Le chant du cygne

Encore une fois, le jugement politique du premier ministre suscite de graves interrogations. Après avoir adopté une très mauvaise stratégie au cours de la dernière campagne, il a clairement mal lu la nouvelle réalité politique québécoise.

Sortie de crise

Les députés libéraux auraient certainement aimé que leur chef démontre, pendant la dernière campagne électorale, la même pugnacité qu'hier à l'Assemblée nationale. Mario Dumont l'a trouvé «agité», mais il s'agissait d'une hausse de ton soigneusement calculée. Quelques instants plus tôt, devant le caucus de ses députés, Jean Charest avait affiché la même détermination à défendre son budget advienne que pourra.
Le premier ministre a donné l'impression d'un homme prêt à en découdre si les partis d'opposition osaient le renverser, mais cette partie de bluff, qui pourrait durer encore une semaine, en rend plusieurs nerveux.
Quelques ministres rencontrés sur la Grande-Allée hier midi ont lancé à la blague qu'ils s'en allaient faire du porte-à-porte. La perspective de nouvelles élections générales au début de l'été ne fait cependant rire personne au PLQ.
Plusieurs de ceux qui ont échappé à la vague adéquiste le 26 mars dernier savent très bien que la prochaine vague risque de leur être fatale. Les derniers sondages étaient très inquiétants et les prochains risquent de l'être encore plus.
«Les partis d'opposition sont en train de faire la démonstration qu'un gouvernement minoritaire, ça ne marche pas», a déclaré M. Charest. Il a peut-être raison, mais qui peut sérieusement penser que c'est à lui que les Québécois confieront la direction d'un nouveau gouvernement majoritaire?
Encore une fois, le jugement politique du premier ministre suscite de graves interrogations. Après avoir adopté une très mauvaise stratégie au cours de la dernière campagne, il a clairement mal lu la nouvelle réalité politique québécoise.
Le budget de Mme Jérôme-Forget a manifestement été confectionné en misant sur l'impuissance du PQ. C'est comme si personne au gouvernement n'avait pris acte de la démission d'André Boisclair. Le PQ n'est peut-être pas prêt pour des élections au début de l'été, mais l'arrivée de Pauline Marois lui a donné les moyens de faire monter les enchères.
***
En fin d'après-midi hier, M. Charest a semblé faire une petite ouverture. «S'ils ont quelque chose à suggérer... », a-t-il glissé en anglais après avoir multiplié les attaques contre les deux partis d'opposition, qui veulent «combattre la classe moyenne».
Le porte-parole péquiste en matière de finances, François Legault, a dit s'attendre à une tentative de rapprochement, soit avec son parti, soit avec l'ADQ, mais on ne peut pas dire que M. Charest ait beaucoup contribué à améliorer le climat en s'en prenant de façon répétée à Mme Marois.
L'opposition a eu le dessus sur le plan tactique. Diane Lemieux savait très bien ce qu'elle faisait en demandant au président de l'Assemblée nationale de lui indiquer si et comment le budget pouvait être modifié. Elle connaissait déjà la réponse: il faudrait que le gouvernement reprenne l'exercice presque à zéro.
Bien entendu, il ne saurait en être question. Il s'agirait d'un recul encore plus humiliant que ceux auxquels le gouvernement avait dû se résoudre dans le cas de la centrale thermique du Suroît ou des subventions aux écoles privées juives. Sans parler de la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, littéralement tombée amoureuse de son budget. Elle ne pardonnerait pas au premier ministre de l'en séparer.
En réalité, des élections précipitées constituent peut-être la seule chance de M. Charest de mener une dernière campagne qui deviendrait son chant du cygne. Reporter l'échéance de six mois ou d'un an donnera simplement plus de temps pour s'organiser à ceux qui souhaitent la venue d'un nouveau chef.
En privé, les députés libéraux supputent ouvertement les chances des uns et des autres. Certains vont jusqu'à reconnaître eux-mêmes leurs ambitions. La seule inconnue semble être le moment où le signal de départ sera officiellement donné.
***
Depuis jeudi soir, Mario Dumont donne l'impression d'observer en spectateur ou, mieux encore, en gérant d'estrade la partie de poker qui oppose libéraux et péquistes.
Quelques jours avant les élections du 26 mars, quand il était devenu évident que les résultats seraient serrés, le chef de l'ADQ avait formellement rejeté l'idée qu'un parti qui n'aurait pas obtenu le plus grand nombre de sièges puisse former le gouvernement.
Hier, il a déclaré que des «circonstances particulières» pourraient l'amener à revoir ses positions et que le renversement du gouvernement Charest, à peine deux mois après sa formation, pourrait entrer dans cette catégorie.
Les Québécois seraient peut-être reconnaissants à M. Dumont de leur éviter des élections au mois de juillet en acceptant de former lui-même un gouvernement, au moins pour quelques mois, mais quel intérêt aurait-il à laisser aux libéraux tout le loisir de changer de chef? Affronter un adversaire aussi affaibli que Jean Charest est certainement préférable à tout autre scénario.
Des trois partis, l'ADQ est probablement le plus prêt à entrer en campagne. Depuis le 26 mars, les candidats défaits ont continué à «travailler» leur comté. Elle a déjà un programme, l'argent ne pose plus de problème et M. Dumont ne devrait pas avoir de difficulté à attirer quelques vedettes tentées par l'aventure ministérielle.
Le PQ a aussi un programme, qui n'est malheureusement plus montrable. En cas d'élections précipitées, Pauline Marois n'aurait cependant aucune difficulté à faire adopter une plate-forme électorale à son goût. Au contraire, si les élections sont reportées à 2008, il faudra refaire le long et pénible exercice que constitue l'adoption d'un nouveau programme au PQ. Pour l'heure, les «purs et durs» de tout acabit se tiennent tranquilles, mais ils finiront inévitablement par relever la tête. Finalement, des élections estivales pourraient comporter certains avantages.
mdavid@ledevoir.com


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé