
    Québec

  • Christian Montmarquette Répondre

    27 novembre 2008

    Je ne sais pas s'il s'agit d'une erreur ou d'un retrait volontaire de Vigile du à sa politique éditoriale. Mais ce texte informait que le 875$ pour les prestataires de l'aide sociale est une revendication du programme de Québec solidaire. disoponible sur son site national.
    Si possible veuillez me permettre le présent ajout pour la correction du texte. Merci.